La Russie obtient le soutien de l’Europe pour calmer la situation en Biélorussie

Le Président biélorusse Alexandre Loukachenko n’a pas été un allié facile pour le Kremlin. Mais l’ingérence croissante des « nouveaux voisins européens » de la Biélorussie prépare le terrain pour une « révolution de couleur » à orientation potentiellement anti-russe. La Pologne, encouragée par les États-Unis, s’est convaincue qu’elle est devenue un poids lourd régional et considère la Biélorussie comme un bien immobilier de valeur qui pourrait modifier l’équilibre militaire aux frontières occidentales de la Russie.

En effet, historiquement, l’actuelle Biélorussie a participé aux quatre grandes invasions de la Russie depuis le XVIIIe siècle : celle de la Suède alliée à la Pologne (1708-1709), celle de Napoléon à travers la plaine d’Europe du Nord (1812) et celle de l’Allemagne, à deux reprises (1914 et 1941). En clair, la Biélorussie constitue une zone tampon essentielle pour la sécurité nationale de la Russie.

Dans l’histoire post-soviétique, avec l’intégration des États baltes et de la Pologne dans l’OTAN et l’installation d’un régime pro-occidental au pouvoir en Ukraine depuis 2014, l’alliance occidentale s’est rapprochée de la Russie comme jamais auparavant. Si, à l’époque de la Guerre Froide, la puissance de frappe de l’OTAN la plus proche se trouvait à 1600 km de Saint-Pétersbourg, cette distance n’est plus que de 160 km aujourd’hui.

En outre, la signature d’un Accord de Coopération Renforcée en matière de Défense entre les États-Unis et la Pologne le 15 août a fait de cette dernière « un pilier de la sécurité régionale » (comme le Département d’État américain décrit la Pologne.) L’accord signé à Varsovie fournit la base juridique pour l’établissement de bases militaires américaines en Pologne, qui abrite une animosité historique contre la Russie.

Le 17 août, le Ministère russe des Affaires Étrangères a déclaré que le renforcement de la présence militaire américaine en Pologne « aggrave la situation difficile à proximité des frontières occidentales de la Russie, facilitant une escalade des tensions et augmentant le risque d’incidents involontaires ». Il a souligné que le dernier accord de défense entre les États-Unis et la Pologne « contribuera à renforcer qualitativement la capacité offensive des forces américaines en Pologne ».

Il est clair que l’évolution de la situation en Biélorussie ne peut être considérée isolément. Selon une déclaration du Kremlin, le 15 août, Loukachenko a tendu la main au Président Vladimir Poutine pour l’informer de l’évolution de la situation. Il a déclaré que les deux dirigeants ont discuté des troubles en Biélorussie suite à l’élection présidentielle du 9 août et que les deux parties « ont exprimé leur confiance dans le fait que tous les problèmes existants seront bientôt réglés ».

Cependant, le lendemain, Poutine a appelé Loukachenko pour une autre discussion. Le Kremlin a déclaré qu’après une discussion portant sur les interférences extérieures alimentant les troubles en Biélorussie, « la partie russe a réaffirmé sa volonté de fournir l’assistance nécessaire pour résoudre les défis auxquels la Biélorussie est confrontée, sur la base des principes du Traité sur la Création d’un État de l’Union, ainsi que par le biais de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective, si nécessaire ».

C’était une annonce dramatique, avec des connotations inquiétantes des doctrines russes de sécurité collective du passé. Il est clair que cette annonce a eu l’effet escompté. Loukachenko a fait savoir le 17 août qu’il était prêt à organiser de nouvelles élections conformément à une nouvelle constitution qui sera rédigée dans les prochains mois.

Les protestations en Biélorussie risquent de ne pas s’apaiser facilement. Un transfert de pouvoir est devenu inévitable à un moment donné et Moscou estime que la priorité devrait être de faire évoluer la situation vers une transition ordonnée. Mais la capacité de Moscou à conduire la Biélorussie vers des eaux plus calmes et à stimuler un dialogue politique rationnel est limitée alors que l’ingérence extérieure visant à attiser les tensions se poursuit.

En effet, pour la première fois depuis le début des manifestations en Biélorussie il y a une semaine, Washington a ouvertement averti Moscou de rester en dehors de la situation. Un « haut responsable de l’administration Trump » non nommé a déclaré aux médias le 17 août : « Le nombre massif de Biélorusses qui protestent pacifiquement montre clairement que le gouvernement ne peut plus ignorer leurs appels à la démocratie… La Russie doit également respecter la souveraineté de la Biélorussie et le droit de son peuple à élire librement et équitablement ses propres dirigeants ».

Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également déclaré le 15 août (lors d’une visite en Pologne) que les États-Unis discutent avec l’Union Européenne pour « essayer d’aider du mieux que nous pouvons le peuple biélorusse à atteindre la souveraineté et la liberté ».

