L’Assemblée générale adopte une résolution sur Gaza appelant à une trêve humanitaire

L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté vendredi une résolution sur « la protection des civils et le respect des obligations juridiques et humanitaires » dans la crise en cours à Gaza.

Le projet de résolution, présenté par la Jordanie, a reçu 120 voix pour, 14 contre et 45 abstentions.

Le vote s’est déroulé au deuxième jour d’une session d’urgence de l’Assemblée générale sur la crise israélo-palestinienne, dans un contexte d’impasse au Conseil de sécurité et de conditions de plus en plus désastreuses dans l’enclave assiégée de Gaza.

La résolution appelle notamment à une « trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue », à ce que toutes les parties respectent le droit international et à une aide continue et sans entrave dans la bande de Gaza.

Le texte, qui bénéficiait du soutien de plus de 40 États membres, dont l’Égypte, Oman et les Émirats arabes unis, appelle également à la « libération immédiate et inconditionnelle » de tous les civils détenus en captivité et exige leur sécurité, leur bien-être et leur traitement humain, conformément au droit international.

Un amendement a été proposé par le Canada qui « rejette et condamne sans équivoque les attaques terroristes du Hamas » en Israël à partir du 7 octobre et la prise d’otages. Cet amendement a été rejeté lors d’un vote qui a précédé celui sur le texte de la résolution car il n’a pas obtenu la majorité des deux tiers (88 votes pour, 55 contre et 23 abstentions).

Vote à l’Assemblée générale de l’ONU

À l’Assemblée générale, les 193 États membres disposent chacun d’une voix et contrairement au Conseil de sécurité, il n’y a pas de veto.

Les décisions de l’Assemblée générale sur les questions importantes sont prises à la majorité des deux tiers des membres présents et votants. Ces questions comprennent : des recommandations concernant le maintien de la paix et de la sécurité internationales, ou d’autres sujets définis à l’article 83 du Règlement intérieur de l’Assemblée générale.

L’expression « membres présents et votants » désigne les membres votant pour ou contre. Les membres qui s’abstiennent de voter sont considérés comme ne votant pas.

Les observateurs permanents auprès de l’ONU, le Saint-Siège et l’État de Palestine, n’ont pas leur mot à dire dans les décisions de l’Assemblée générale.

Le camp de réfugiés d'Al Shati à Gaza a été touché par des frappes aériennes.
© UNICEF/Mohammad Ajjour
Le camp de réfugiés d’Al Shati à Gaza a été touché par des frappes aériennes.

Le Conseil de sécurité dans l’impasse

La session d’urgence de l’Assemblée générale a commencé jeudi et 110 orateurs sont inscrits pour cette session qui s’est poursuivie vendredi et doit s’achever mardi 31 octobre.

Le Venezuela a pris la parole en premier vendredi, suivi du Qatar. L’Egypte et les États-Unis ont figuré aussi parmi les premiers orateurs de ce jour.

La session d’urgence de l’Assemblée générale se déroule dans le cadre du mandat « Unis pour la paix », habilitant l’Assemblée à agir lorsque le Conseil de sécurité se trouve dans l’impasse sur une question cruciale de paix et de sécurité internationales.

Jeudi, le Président de l’Assemblée générale, Dennis Francis, a appelé à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et inconditionnel et à l’ouverture de couloirs d’aide pour sauver des vies.

L’État de Palestine a pris la parole le premier jeudi, lançant un appel à mettre fin aux massacres pour le bien de « tous ceux qui peuvent être sauvés ».

Israël a ensuite pris la parole, décrivant la brutalité des attaques du Hamas contre des civils israéliens et d’autres, soulignant que son siège de Gaza et sa guerre contre le groupe militant visent à garantir que de telles « dépravations et atrocités ne se reproduisent plus jamais ».

La Jordanie, au nom du Groupe des Etats arabes, a déclaré qu’elle présentait le projet de résolution pour « prendre position en faveur de la paix », après l’échec répété du Conseil de sécurité à parvenir à un consensus.



Articles Par : Nations unies

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]