Print

L’administration Obama a-t-elle programmé la destruction de la Libye et la fin de Kadhafi ? Les révélations du contre-amiral US Kubic.
Par Sam La Touch
Mondialisation.ca, 03 mai 2014
Le blog de Sam La Touch
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/ladministration-obama-a-t-elle-programme-la-destruction-de-la-libye-et-la-fin-de-kadhafi-les-revelations-du-contre-amiral-us-kubic/5380369

Selon le contre-amiral à la retraite Charles R. Kubic, de l’US Navy,, immédiatement après la campagne de bombardements de l’OTAN en mars 2011 pour punir le régime libyen, Mouammar Kadhafi était «prêt à démissionner». « Il était prêt à partir en exil et était prêt à mettre fin aux hostilités. »

Selon Kubic, l’administration Obama a choisi de continuer la guerre sans permettre aux négociations de paix d’aller de l’avant. Kubic demande à ce qu’une commission d’enquête au Congrès soit menée.

Le 19 Mars 2011, Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, a fait une annonce dramatique à partir de Paris au nom de la «communauté internationale ». Elle a exigé que Kadhafi – un allié des États-Unis post-11 septembre contre le terrorisme d’Al-Qaida – respecte un cessez-le-feu sous une résolution des Nations Unies.

Le même jour, les forces aériennes et maritimes de l’OTAN ont fait la guerre à l’encontre de Kadhafi qui luttait contre Al-Quaïda pour soutenir et apporter par la suite la victoire aux rebelles d’Al-Qaïda qui luttaient contre le régime de Kadhafi. L’Oncle Sam a donc rejoint le camp de la djihad en Libye.

Selon Kubic, Kadhafi voulait discuter sa propre abdication de manière acceptable avec les Etats-Unis.

Le jour suivant, le 20 mars 2011, Kubic a relayé les demandes de pourparlers de Kadhafi au siège de l’US AFRICOM qui se serait montré favorable à ces négociations. L’AFRICOM a rapidement répondu avec intérêt et a mis en place des communications entre militaires étatsuniens et libyens.

Au 22 mars, Kadhafi avait commencé à retirer ses troupes des villes tenues par les rebelles de Benghazi et Misrata. Le cessez-le-feu demandé par Hillary Clinton semblait être à portée de main, avec l’abdication et l’exil potentiel de Kadhafi.

Puis, selon Diana West, dans son dernier livre « American Betrayal », Kubic a reçu l’ordre de « se retirer » de l’AFRICOM – un ordre qui est venu de l’administration Obama.

La question que pose Diana West est, qui, dans l’administration Obama a sabordé ces pourparlers de trêve qui auraient abouti à un transfert des pouvoirs sans effusion de sang et qui auraient sans doute évité la destruction de la Libye par les forces de l’OTAN ?

Mais la question qui subsiste in fine, au-delà de l’article de Diane West, est dans quelle mesure le plan atlantiste ne visait pas à détruire et affaiblir la Libye pour affaiblir toute la sous-région en vue d’en assurer un contrôle militaire et politique ?

Source en anglais de l'article de Diana West: Did U.S. choose war in Libya over Gadhafi abdication?, WND, le 24 avril 2014
Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.