Print

L’assassinat de Floyd provoque de violentes protestations aux États-Unis – Les citoyens unis contre l’oppression de l’État policier ?
Par Joachim Hagopian
Mondialisation.ca, 03 juin 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/lassassinat-de-floyd-provoque-de-violentes-protestations-aux-etats-unis-les-citoyens-unis-contre-loppression-de-letat-policier/5646205

Combien de fois allons-nous assister à un nouvel épisode terrifiant de policiers blancs racistes assassinant avec hostilité un autre Noir désarmé, avant de réaliser que cette répugnante injustice qui alimente notre colère à ce stade est multidimensionnelle, se trouvant au coeur des situations atroces se passant dans le monde.

L’oppression brutale et le massacre de personnes à la peau plus foncée sur cette terre depuis des siècles a coloré l’histoire de l’humanité de rouge sang, la même couleur que tous nous saignons. La conquête, la colonisation, le massacre et l’exploitation inhumaine de « races » jugées « inférieures » ou « plus faibles » avec un pigment de peau plus foncé, tout cela est malheureusement un fait historique bien ancré. Le fait que « le grand melting-pot des pays libres » appelé Amérique ait toujours été à l’épicentre de ce champ de bataille fébrile sur la question raciale ne devrait pas nous choquer. Après tout, les racines de l’Amérique {États-Unis} ont été fondées sur le racisme dès sa genèse, d’abord avec le génocide infligé aux autochtones qui a fait de l’hémisphère occidental son foyer pendant des siècles, puis le déracinement barbare de personnes à la peau plus foncée retirés de leur territoire africain pendant près de quatre siècles d’esclavage légalisé. Ce qui est encore plus tragique et diabolique, c’est le fait que, durant les 244 ans d’histoire, les États-Unis ont mené presque exclusivement une guerre, contre pratiquement toutes les nations « non blanches » de la planète tout au long de leur existence – 93% du temps pour être précis.

Il n’est donc guère surprenant que cette question troublante et explosive de la différence de couleur de la peau reste une plaie sanglante et profonde, non résolue dans le psychisme étasunien depuis la création des États-Unis. Ce qui est surprenant, c’est le peu de progrès réalisés dans la guérison de cette plaie ouverte. Beaucoup de gens pensent que le racisme anti-blanc est en hausse, en particulier les victimes de la violence contre les hommes blancs, qui a partiellement conduit à l’ascension de Trump. Mais bien sûr, le fléau du racisme du XXIe siècle, enflammé par la Covid-19, n’est pas seulement propre aux États-Unis, simplement parce que cet « Empire nation » de guerre sans fin et de problèmes raciaux jamais résolus est actuellement en chute libre, le règne du pays le plus riche et le plus puissant du monde est en déclin. Le racisme est un phénomène mondial non résolu qui existe depuis que les grands bateaux des conquérants ont commencé à arriver sur des rivages lointains il y a plus d’un millénaire.  

La justice pour George Floyd, 46 ans, devrait être un catalyseur unificateur pour les personnes opprimées du monde entier, afin de soutenir un mouvement populaire de justice universelle contre tout racisme institutionnalisé, exigeant un changement fondamental, et non seulement être dans le feu de l’action – la passion s’éteint dans quelques jours, jusqu’à ce que la prochaine infamie en face de nous éclabousse nos écrans d’ordinateur et les gros titres. Cynthia McKinney, ancienne députée géorgienne à six mandats, recommande une solution potentielle viable : 

Je propose la création d’un conseil permanent et indépendant, similaire au National Transportation Safety Board, doté de toute l’autorité nécessaire pour enquêter et imposer des solutions, y compris des poursuites, afin de mettre un terme au comportement de la police criminelle et à la mauvaise conduite des procureurs.

Deux mois avant que George Floyd ne soit asphyxié à mort par la police à Minneapolis, à Louisville, Breonna Taylor, une ambulancière du Kentucky, a été tuée sur la base d’un mandat de perquisition bâclé, alors que la police entrait par effraction chez elle et que son petit ami tirait en pensant qu’il s’agissait d’un cambriolage avec effraction, ce qui a entraîné la pulvérisation aveugle d’une arme à feu, tuant ainsi inutilement Breonna. Un mois auparavant, en février, c’était un jeune joggeur noir, Ahmaud Arbury, en Géorgie, qui avait été abattu par deux hommes blancs.

