L’avion MH17 de Malaysia Airlines abattu par des avions militaires ukrainiens

Une attaque sous fausse bannière du régime de Kiev

Lors du Sommet de l’APEC à Pékin, le premier ministre australien Tony Abbott, l’hôte des réunions, du G20 à Brisbane, a laissé entendre en termes clairs au cours d’une rencontre de 15 minutes avec le président russe Vladimir Poutine, que Moscou était responsable de l’attentat du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine. 

Lors de la réunion, M. Abbott aurait déclaré que « la Russie avait armé les rebelles qui ont abattu l’avion et tué 38 Australiens ». M. Abbott a déclaré que « le MH17 a été détruit par un missile lancé de l’est de l’Ukraine avec un lanceur provenant de la Russie et qui lui a été rendu par la suite, [ajoutant que cette] affaire était très sérieuse. « 

Le premier ministre Tony Abbott rencontre le président russe Vladimir Poutine à Pékin. Photo : AFP

Le Centre de recherche sur la mondialisation a offert a dès le départ une importante couverture médiatique à l’attaque du MH17. Les preuves et l’analyse de l’incident invalident les accusations du premier ministre Abbott et indiquent clairement une attaque sous fausse bannière initiée par le régime de Kiev, soutenu par les États-Unis et l’OTAN, ainsi qu’un camouflage par les enquêteurs australiens et néerlandais.

Rappelons-nous que Washington a utilisé l’attaque contre le MH17 comme prétexte pour imposer des sanctions économiques à la Fédération de Russie.

Les médias et les gouvernements occidentaux ont tout fait pour supprimer et déformer les éléments de preuve indiquant que le MH17 n’a pas été abattu par un missile Buk, mais bien par un avion militaire ukrainien.

Le compte-rendu d’un contrôleur aérien espagnol sur Twitter [traduit de l’espagnol]

Un des premiers compte-rendus (en temps réel) indiquant la présence de deux avions militaires ukrainiens a été révélé par des messages Twitter du contrôleur aérien espagnol le jour des attaques. (C’est l’auteur qui souligne.)

11:48 – 17 juillet 2014

« L’avion B777 volait escorté par des chasseurs ukrainiens deux minutes avant de disparaître du radar »

11:54 – 17 juillet 2014

« Si les autorités de Kiev veulent dire la vérité, 2 avions de chasse volaient très près quelques minutes avant, n’a pas été abattu par un combattant »

12:00 – 17 juillet 2014

« L’avion B777 de Malaysia Airlines vient juste de disparaître et les autorités militaires de Kiev nous ont informé de l’attentat, comment pouvaient-ils savoir? »

12:00 – 17 juillet 2014

« 7:00 minutes après [la disparition de l’avion], l’attentat a été annoncé, plus tard, du personnel étranger a pris le contrôle de notre tour, ils ont encore ici »

12:01 – 17 juillet 2014

« Tout cela est enregistré dans les radars, pour les incrédules, abattu par Kiev, ici nous le savons et les contrôleurs aériens de l’armée le savent aussi »

13:15 – 17 juillet 2014

« Ici, les commandants militaires sont en charge et admettent que l’armée suit peut-être d’autres ordres, mais pas les pro-russes »

13:29 – 17 juillet 2014

« Le ministre de l’Intérieur savait ce que les chasseurs faisaient dans la région, pas le ministre de la Défense »

13:31 – 17 juillet 2014

« L’armée confirme que c’était l’Ukraine, mais ne sait toujours pas d’où venait l’ordre » (Spanish Air Controller @ Kiev Borispol Airport: Ukraine Military Shot Down Boeing MH#17Global Research News, 18 juillet 2014)

Le compte Twitter du contrôleur aérien espagnol a été fermé par Twitter. Ce compte-rendu de la circulation aérienne de Kiev a été rejeté par les grands médias comme étant « une théorie du complot ». Les enregistrements audio des communications entre la tour de contrôle et l’avion n’ont pas été rendus publics.

Le rapport du pilote allemand Peter Haisenko

Dans une analyse novatrice, le pilote allemand Peter Haisenko a indiqué la présence de ce qui semblait être des trous de balle et n’auraient pas pu être causés par un missile Buk :

« La cabine de pilotage présente des traces de tirs d’artillerie. On peut voir les trous d’entrée et de sortie. Le bord d’une partie des trous est plié vers l’intérieur. Ce sont les plus petits trous, ronds et bien définis, montrant des points d’entrée, fort probablement ceux d’un projectile de calibre 30 mm. » (Revelations of German Pilot: Shocking Analysis of the “Shooting Down” of Malaysian MH17. “Aircraft Was Not Hit by a Missile”Peter Haisenko, 9 septembre 2014)

Censure du reportage de la BBC sur des témoins oculaires

Dans un reportage tourné dans l’est de l’Ukraine peu après l’incident (retiré par la suite), la BBC a présenté des témoignages selon lesquels le MH17 avait été abattu par un avion militaire.La BBC a censuré son propre reportage. Ce dernier, incluant la vidéo ont été supprimés par la BBC :

Les habitants des villages voisins sont convaincus d’avoir vu des avions militaires dans le ciel peu avant la catastrophe. Selon eux, ce sont les chasseurs qui ont abattu le Boeing.

