Print

La sortie américaine d’Afghanistan est-elle une ruse?
Par Germán Gorraiz López
Mondialisation.ca, 06 septembre 2021
Observateur continental
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-sortie-americaine-dafghanistan-est-elle-une-ruse/5659938

Dans l’accord de Doha signé en février 2020 entre l’administration Trump et les talibans, les Etats-Unis ont accepté le principe selon lequel les talibans étaient une «structure militaire et un mouvement afghan», donnant le feu vert qu’après leur retrait du territoire afghan en septembre 2021, les talibans détiennent le pouvoir en Afghanistan.

Pour les Etats-Unis, cela vaut «tant qu’une organisation terroriste internationale qui s’oppose à leurs intérêts ne stationne pas le pays» de sorte que la conquête du pouvoir par les talibans ne représente pas en soi un problème insoluble pour l’administration Biden. Elle continuerait, ainsi, d’être présente indéfiniment sur le sol afghan à l’aéroport de Kaboul, de facto reconverti en une nouvelle base opérationnelle américaine.

Ainsi, l’effondrement de l’armée afghane a permis l’entrée réussie des talibans à Kaboul. Cela a servi de prétexte au président Biden pour déployer 5 200 soldats à l’aéroport de Kaboul sous prétexte de «superviser l’évacuation du personnel civil et militaire américain comme, également, des collaborateurs afghans». Cela représenterait le double du nombre de troupes américaines présentes sur le sol afghan lorsque le retrait échelonné des militaires a commencé en mai, tandis qu’une escouade de chasseurs F-18 de la base aérienne qatarie d’Al Udeid aurait exercer le contrôle aérien de la région de la capitale en servant de moyen de dissuasion à toute tentation des talibans de conquérir l’aéroport. Dès lors, le Pentagone pourrait profiter de cette situation pour installer une base sur le sol afghan à partir de laquelle il pourrait conditionner les aspirations russes et chinoises à profiter du vide logistique laissé par les Etats-Unis dans le reste du pays afghan.

D’autre part, Ahmad Massoud, fils du mythique chef moudjahidine «Lion du Pandjchir» qui a combattu le contingent soviétique et a, ensuite, eu la bénédiction des Etats-Unis dans son combat contre les talibans jusqu’à son assassinat en 2001, appelle, dans une déclaration publiée dans L’Express, à la résistance contre la domination talibane ayant comme base d’opérations la vallée du Pandjchir située à 140 km de la capitale et habitée par la population tadjike face aux talibans. Dans le même communiqué, Ahmad Massoud demande ouvertement l’aide militaire des Etats-Unis et de l’Europe pour maintenir le drapeau de l’Alliance du Nord. Il ne serait, donc, pas exclu que les Etats-Unis lui fournissent des missiles sol-air FIM-92 Stinger et des missiles antichars FGM-148 Javelin ainsi que des drones de combat (UCAV Predator) pour empêcher l’occupation de la vallée par les talibans. Si l’aide est consommée, les Etats-Unis auraient une vaste zone d’opérations à partir de laquelle ils contrôleraient les opérations des talibans et auraient un couloir sûr vers le Tadjikistan voisin, qui, bien qu’il soit actuellement un allié de la Russie sa population étant majoritairement Tadjik cela qui pourrait devenir un protectorat américain qui établirait un arc de crise aux frontières russe et chinoise qui modifierait considérablement l’équilibre géopolitique dans cette zone.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.