La troisième guerre mondiale de Bush

Région :

« Il y a un leader en Iran qui a déclaré qu’il souhaitait détruire Israël. J’ai alors dit aux gens que si on est intéressé par éviter la troisième guerre mondiale, on doit aussi s’efforcer de l’empêcher d’acquérir les connaissances nécessaires à la fabrication d’armes nucléaires. Je considère que l’Iran doté de l’arme nucléaire serait une menace très sérieuse… » (George W. Bush, le 17 octobre 2007)

Rictus et rire : « Voici son expression alors qu’il prononce les mots « troisième guerre mondiale » » (Huffington Post, le 17 octobre 2007)
 

 

« Je crois que (la révolte des passagers du vol 93 détourné le 11 septembre 2001) a été la première contre-attaque de la troisième guerre mondiale. » (George W. Bush, le 6 mai 2006)

« Cette idée que les États-Unis se prépare à attaquer l’Iran est tout simplement ridicule … Cela dit, toutes les options sont sur la table. » (George W. Bush, février 2005)

Nous ne vivons pas dans un monde sain et rationnel où les très importantes décisions prises par le président des États-Unis reposent sur une compréhension de leurs conséquences possibles.

Une troisième guerre mondiale n’est plus un scénario hypothétique.

Pendant la Guerre Froide, la notion de « destruction mutuelle assurée » (MAD en anglais) a été développée. Une compréhension des conséquences dévastatrices d’une guerre nucléaire a largement contribué à éviter le déclenchement de la guerre entre les États-Unis et l’Union Soviétique.

Aujourd’hui, dans l’après-guerre froide, ce sens du discernement n’a plus cours. Le spectre d’un holocauste nucléaire qui hante le monde depuis un demi-siècle a été relégué au statut de «dommage collatéraux ».

Sous les néoconservateurs, la politique étrangère des États-Unis est fondée sur un programme diabolique et criminel. La «guerre contre le terrorisme» est un mensonge; l’Iran ne constitue ni une menace pour la sécurité mondiale – comme l’a confirmé un récent rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) – ni une menace pour Israël.

Le président des États-Unis est un menteur qui croit ses propres mensonges.

Bien que les armes nucléaires inexistantes de l’Iran soient censées constituer une menace mortelle, les armes nucléaires tactiques « made in USA » sont décrites dans les documents du Pentagone comme étant « inoffensives pour la population civile environnante. »

Ironiquement, ceux qui décident de l’utilisation d’armes nucléaires croient en leur propre propagande. Une attaque nucléaire préventive contre l’Iran est présentée comme un véritable engagement humanitaire qui contribuerait à la sécurité mondiale.

Et maintenant, le chef de l’État US, qui a une compréhension limitée de la géopolitique, et encore moins de la géographie, insinue que si l’Iran ne renonçait pas à son programme inexistant d’armes nucléaires, nous pourrions être forcés d’entrer à contrecoeur dans un scénario de troisième guerre mondiale. Bush a insinué qu’en tant que commandant en chef, il pourrait décider de déclencher une guerre contre l’Iran, qui pourrait nous conduire à la troisième guerre mondiale.

« Le Docteur Folamour refait surface. » 
 

Dans une logique complètement tordue, la troisième guerre mondiale est présentée par le président des États-Unis comme un moyen d’empêcher des dommages collatéraux.

La guerre serait déclenchée par l’Iran, qui a refusé de se conformer aux « demandes raisonnables » de la « communauté internationale ».

La réalité est faussée et même inversée. L’Iran est accusé de vouloir déclencher la troisième guerre mondiale.

 

Le black-out des Médias

L’opinion publique mondiale a les yeux rivés sur le cataclysme du réchauffement climatique. En revanche, la troisième guerre mondiale ne fait pas la une des journaux. Nous parlons de la perte de dizaines de milliers de vies : les conséquences du planning militaire des Etats-Unis, qui envisage l’utilisation préventive d’armes nucléaires de manière très concrète, menacent l’avenir de l’humanité.

