Print

La saison des manœuvres militaires est ouverte en Europe
Par Alexandre Lemoine
Mondialisation.ca, 24 mai 2021
Observateur continental
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-saison-des-manoeuvres-militaires-est-ouverte-en-europe/5656851

Personne ne déclarera que les manœuvres militaires sont un entraînement des actions offensives de l’armée contre une puissance concrète. L’Otan et les Etats-Unis ne dérogent pas à cette règle et ont qualifié Defender Europe 2021 d’exercices purement défensifs.

Mais les troupes ne peuvent pas rester constamment sur la défensive. L’époque des guerres de tranchées de la Première Guerre mondiale est révolue depuis longtemps. Cédant la place à l’ère des moteurs, des armes nucléaires et de la grande mobilité. C’est pourquoi les généraux de l’Otan mentent en décrivant Defender Europe 2021 comme des exercices défensifs. Toute défense prévoit une controffensive contre un ennemi épuisé par l’attaque. Et la stratégie défensive de Defender Europe 2021 ne fait pas exception.

Ces manœuvres se dérouleront de début mai à mi-juin. Les exercices de mai de l’Otan en Europe ne sont pas quelque chose d’exceptionnel.

Les exercices Defender Europe se déroulent chaque année et rassemblent sous leurs drapeaux plusieurs dizaines de pays membres de l’Otan avec des compatissants. L’Arménie (membre de l’Organisation du Traité de sécurité collective, OTSC) a failli se retrouver dans cette liste mais, fin avril, elle a annoncé son retrait du programme des manœuvres.

Les manœuvres d’une ampleur sans précédent pour l’Europe depuis plus de 25 ans se déroulent sur le territoire de 16 Etats. L’Otan en a judicieusement exclu le territoire ukrainien, mais Kiev a tout de même envoyé ses militaires pour y participer. Les troupes conjointes incluent traditionnellement des unités moldaves et géorgiennes.

Rien que le Pentagone projette depuis la partie continentale des Etats-Unis 1.200 unités de matériel. Le destroyer américain USS Thomas Hudner (DDG-116) et le croiseur lance-missiles USS Monterey (CG-61) feront leur apparition en mer Noire.

Ces grandes manœuvres comportent définitivement un message provocateur pour la Russie. L’Otan réunit à l’ouest de la Russie un grand arsenal et des dizaines de milliers de soldats. Qui peut garantir à 100% que cette armada ne passera pas instantanément à l’offensive?

Comme pour se justifier les superviseurs des exercices parlent d’une transparence totale des manœuvres. Oana Lungescu, porte-parole de l’Otan, rassure: « Nous sommes absolument transparents dans ce que nous faisons, et tous les pays ont le droit d’entraîner leurs forces. »

Cependant, Oana Lungescu esquive habilement la question concernant l’invitation des observateurs russes et chinois.

En même temps, tout exercice auquel participent plus de 13.000 militaires doit être ouvert aux observateurs étranger, conformément au Document de Vienne de 2011. Entre 28.000 et 30.000 hommes participent à Defender Europe 2021, et la Russie était en droit de s’attendre à une invitation pour les observateurs. Mais les stratèges de l’Otan ont agi sagement: les exercices ont été répartis en plusieurs manœuvres plus réduites avec moins de 13.000 soldats dans chaque partie.

Le général Brice Houdet, vice-chef d’état-major du grand quartier général des puissances alliées en Europe, affirme: « Moins de 9.000 militaires participeront instantanément aux exercices. »

Voici donc le moyen rusé choisi pour contourner les nuances juridiques.

Une attention particulière sera accordée à l’artillerie pendant Defender Europe 2021. Cela témoigne de la préparation d’opérations d’envergure contre l’armée de terre. Plus tôt, la majeure partie des exercices était explicitement antiterroriste. A présent, la ligne centrale de tous les exercices passe clairement par la thèse d’un « salut d’artillerie pour la Russie ». Voici comment l’Otan garantit le caractère défensif de Defender Europe.

Les experts pointent le caractère offensif des scénarios élaborés pour toute la série d’exercices Defender Europe 2021. Seul l’entraînement de l’évacuation des blessés du champ de bataille peut être qualifié d’opération défensive. Dans tous les autres cas le matériel militaire avec du personnel se déploie rapidement pour passer à l’offensive. Bien évidemment, dans la plupart des cas en direction de la Russie continentale, de la région de Kaliningrad et de la Biélorussie. Il faut des nerfs d’acier pour ne pas prendre de telles opérations « multidimensionnelles » pour une offensive réelle. D’autant qu’il n’existe aucun observateur dans le camp de l’ennemi potentiel.

Les manœuvres se déroulent principalement sur le territoire des pays n’ayant pas de potentiel militaire particulier, dont la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et l’Estonie. En cas de véritable guerre, les armées de ces pays tiendront quelques jours tout au plus et le niveau des entraînements n’y est pas très important.

Alors que la coordination claire des actions offensives couplée à la localité paraît très attirante pour l’Otan. Et ni la troisième vague de Covid-19, qui fait rage en Europe, ni les immenses dépenses pour les exercices ne constituent un obstacle. Tandis que le monde est aux prises avec une crise, les Européens et les Américains dépensent des centaines de millions d’euros pour des manœuvres. Tout en battant les records d’envergure.

Selon le plan, fin juin, Defender Europe 2021 se soldera par des exercices d’état-major, après quoi le contingent américain repartira en traversant l’Atlantique. Et dans le scénario le plus optimiste ils prendront « le salut d’artillerie pour la Russie » avec eux.

Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.