Le gouvernement ukrainien rejette cette version des faits. Ils croient que le Boeing a été abattu à l’aide d’un missile lancé par un système « BUK » provenant de Russie.

La reporter de la BBC Olga Ivshina et la productrice Oksana Vozhdayeva ont décidé de trouver l’endroit où le missile aurait été lancé […]

Témoin n ° 2 : … Et il y avait un autre avion, un avion militaire, à ses côtés. Tout le monde l’a vu.

Témoin n ° 1 : Oui, oui. Il volait en dessous de lui, parce qu’on pouvait le voir. Il volait en dessous, de l’avion civil.

Reportage vidéo original de la BBC : conservé dans la mémoire-cache de Google

[La vidéo originale de la BCC ainsi que son reportage ont été supprimés de la mémoire-cache de Google]

Voici le reportage du service russe de la BBC, republié sur Internet.

(Voir Deleted BBC Report. “Ukrainian Fighter Jet Shot Down MHI7″, Donetsk Eyewitnesses, Global Research News, 10 septembre 2014)

Le rapport de Michael Bociurkiw, observateur de l’OSCE

Michael Bociurkiw, chef du groupe d’observateurs de l’OSCE, a confirmé à la fin juillet dans  une entrevue télé à la CBC (qui n’a pas été censurée) la présence de trous de mitrailleuses dans le fuselage (ce qui porte à croire qu’un avion militaire plutôt que d’un missile était en cause). Dans le reportage de la CBC  l’observateur de l’OSCE Michael Bociurkiw mentionne la présence de trous de balles dans le MH17, mais dit n’avoir toujours pas trouvé de missile.

Source originale: http://www.cbc.ca/news/world/malaysia…–  L’observateur de l’OSCE Michael Bociurkiw mentionne la présence de trous de balles dans le MH17, mais dit n’avoir toujours pas trouvé de missile.

Rapport officiel du régime Kiev sur l’attentat contre le MH17 

Il convient de noter qu’une semaine après la déclaration de Michael Bociukiw, le régime de Kiev a publié son rapport officiel (7 août) sur l’attentat du MH17, rédigé par le bureau du renseignement de l’Ukraine et le Service de sécurité ukrainien (SBU). Ce rapport frôlant l’absurde a à peine été reconnu par les médias traditionnels.

Selon le rapport de la SBU intitulé Des terroristes et des militants ont planifié une attaque terroriste cynique contre un avion civil d’Aeroflot, les milices de Donetsk (avec le soutien de Moscou) visaient un avion de ligne de Russian Aeroflot et ont abattu l’avion de ligne malaisien MH17 par erreur. Voilà la version officielle du gouvernement ukrainien, laquelle n’a pas été signalée par les médias dominants, ni mentionnée « officiellement » par les gouvernements occidentaux.

Selon le régime de Kiev, la milice de Donetsk n’avait pas l’intention d’abattre le MH17 de Malaysia Airlines. Ce que les « rebelles pro-russes » visaient était un avion de passager de Russian Aeroflot.

Le MH17 a été abattu « par erreur », selon une déclaration officielle du chef des services secrets de l’Ukraine, Valentine Nalyvaichenko (Ukraine News Service, 7 août, 2014).

Selon le chef du SBU Valentine Nalyvaichenko, qui accuse tout bonnement le gouvernement russe d’avoir planifié d’abattre un avion de Russian Aeroflot:

« Les agences ukrainiennes de renseignement et d’application de la loi ont conclu au cours de l’enquête sur l’attentat terroriste contre le Boeing […] qu’à ce moment-là, ce jour-là, le 17 juillet, des mercenaires militaires et des terroristes de la Fédération de Russie prévoyaient perpétrer une attaque terroriste contre un avion de passagers d’Aeroflot en route de Moscou à Larnaca […] comme prétexte à la poursuite de l’invasion russe »

« Cette attaque terroriste cynique était prévue le jour où l’avion [Malaysia Airlines] passait par là. Elle été planifiée par des criminels de guerre comme prétexte pour que la Fédération de Russie poursuive son invasion militaire, c’est-à-dire qu’elle lui donnerait un casus belli », a-t-il ajouté.

Donc, selon Nalyvaichenko, les terroristes ont abattu l’avion de ligne de la Malaisie par erreur. » (Ukraine Interfax News, 8 août 2014)

Nalyvaichenko a dit que le gouvernement de Kiev avait tiré cette conclusion « dans le cadre de sa propre enquête sur l’attentat de MH17 ».

Selon le principal tabloïde britannique, The Mail on Sunday, citant le chef du renseignement ukrainien, le motif insidieux des rebelles pro-russes (soutenus par Moscou) était d’abattre un avion commercial russe dans le but d’accuser le gouvernement ukrainien. L’objectif de cette prétendue opération secrète « sous fausse bannière » était de créer un prétexte légitime et crédible pour que Vladimir Poutine puisse déclarer la guerre à l’Ukraine.

Michel Chossudovsky

Article original :Malaysian Airlines MH17 Downed by Ukrainian Military Aircraft. Kiev Regime False Flag, publié le 15 novembre 2014

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de « Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre », « La Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial » (best-seller international publié en plus de 10 langues). Contact : [email protected]


Guerre et mondialisation


Mondialisation de la pauvreté



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]