La Russie vole-t-elle vraiment les céréales ukrainiennes?

La chaîne CNN a publié la semaine dernière un reportage insinuant que la Russie « vole les céréales ukrainiennes ».

« Des images satellites exclusives de la compagnie américaine Maxar Technologies montrent que des troupes russes volent les céréales des ports ukrainiens », rapporte le correspondant de CNN Alex Marquardt.

Les images en question ne permettent pas de voir de quels navires il s’agit et où ils se trouvent. Cependant, le quotidien italien Corriere della Sera écrit: « Ces images ont été prises dans le port criméen de Sébastopol… On y voit deux cargos sous pavillon russe charger ce qui pourrait être des céréales ukrainiennes volées. »

Le journal affirme (les images datent du 19 et du 21 mai) que les navires sont amarrés à une sorte de dépôt de céréales, et ces céréales sont chargées dans des conteneurs. Par ailleurs, selon les informations du site de suivi naval MarineTraffic.com, les deux navires avaient déjà quitté le port à ce moment.

« La Crimée rattachée à la Russie apporte peu de céréales, contrairement aux régions ukrainiennes riches en récoltes de Kherson et de Zaporojie, situées au nord », écrit le quotidien italien affirmant que « les forces russes ont vidé plusieurs dépôts sur les territoires occupés ».

Le reportage des Américains et les commentaires des Italiens semblent aberrants. Car, selon les médias occidentaux, la Russie a bloqué les ports ukrainiens et empêche l’évacuation de céréales d’Odessa. Dans ce cas, comment ces céréales se sont-elles retrouvées dans la ville russe de Sébastopol? Et comment la Russie aurait-elle pu les « voler » d’Odessa?

Tandis que « l’Europe civilisée » se prépare déjà à voler les céréales ukrainiennes, déclarant que le monde « risque une famine mondiale » sans débloquer les ports ukrainiens bloqués par les Russes et sans faire sortir les céréales d’Ukraine. Alors que c’est l’Ukraine qui a bloqué les ports en minant leurs eaux.

Lundi 23 mai, la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly a déclaré que l’Occident devait aider rapidement l’Ukraine à exporter ses réserves de céréales face à la crise alimentaire mondiale qui s’avance. « Nous devons libérer les céréales ukrainiennes et les envoyer dans les ports européens », a déclaré la chef de la diplomatie canadienne.

L’Ukraine est qualifiée de grenier de l’Europe. Selon les estimations d’IHS Markit, en 2021 l’Ukraine occupaitla deuxième place en termes de livraisons de céréales en UE (14% du total des exportations de céréales en UE). Afin d’assurer l’évacuation des céréales ukrainiennes, la Commission européenne a proclamé une stratégie de solidarité de l’UE avec l’Ukraine pour « débloquer les frontières et augmenter la capacité de transport des voies routières et ferroviaires pour exporter des céréales ukrainiennes ».

Or le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis a proposé, pour évacuer les céréales via Odessa, d’utiliser une coalition maritime comprenant plusieurs membres de l’Otan et d’autres pays ayant besoin de céréales (par exemple, l’Égypte).

L’idée de Gabrielius Landsbergis a été soutenue par la chef de la diplomatie britannique Liz Truss, qui a proposé d’envoyer des navires de guerre pour convoyer les navires de céréales d’Odessa. Selon The Times, il est également prévu de déployer en Ukraine des missiles de longue portée « pour endiguer toute tentative russe de saboter le couloir ». Alors que le chef du Pentagone Lloyd Austin a remercié le Danemark qui a promis de fournir à l’Ukraine des missiles antinavires de longue portée Harpoon afin de protéger les cargos transportant les céréales.

Et pendant ce temps, l’Occident évacue déjà des céréales. Une accumulation notable de navires a été constatée près de l’entrée dans le port roumain de Sulina en mer Noire.

Le ministère russe des Affaires étrangères souligne que les « discussions sur le prétendu blocage par la Russie des exportations de céréales ukrainiennes dans les ports de la mer Noire et le déficit que cela aurait provoqué sur le marché ne sont rien d’autre que des spéculations ».

Il serait logique de supposer qu’en réduisant les réserves alimentaires dans le pays Kiev paye avec les céréales ukrainiennes pour les armes livrées à l’Ukraine par l’Occident.

Alexandre Lemoine



Articles Par : Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]