La saga Assange: Le vrai journalisme est criminellement fou

L’objectif ultime de l’inquisition post-vérité du lanceur d’alerte Julian Assange est son renvoi dans le système pénal du goulag américain.

La synchronicité aime décidément bien les murs de miroirs.

La saga Julian Assange semble être entrée dans un nouveau chapitre car il était, en théorie, en route vers la liberté – conditionnelle – lundi dernier, un jour seulement après le premier anniversaire de l’événement qui a démarré les Années Folles : l’assassinat du major général iranien Qassem Soleimani.

Le sort du journaliste que l’Empire cherche à supprimer a ainsi été juxtaposé au sort du guerrier/diplomate que l’Empire avait déjà supprimé.

Deux jours plus tard, Assange a été réincarcéré de facto exactement au moment où l’Empire était frappé par une « insurrection » du genre de celle qui, lorsqu’elle est déclenchée dans ce lointain « Tiers Monde », est célébrée en Exceptionnelistan comme « pouvoir du peuple ».

L’inestimable Craig Murray, de l’intérieur de la Cour d’assises n°1 de Westminster à Londres, a méticuleusement présenté ce mercredi tous les contours de cette folie.

Lisez-le en conjonction avec le jugement absolument terrifiant rendu lundi dans l’affaire du gouvernement des États-Unis contre Julian Assange.

Pour tous ceux qui pratiquent le vrai journalisme dans le monde entier, le point déterminant est que le jugement affirme catégoriquement que tout journaliste peut être poursuivi en vertu de la loi américaine sur l’espionnage. Depuis un amendement de 1961, la loi sur l’espionnage dispose d’une compétence universelle.

Le grand John Pilger décrit de façon mémorable la « juge » Vanessa Baraitser comme « cette femme gothique ». Elle est en fait une obscure servante publique, et non une juriste. Son jugement est parfaitement récité et a été écrit par un médiocre bidouilleur débutant. Ou, mieux encore, il a été entièrement calqué sur l’acte d’accusation du Département de la Justice américain.

Assange a été déchargé de la demande d’extradition – à la dernière minute – pour des raisons théoriquement humanitaires. L’affaire était donc, en fait, terminée. Pas vraiment. Deux jours plus tard, il a été renvoyé à Belmarsh, une sordide prison de sécurité maximale. L’affaire est donc en cours.

Kristinn Hrafnnson, rédacteur en chef de WikiLeaks, a noté à juste titre : « C’est injuste et illogique, si l’on considère sa décision d’il y a deux jours concernant la santé de Julian, en grande partie parce qu’il se trouve dans la prison de Belmarsh … Le renvoyer là-bas n’a aucun sens ».

Cela a du sens quand on considère le rôle réel de Baraitser, qui était perdu en essayant de jongler entre les impératifs de l’agenda impérial et la nécessité de sauver la face de la justice britannique.

Baraitser est un simple soldat qui boxe bien au-dessus de sa catégorie. Le véritable pouvoir dans l’affaire Assange réside dans Lady Emma Arbuthnot, qui a été contrainte en 2019 de renoncer à un rôle visible de première magistrate chargée d’instruire l’affaire depuis 2017 en raison de ses liens, par l’intermédiaire de son mari Lord Arbuthnot, avec les services de renseignement et les milieux militaires britanniques.

Ces liens potentiellement compromettants ont d’abord été révélés par – qui d’autre ? – WikiLeaks.

Lady et Lord Arbuthnot

C’est Arbuthnot qui a choisi l’obscure Baraitser, qui suit consciencieusement sa feuille de route. Au tribunal, comme Murray l’a détaillé dans une série de rapports brûlants, Baraitser couvre essentiellement son incompétence avec une vindicte flagrante.

Baraitser a déchargé Assange, selon son propre raisonnement, parce qu’elle n’était pas convaincue que l’effroyable goulag américain l’empêcherait de se suicider.

Mais le point essentiel est qu’avant d’arriver à cette conclusion, elle était d’accord avec pratiquement tous les points de l’acte d’accusation américain et les a renforcés.

Ainsi, à ce stade, lundi, la « femme gothique » effectuait une contorsion pour sauver les États-Unis du profond embarras mondial de poursuivre un journaliste et un éditeur de facto pour avoir révélé des crimes de guerre impériaux, et non des secrets du gouvernement américain.

Deux jours plus tard, le tableau complet est apparu clairement. Ce jugement n’avait rien « d’humanitaire ». La dissidence politique était assimilée à une maladie mentale. Julian Assange a été qualifié de fou criminel. Une fois de plus, l’exercice du journalisme a été criminalisé.

Il y a cependant des raisons de croire qu’un appel du gouvernement américain pourrait échouer. Une Haute Cour britannique hésiterait à annuler un jugement dans lequel Baraitser aurait en fait établi des conclusions de fait : une corrélation directe entre l’état du goulag américain et le danger extrême pour la santé de Assange s’il est jeté dans ce système.

Dans l’état actuel des choses, le fait que la défense de Assange ait proposé un ensemble complet de mesures pour obtenir une libération sous caution, allant de l’assignation à domicile à l’utilisation d’un bracelet à la cheville, n’a même pas d’importance. L’idée de Baraitser selon laquelle l’État de sécurité britannique ne pourrait pas l’empêcher de s’échapper en portant un bracelet à la cheville au milieu d’un confinement total de type État policier ne peut même pas être qualifiée de blague.

Assange revient donc à la souffrance d’une réécriture perverse et interminable de Le Puits et le Pendule de Edgar Allan Poe.

La stratégie juridique du gouvernement américain avant la convocation de la Haute Cour en avril est essentiellement d’essayer de prouver que son goulag américain est suffisamment compétent pour prévenir le suicide – même si le but ultime de cette Inquisition post-vérité semble être la fin de Assange par le système pénal.

Cet objectif ne nécessite même pas une prison supermax dans le Colorado. Belmarsh fera l’affaire.

Pepe Escobar

Article original en anglais :

The Assange Saga: Practicing Real Journalism Is Criminally Insane

asiatimes.com

Traduit par Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]