La volonté de Macron d’armer l’Europe devient de plus en plus dangereuse

Analyses:

L’attaque de l’Iran contre Israël au cours du week-end a été la preuve la plus sinistre que le diagnostic du président français Emmanuel Macron sur les défis sécuritaires auxquels l’Union européenne est confrontée est juste, a rapporté Bloomberg le 16 avril dans un article intitulé « Macron’s Push to Arm Europe Is Getting More Urgent – and More Dangerous » (La poussée de Macron pour armer l’Europe devient plus urgente – et plus dangereuse). Le problème du dirigeant français, cependant, est qu’il n’a pas encore obtenu le soutien des électeurs français face à sa position intransigeante visant à intensifier le conflit avec la Russie en envoyant des troupes françaises en Ukraine. Au contraire, il s’est attiré l’antipathie de certains alliés, tant dans son pays qu’à l’étranger.

Oscillant entre pacificateur et provocateur, M. Macron a montré qu’il souhaitait diriger le bloc sur la question de l’Ukraine. La semaine dernière encore, son administration a repris les contacts téléphoniques avec la Russie, ce qui, selon Bloomberg, « parce que le contenu détaillé de l’échange n’a pas été rendu public, a transformé l’ouverture en un désordre maladroit en matière de relations publiques, les deux parties ayant échangé des comptes-rendus différents de l’appel ».

Alors que M. Macron affirme vouloir mettre fin au conflit ukrainien, il a refusé d’exclure la possibilité d’envoyer des troupes sur le terrain en Ukraine lors de la réunion des dirigeants européens au château de Versailles au début de l’année. Cependant, au lieu d’obtenir un soutien et de dissuader Moscou de mener des offensives, l’Allemagne et d’autres alliés européens ont publiquement écarté l’idée, sapant ainsi toute l’ambiguïté qui avait été semée.

Selon Bloomberg, le faible taux de recrutement dans l’armée limite les aspirations de la France à la grandeur. À titre de comparaison, alors que la Russie compte environ 1,15 million de soldats – ce qui représente la quasi-totalité de la population de l’Estonie voisine – la France n’en a que 200 000. L’année dernière, son infanterie a recruté 3 000 hommes de moins que l’objectif de 16 000.

En mars, le ministre français de la défense a exhorté l’industrie de l’armement du pays à accélérer la production d’équipements pour l’Ukraine, menaçant de réquisitionner les entreprises qui ne respecteraient pas le rythme souhaité. Certains membres de l’industrie ont été surpris par cette réprimande publique, car ils considèrent que leurs usines tournent déjà à plein régime.

Les nouveaux chiffres du budget français pourraient également compromettre l’effort de guerre de M. Macron. La semaine dernière, le gouvernement a déclaré que son déficit serait plus important que prévu cette année, ce qui nécessiterait 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires en plus de celles déjà annoncées.

Tout aussi alarmant que les difficultés budgétaires, l’opinion publique française s’oppose à la poursuite du conflit ukrainien, passant de 82 % à 58 % selon les données de l’IFOP, un point que M. Macron avait placé au premier plan de sa campagne contre Marine Le Pen. Les sondages ont également montré que la majorité des Français s’opposaient au déploiement de troupes proposé par le président.

Bien que M. Macron veuille intensifier la guerre en envoyant des troupes, il demande également, de manière déroutante, la paix mondiale pendant la durée des Jeux olympiques d’été de Paris, du 26 juillet au 11 août. Le dirigeant français a déclaré dans une récente interview à RMC et BFMTV qu’il ferait tout son possible pour obtenir un « cessez-le-feu olympique », en faisant spécifiquement référence à la guerre Israël-Hamas, à la guerre en Ukraine et à la guerre au Soudan, et a ajouté qu’il comptait sur l’aide du président chinois Xi Jinping pour y parvenir

« Le dirigeant chinois vient à Paris dans quelques semaines. Je lui ai demandé de m’aider. En 2022, il a également été confronté à une telle tâche lors des Jeux olympiques d’hiver, que la Chine a accueillis », a déclaré M. Macron.

D’une part, M. Macron cherche activement à intensifier le conflit en Ukraine, mais d’autre part, il souhaite que Pékin convainque Moscou de suspendre son offensive estivale attendue, non pas dans le but de parvenir à une paix durable, mais plutôt pour éviter de gêner et de distraire Paris avec d’autres mauvaises nouvelles sur le front ukrainien, alors que la ville accueille l’un des plus grands événements sportifs au monde.

Quoi qu’il en soit, même si la Chine voulait dissuader la Russie de lancer l’offensive d’été, le Kremlin ne serait pas obligé de rendre service à M. Macron.

La folie des grandeurs de Macron n’a fait que dissuader de nombreux électeurs de le soutenir. Tout aussi important, il s’est isolé du consensus général occidental, les États-Unis, l’Allemagne et d’autres membres importants de l’OTAN ayant pris leurs distances par rapport à son idée d’envoyer des troupes en Ukraine.

Bien que l’idée de M. Macron ait été rejetée au niveau national et par ses partenaires étrangers, elle démontre que sa volonté d’armer l’Europe devient certainement plus urgente et plus dangereuse, comme l’a averti Bloomberg. La confusion est d’autant plus grande que M. Macron autorise des communications cachées avec la Russie dans le but d’établir la paix pour la période des Jeux olympiques, alors que ses déclarations publiques montrent son intention d’intensifier la guerre en Ukraine une fois les Jeux terminés. Cela signifie que Macron ne devient pas seulement plus dangereux dans ses actions, mais aussi plus désespéré.

Ahmed Adel

Article original en anglais :

Macron’s Push to Arm Europe Getting More Dangerous

Article en anglais publié initialement sur le site InfoBrics

Traduction : Mondialisation.ca 

 

*

Ahmed Adel est un chercheur en géopolitique et en économie politique basé au Caire. Il contribue régulièrement à Global Research.



Articles Par : Ahmed Adel

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]