La violence qui en a résulté et qui s’est manifestée dans les villes étasuniennes lors des pillages et des émeutes de la semaine dernière a conduit à 4 000 arrestations dans tout le pays, symbolisant la frustration et la colère croissantes des gens partout dans le monde, réagissant à ce dernier meurtre inacceptable autorisé à se répéter vicieusement ad nauseam contre les personnes de couleur. Les protestations de masse s’étendent à Dublin, Londres, Berlin et Toronto {NDT: et Montreal}. Mais cette vague de réaction aux voyous blancs en uniforme bleu qui battent sans ménagement et mettent fin à la vie d’un autre Noir est plus intense cette fois-ci, compliquée par l’hostilité et la rage refoulées résultant du confinement prolongé du Coronavirus.  

Ces dernières années, les États-Unis sont devenus un champ de bataille à la fois diviseur et conquérant entre la présidence polarisante de l’Union européenne et le camp ennemi de l’État profond Obama-Clinton-Bush, la droite contre la gauche, les conservateurs contre les libéraux, les républicains contre les libéraux, les démocrates contre les libéraux, les libéraux contre les conservateurs et les libéraux contre les libéraux. Démocrate, blanc contre non-blanc, État bleu contre État rouge, pilule bleue contre pilule rouge, États-Unis contre Russie, Chine et Iran, patriotes contre Gates, Fauci, OMS, CDC et l’élite mondiale, et sur et dans les lignes de bataille tracées. Susan Rice, la conseillère à la sécurité nationale d’Obama, et d’autres personnes sont même en train de régresser vers le jeu fatigué de l’impasse qui consiste à blâmer la Russie pour les émeutes. Les forces de George Soros qui exploitent ces morts tragiques comme une opportunité pour fomenter la déstabilisation mondiale et le changement de régime avec un programme ultime vers une dictature mondiale marxiste totalitaire fasciste, ont surgi depuis des années maintenant et opposent les « races », les classes, les religions, les nations occidentales contre les nations orientales, depuis que Trump a gagné les élections de 2016.

Dans le passé, George Soros a payé des provocateurs Antifa hors de l’Etat pour inciter au chaos violent et aux troubles civils. Selon les premiers rapports, des agitateurs extérieurs à l’État alimentaient les flammes de l’agitation à Minneapolis et dans d’autres villes. Trump menace de placer Antifa sur la liste des terroristes. Il n’y a rien de si nouveau dans les événements horribles d’aujourd’hui, sauf un énorme éléphant dans la pièce, le confinement déclenché délibérément sous prétexte du coronavirus pour provoquer l’effondrement de l’économie mondiale, criminaliser la dissidence, retirer Trump du pouvoir et rendre obligatoire le déploiement de la vaccination. 

La violence et les troubles actuels ne peuvent être séparés de la toile de fond de l’oppression de l’État policier militarisé et parrainé par le gouvernement et de la violence dirigée contre les citoyens de toutes les couleurs qui s’étend à pratiquement toutes les nations du monde. Un plan calculé pour militariser les forces de police étasuniennes avec des armes provenant des guerres perdues par les États-Unis tout en formant la police américaine en Israël, puisque l’IDF est si expérimentée dans sa pratique génocidaire contre les Palestiniens. Le verrouillage mondial qui s’est abattu sur l’humanité depuis des mois, perpétré par une élite centralisée, a imposé le confinement et l’isolement forcé à l’échelle de la planète à cause d’une pandémie de faux coronavirus. La cabale du crime international au pouvoir cherche à exercer un contrôle tyrannique absolu sur les masses mondiales par le biais d’une arme biologique faussement surdimensionnée destinée à dépeupler la planète.

Le sentiment d’exaspération du personnage fictif de Howard Beale, qui a participé au film « The Network » de Paddy Chayefsky en 1976, n’a jamais été aussi approprié : « Je suis fou de rage et je ne vais plus le supporter ! » La population américaine est une poudrière incendiaire sur le point d’exploser, créant un grand bouleversement politique et financier qui va certainement se propager dans le monde entier.

De par leur conception, les contrôleurs planétaires ont utilisé leur crise induite pour détruire l’économie mondiale et infliger des blessures et la mort à des millions, voire des milliards de personnes dans le monde entier. C’est prévu depuis le livre de jeu viral Rockefeller de 2010. La rupture de la chaîne d’approvisionnement mondiale est en cours et, dans un effet de domino, les pénuries alimentaires et l’hyperinflation pourraient faire passer la Grande Dépression pour un mauvais jour.