Il est certain qu’une intervention russe en Biélorussie serait considérée par l’Europe comme un développement négatif. Par conséquent, Poutine agit avec prudence. Mais le fait est aussi que les pays européens sont aux prises avec la pandémie et une grave crise économique. Il n’est pas certain que les grandes puissances européennes seraient enclines à suivre l’exemple de Washington et de la Pologne pour provoquer la Russie.

Il est significatif que la Chancelière allemande Angela Merkel ait téléphoné à Poutine le 19 août, lors du premier contact de ce type depuis que des manifestations ont éclaté à Minsk. Dans une déclaration du Kremlin, Poutine et Merkel ont « discuté en profondeur » de la situation émergente et « la Russie a souligné que les tentatives étrangères d’ingérence dans les affaires intérieures du pays étaient inacceptables et pouvaient aggraver les tensions ».

Résumant la conversation de Merkel avec Poutine, le porte-parole allemand Steffen Seibert a déclaré : « La Chancelière a déclaré que le gouvernement biélorusse doit s’abstenir de recourir à la force contre les manifestants pacifiques, libérer immédiatement les prisonniers politiques et engager un dialogue national avec l’opposition et la société pour surmonter la crise ».

Une convergence russo-allemande semble possible sur la Biélorussie. Fait significatif, le Président français Emmanuel Macron a depuis lors appelé Poutine et ce dernier a de nouveau « souligné qu’il serait inacceptable d’interférer dans les affaires intérieures de la république (biélorusse) et de faire pression sur les dirigeants biélorusses ». La lecture du Kremlin a indiqué que Poutine et Macron « ont exprimé leur intérêt pour une résolution rapide des problèmes ».

Par la suite, Poutine a également contacté le Président du Conseil Européen Charles Michel, et a de nouveau exprimé son inquiétude face aux « tentatives de certains pays de faire pression sur les dirigeants biélorusses et de déstabiliser la situation politique interne ». Il a fait référence à la Pologne et à la Lituanie, deux pays membres de l’UE et alliés des États-Unis, qui sont les principaux responsables de la déstabilisation de la Biélorussie.

Mais la grande question est de savoir si les partisans de la Guerre Froide à Washington et les « nouveaux Européens » en Europe Centrale se contenteraient de moins qu’un changement de régime en Biélorussie qui mettrait ce pays sur leur orbite. Une intervention militaire russe donnerait de la crédibilité à leur thèse de « Russie revancharde ».

Un sous-entendu ici est que la proximité germano-russe ennuie beaucoup Washington et Varsovie. Un article récent du Centre d’Études Stratégiques et Internationales de Washington, DC, a noté que « Par rapport à beaucoup de ses voisins, l’Allemagne a des liens politiques, économiques et culturels de longue date avec la Russie – sans parler d’une tendance au scepticisme envers les États-Unis qui incite une partie de la classe politique allemande à sympathiser avec les vues russes sur la nécessité d’un ordre international moins centré sur les États-Unis ».

De même, les relations germano-américaines suscitent une acrimonie croissante ces derniers temps, suite aux récentes menaces de Washington « d’accabler de sanctions juridiques et économiques » les entreprises allemandes qui participeraient, sous quelque forme que ce soit, au projet de gazoduc Nord Stream 2, qui transporterait du gaz naturel de la Russie vers l’Allemagne. (Soit dit en passant, la Pologne s’oppose aussi fermement au projet Nord Stream 2, qui la contourne).

Le Ministre d’État allemand Niels Annen a « fermement rejeté » les sanctions américaines proposées et a répliqué : « Menacer un ami proche et allié de sanctions, et utiliser ce genre de langage, ne marchera pas. La politique énergétique européenne sera décidée à Bruxelles, et non à Washington ».

Ces échanges acerbes entre les politiciens allemands et américains ainsi que la récente décision de l’administration Trump de retirer plus de 12 000 soldats d’Allemagne (et d’en détourner une partie vers la Pologne) mettent en évidence la complexité des relations de l’Allemagne avec les États-Unis et la Pologne. Le gouvernement polonais de droite est heureux de jouer le rôle de cheval de Troie des États-Unis au sein de l’UE.

Cependant, tant que l’UE refuse de se rallier à la Pologne, dont la direction populiste de droite est déjà considérée avec scepticisme comme une enfant terrible aux portes de la vieille Europe, Moscou bénéficie d’un espace diplomatique. Le calcul de Poutine fonctionne sur cette base.

L’essentiel est que la Russie a des intérêts légitimes en Biélorussie et que Moscou préfère une transition ordonnée en Biélorussie par le biais de consultations entre Loukachenko et l’opposition politique. Une position utile de l’UE est donc importante pour Poutine.

Les derniers rapports de Bruxelles ont révélé que lors de la conversation téléphonique de 30 minutes qui a eu lieu plus tôt dans la journée entre Poutine et Charles Michel, ils ont « discuté des options pour faciliter un dialogue entre Minsk et l’opposition, notamment avec la médiation de l’OSCE ».

M.K. Bhadrakumar

 

Article original en anglais : Russia takes Europe’s support to calm Belarus, Indian Punchline, le 18 août 2020.

Traduit par Réseau International



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]