Le Brésil, menacé par l’expansion militaire des Etats-Unis.

Un rapport des Services de Renseignements du Brésil signale que la lutte contre le trafic de drogue que mène l’administration Bush dans la zone lui a permis d’exercer une influence directe en Amazonie et dans le Cône Sud.

Pour les Services de Renseignements du Brésil, la présence militaire des Etats-Unis dans la région représente une menace pour le pays. C’est ce qu’ont expliqué des agences civiles et militaires dans un rapport publié hier par la presse locale. Selon ces spécialistes brésiliens, Washington serait en train d’essayer de reproduire, dans le reste de l’Amérique du Sud et particulièrement en Amazonie, la stratégie qu’il a déjà appliquée en Colombie.

Le Plan Colombie de lutte antidrogue est financé par les États-Unis.

« La présence militaire des Etats-Unis pourrait s’étendre à d’autres pays d’Amérique du Sud pour transformer la lutte contre les narcotrafiquants en une entreprise militaire sudaméricaine qui ne serait plus, dès lors, seulement l’affaire de la Colombie et des Etats-Unis ». « Ce plan fait sûrement partie d’une stratégie des Etats-Unis pour assurer une présence militaire directe dans la région des Andes et de l’Amazonie et dans le cône Sud, autour du Brésil » met en garde ce rapport.

Cette hypothèse est connue sous le nom de « siège ». Comme l’a expliqué à Página/12 le chercheur du Centre Argentin des Relations Internationales, (CARI), Fabián Calle, les experts en sécurité brésiliens défendent cette théorie depuis une décennie, depuis que l’Amérique du Sud est devenue un théâtre militaire pour Washington.

En 1999, Washington a installé la base de Manta en Equateur ; l’année suivante il a signé le Plan Colombie et, 3 ans après, le Plan Patriote lequel lui a permis d’augmenter sa présence et son influence sur le territoire colombien.

En 2005, Washington a obtenu l’amnistie pour ses soldats au Paraguay, soldats qui ont réalisé des exercices militaires pendant une année sans aucune restriction d’aucune sorte. Actuellement il y a plus de 2.000 citoyens des Etats-Unis – entrepreneurs et militaires – dans la région. « C’est un fait bien connu au Brésil et Lula en est informé », affirme le spécialiste.

Même si Luiz Inácio Lula da Silva n’y insiste pas dans ses discours, son gouvernement a été conséquent en mettant en place une stratégie défensive face à une éventuelle menace venant d’une puissance extrarégionale. « Au cours de ces dix dernières années, le Brésil a beaucoup investi pour sa défense » déclare Calle. Ce dernier affirme que l’actuel gouvernement du Parti du Travail (PT) a détaché plus de 20.000 hommes pour défendre l’Amazonie et qu’il a déployé des forces de la Marine et des Forces Spéciales sur les côtes de l’Atlantique.

Ce sont là deux priorités pour Brasilia. Comme le Président Lula lui-même l’a expliqué, le Brésil doit protéger autant l’Amazonie verte que la bleue – l’Atlantique – car ce sont ses deux principales sources de richesses naturelles.

Le rapport rendu public hier par le Journal do Brasil, a été rédigé par l’Agence Brésilienne d’Information (ABIN) et des organes des Forces Armées et de la Police Fédérale. Le texte n’insiste pas seulement sur la possible menace militaire que seraient les Etats-Unis pour le Brésil, mais il souligne aussi les conséquences, dans les pays voisins, de la présence des fonctionnaires et des militaires de Washington.

Ce rapport cite 5 pays : les Guyanes, l’Equateur, le Pérou, la Bolivie et le Paraguay. « Les Etats-Unis ont été conduits à soutenir des réformes dont le but était de réduire le nombre de soldats et l’influence des forces armées dans ces états, car leurs tendances nationalistes pourraient être un obstacle pour la mise en place d’une nouvelle stratégie économique néolibérale » affirment les spécialistes brésiliens.

Selon ces spécialistes, le chômage, la stagnation économique, le démantèlement de l’Etat, sa faiblesse et la progression du crime organisé dans tous ces pays ont leurs racines, en partie, dans la présence et l’influence des Etats-Unis.

Pour Calle, les probabilités que ces craintes débouchent sur un affrontement verbal ou militaire entre Brasilia et Washington sont très faibles. « Au Brésil, il y a toujours eu coexistence avec les Etats-Unis » déclare-t-il. « Non seulement parce qu’il y a des secteurs militaires, patronaux et politiques favorables aux Etats-Unis, mais parce qu’à Washington, continuent de voir le Brésil comme source d’équilibre dans une région qui, très souvent, a été instable ».

Titre original: Brazil, amenazado por la expansion militar de EE.UU.
Página 12. Buenos Aires, 30 janvier 2007.

Traduction de l’espagnol pour El Correo : Manuel Colinas
 



Articles Par : María Laura Carpineta

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]