À l’heure actuelle, les États-Unis et les forces de la coalition incluant l’OTAN et Israël sont dans un état de préparation avancé pour déclencher une attaque contre l’Iran. Les dirigeants de la coalition ont une pleine et entière connaissance qu’une telle action conduira à un scénario de troisième guerre mondiale. Des scénarios d’escalade militaire ont déjà été envisagés et analysés par le Pentagone. Les exercices militaires parrainés par les États-Unis ont même prévu la possibilité d’une intervention de la Russie et la Chine.

L’idée de la troisième guerre mondiale trotte dans la tête des architectes néoconservateurs de la politique étrangère des États-Unis dès les débuts du régime Bush. Elle est contenue dans un document publié en septembre 2000 par le «Project of the New American Century (PNAC)» [Projet pour le nouveau siècle américain].

Les objectifs déclarés du PNAC impliquent une « longue guerre », une guerre mondiale sans frontières :

– « défendre la patrie américaine;

– combattre simultanément sur des théâtres de guerre majeurs et remporter de multiples victoires de manière décisive;

– remplir les fonctions de gendarme afin de créer un environnement de sécurité dans les régions critiques;

– transformer les forces armées US pour exploiter la « révolution dans les affaires militaires. »

L’ancien sous-secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, l’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et le vice-président Dick Cheney ont commandé le plan au PNAC avant les élections présidentielles de l’an 2000. Le PNAC esquisse une feuille de route de conquête.

La doctrine nucléaire préventive figurant dans le « Nuclear Posture Review » est soutenue par le Parti Républicain et les think-tanks [cercles de réflexion, NdT] conservateurs de Washington.  

George W. Bush est un instrument aux mains de puissants intérêts économiques. Le scénario de guerre préventive contre l’Iran reçoit largement l’appui du Congrès des Etats-Unis. Il est également soutenu par les partenaires et les alliés européens des États-Unis. Les dirigeants républicains ont exprimé leur soutien à un scénario de troisième guerre mondiale préventive. Dans une entrevue de 2006, au plus fort des bombardements israéliens sur le Liban (16 juillet 2007), l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich a reconnu candidement : 

« Nous sommes dans les premières étapes de ce que je décrirais comme la troisième guerre mondiale et franchement, notre administration ne réagit pas assez vite et nous n’avons pas la bonne attitude. C’est la 58e année de la guerre visant à détruire Israël et franchement, les Israéliens ont tous les droits d’insister pour que les missiles présents au Liban-Sud disparaissent. Les États-Unis devrait venir en aide au gouvernement libanais pour l’aider à éliminer le Hezbollah en tant que force militaire au Liban-Sud – mais pas comme force politique au Parlement. »

L’administration Bush a adopté une politique de première frappe nucléaire « préventive » qui a maintenant reçu l’approbation du Congrès. Les armes nucléaires ne sont plus une arme de dernier recours comme c’était le cas pendant la Guerre Froide.

Dans un document confidentiel du Pentagone (Nuclear Posture Review) présenté au Sénat au début de l’année 2002, l’administration Bush a mis en place des plans pour une « première attaque offensive » avec des armes nucléaires, non seulement contre l’« axe du mal » (l’Irak, l’Iran, la Libye, la Syrie et la Corée du Nord), mais aussi contre la Russie et la Chine. 

Article original en anglais, Bush’s World War Three, publié le 17 octobre 2007. 


Traduction : Dany Quirion pour Alter Info. Révisé par Nicolas Gourio pour Mondialisation.


Micchel Chossudovsky est l’auteur du best-seller international The Globalization of Poverty (titre français: « La mondialisation de la pauvreté», éd. Écosociété) qui a été publié en 11 langues. Il est professeur d’économie à l’Université d’Ottawa, Canada, et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation. Il collabore également à l’Encyclopaedia Britannica. Son dernier ouvrage est intitulé America`s War on terrorism,  2005.  Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre

 

 



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]