Avec chaque crise de faux drapeau planifiée et mise en scène, les oligarques mondiaux qui contrôlent les gouvernements nationaux par la corruption et le chantage sexuel et l’économie mondiale par le vol monopolisé de débiteurs font un pas de plus vers la tyrannie de leur gouvernement mondial unique tant convoité. Ils nous ont aveuglés de façon calculée par le biais de la propagande des médias, d’un système éducatif brisé qui pousse à la confusion des identités sexuelles et au collectivisme communiste, d’aliments morts transformés chimiquement à base d’OGM, d’un empoisonnement aux métaux lourds dû à des décennies de géo-ingénierie, de fluorure dans le système d’approvisionnement en eau, de la dégradation de l’écocide qui a conduit à la sixième et première extinction de vie sur terre. Pendant plusieurs années consécutives, l’espérance de vie des Étasuniens a diminué. Pendant ce temps, pendant des décennies, la cabale a trompé le mythe de la surpopulation malthusienne, les peurs des virus tueurs et le canular du réchauffement climatique dû à l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone causées par l’homme, en tant qu’arsenal d’armes de destruction massive déployées. Le génocide mondial homicide contre l’humanité est depuis longtemps leur programme meurtrier.

Au fil des crises orchestrées, face à une stratégie de tension glaciale, la cabale utilise, par des moyens machiavéliques, la formule dialectique hégélienne « problème-réaction-solution » afin d’enclencher leur matrice de contrôle draconienne. L’élite a utilisé cette pandémie pour créer de manière trompeuse la peur et la panique afin de contrôler plus facilement les masses en exagérant le danger du virus comme un problème déterminé. La réaction a consisté à gonfler à tort le nombre de décès dans le monde attribués à la Covid-19 afin de se rapprocher du modèle logarithmique initial, qui était excessivement élevé de par sa conception intentionnelle. Le vaccin obligatoire comme solution de la cabale augmente le contrôle biométrique sur les masses. Pendant ce temps, ces mesures draconiennes extrêmes démolissent effectivement ce qui reste de nos droits et libertés constitutionnels et finissent par anéantir notre droit à la vie privée, presque inexistant, grâce à une surveillance biométrique électronique invasive accrue. Sans notre consentement, nous collectons insidieusement des données massives pour suivre chacun de nos mouvements, expressions, dépenses et habitudes et enfermons aisément les dissidents et les contrevenants.

Nous sommes déjà la population la plus surveillée de l’histoire de l’humanité, et nous avons été victimes de violations intrusives dont nous n’avions pas conscience. Une fois de plus, sans consentement ni test approprié, nous avons du 5G dans notre gorge irradiée et notre système immunitaire affaibli. Et maintenant, nous sommes rassemblés en troupeau et maintenus en isolement par un couvre-feu, emprisonnés indéfiniment en résidence surveillée. Et quand nous pouvons nous aventurer dehors, nous voyons des points de contrôle et des restrictions de voyage sans précédent, des violations de perquisitions et de saisies sans mandat, la vaccination obligatoire maintenant en attente comme programme de dépeuplement eugénique, sans aucune responsabilité en cas de décès ou de blessure. Nos sciences corrompues et nos universités hors de prix sont des moulins à propagande corporatisées, les grandes sociétés pharmaceutiques contrôlent toutes nos écoles de médecine et notre système de santé grotesquement inabordable, tandis que la publicité trompeuse tue des millions de personnes en leur fournissant des opioïdes mortels.

Il est temps de riposter en ne se laissant pas diviser et conquérir davantage, en laissant la haine, le blâme et l’ignorance nous pousser à nous battre entre nous, trop faibles et trop aveugles pour s’unir et vaincre le véritable ennemi – les élites financières qui contrôlent le système bancaire tirent les ficelles pour financer les deux parties à chaque conflit et chaque guerre. 

Joachim Hagopian

Article original en anglais :

Floyd Murder Sparks Violent Protests in US – Citizens at Breaking Point with Police State Oppression?, le 2 juin 2020

Traduit par Maya pour Mondialisation

Image en vedette : Portrait mural de George Floyd par Eme Street Art à Mauerpark (Berlin, Allemagne) (Photo par Singlespeedfahrer via Wikimedia Commons)

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de courrier électronique. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

 

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.