Le C-130J écrasé à Pise est le « bon géant » qui approvisionne les chasseurs-bombardiers

Région :

« Polar » officiel pour le moment quant aux causes du désastre aérien de Pise, où sont morts lundi cinq militaires, et qui par pur hasard n’a pas provoqué de tragédie : le gigantesque avion est tombé, en soulevant d’immenses flammes, sur la ligne ferroviaire Rome-Pise-Gênes à quelques centaines de mètres d’un train qui arrivait et de quelques habitations. L’aéronautique se borne à communiquer qu’un avion de transport C-130J est tombé lors du décollage pour une mission d’entraînement. Mais une information importante est tue. Elle est fournie par Flight International, une des revues internationales d’aéronautique les plus autorisées : « Le Lockheed Martin C-130J de l’aviation italienne, qui s’est écrasé le 23 novembre, a été identifié comme le premier exemplaire à avoir été modifié en avion-citerne » (24 novembre 2009). L’avion a été le premier des douze C-130J à fuselage court (auquel s’ajoutent dix autres à fuselage long) livrés à l’Italie à partir de l’année 2000. Il a été ensuite reconfiguré en avion-citerne et qualifié pour l’ « approvisionnement en vol de l’hélicoptère AgustaWesland AW101 et de l’avion de combat Eurofighter de l’aéronautique italienne ».

Le C-130J a été modifié en citerne volante avec le même kit de réservoir que celui utilisé sur les C-130J des marines Usa. Les vols de test et d’entraînement de l’équipage ont été effectués en 2006 aux Etats-Unis. L’avion citerne, doté de réservoirs de 32.540 litres de carburant (auquel on peut en ajouter un autre de 13.600 litres), peut approvisionner en vol deux chasseurs simultanément. Le « bon géant qui atterrit dans le désert » comme le définit Il Tirreno (24 novembre), en exaltant les « missions humanitaires » dans lesquelles il est utilisé, sert donc non seulement à transporter des troupes et du matériel dans des théâtres d’opérations guerrières lointains, mais aussi à approvisionner en vol des avions de guerre qui y sont envoyés, comme les chasseurs Tornado et AM-X déployés en Afghanistan. Le même avion-citerne, une fois au sol, peut aussi approvisionner des véhicules de combat.

L’acquisition des 22 C-130J de Lockheed Martin a donc permis aux forces armées italiennes d’être projetées rapidement dans des théâtres de guerre lointains. Cette capacité a été potentialisée par l’accord triennal de 97 millions d’euros, stipulé en 2007 (gouvernement Prodi) avec Lockheed Martin, Alenia Aeronautica et Avio, pour assurer à la flotte des C-130J de l’aéronautique italienne « un support technique logistique de plus en plus efficace ». Le rôle du transport aérien –souligne l’aéronautique dans son communiqué sur l’accident- s’est accru de façon exponentielle car « les Forces Armées ont vu, dans l’utilisation hors des frontières nationales, la projection naturelle de leur mission au service de la défense et de la sécurité, en protection des valeurs de progrès civil et de libre circulation des idées et des individus qu’une nation démocratique et pacifique comme l’Italie est constamment employée à défendre ». On trouve sur la même tonalité l’administration communale de centre-gauche de Pise. Le maire adjoint et conseiller à la protection civile, Paolo Ghezzi, a déclaré que, même si « l‘événement a eu un impact émotionnel fracassant, il nous a trouvés préparés ». La Municipalité de Pise avait de fait déjà décidé d’effectuer au début de l’année 2010 un exercice de protection civile sur un éventuel désastre aérien. La réalité l’a précédé. La Municipalité, donc, ne s’apprête pas à empêcher que les C-130J et autres avions ne survolent la ville à basse altitude, mais à évacuer les blessés et ramasser les morts si un « bon géant » chargé de carburant s’écrasait sur Pise.

Edition de jeudi 26 novembre 209 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

N.D.T. post-scriptum : en Italie, l’expression « il gigante buono » (le « bon géant ») évoque encore le surnom donné à Primo Carnera, champion du monde de boxe (poids lourds) en 1933 : géant (2m 08) largement exploité et utilisé par le régime fasciste. Battu ensuite (et jeté alors par le régime), il ne s’était jamais remis, moralement, de la mort d’un adversaire dans un combat dont on a dit qu’il avait été « arrangé ».

Il se trouve que c’était un cousin de ma mère, natif du même village, dans le Frioul. Dans la famille (et dans son village) la gentillesse de Primo était légendaire (et fondée). Nature ingrate pour un homme qui avait commencé à « gagner sa vie » comme curiosité qu’on exhibait dans les foires et qu’un manager a ensuite exploité comme boxeur.

Qualifier l’avion dont parle Manlio de « gigante buono » donne une idée du ridicule des admninistrations et médias italiens (droite, centre-gauche etc.) pour faire passer la pillule de leurs massacres potentiels et réels en cours en Afghanistan et, accidentellement, jusqu’au coeur de l’Italie.

L' »histoire, » de Primo Carnera « celle d’un homme simple qui a souffert de la faim et de l’exil » est racontée par le romancier Philippe Fusaro, dans le livre :
Le colosse d’argile, publié par Pierre-Jean Balzan à La Fosse aux ours (2003).
 



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]