Le criminel Azaria met à nue la « banalité du mal » dans le colonialisme israélien

Elor Azaria n’est pas une pomme pourrie. Son assassinat d’un Palestinien expose la normalisation du projet colonial israélien.

Ce n’est pas une coïncidence si le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu – suivi ensuite d’une foule de ministres et de membres de la Knesset – a demandé une grâce présidentielle pour le soldat israélien Elor Azaria.

Azaria a été reconnu coupable d’homicide involontaire après avoir visé et tué de sang-froid Yusri al-Sharif, alors que celui-ci était étendu blessé au sol.

Cette mobilisation exceptionnelle pour blanchir Azaria de son crime – mobilisation qui traverse les lignes partisanes et inclut les députés du Parti travailliste – ne devrait en aucun cas nous surprendre, car la grâce présidentielle exigée ne consiste pas vraiment à absoudre un meurtrier en particulier mais plutôt à défendre 50 ans d’occupation.

Consciemment ou non, chaque officiel du gouvernement qui demande une telle absolution comprend qu’Azaria n’est en aucune façon une aberration du projet colonial israélien, mais plutôt un clair symptôme de sa structure même.

Elor Azaria, le soldat accusé d’avoir assassiné le jeune Palestinien.

Photo : Reuters

Ceux qui ont assisté au meurtre on un comportement des plus révélateurs

Les spectateurs témoignent de l’effet de ce système. La vidéo publiée par l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem nous montre d’abord Al Sharif étendu sur le sol, blessé, alors que des dizaines de soldats et de colons se tenaient près de lui en train de bavarder, de parler au téléphone et de prendre des photos.

Plusieurs médecins sont sur les lieux, mais ils ne tiennent aucun compte du blessé palestinien. En effet, l’un de ces médecins est le tueur.

Après le meurtre, aucun des spectateurs ne semble surpris. Personne ne s’en prend à Azaria et l’éloigne de la scène, personne ne court vers al-Sharif pour voir s’il peut être maintenu en vie. Bien au contraire, les spectateurs continuent simplement de discuter entre eux.

La nonchalance quotidienne de ceux qui se tiennent à quelques mètres d’un crime en train d’être commis peut certainement être comprise comme une manifestation de ce que Hannah Arendt a appelé la « banalité du mal ».

Pourtant, elle révèle aussi profondément quelque chose de crucial sur la structure du projet colonial d’Israël.

La brigade Kfir

Azaria est un soldat de la brigade Kfir. Cette brigade, comme l’a récemment révélé John Brown, a été responsable de la mort de nombreux Palestiniens, dont Mustafa Tamimi qui a été abattu à la tête avec une cartouche de gaz lacrymogène à longue portée lors d’une manifestation hebdomadaire dans son village de Nabi Saleh.

Le soldat qui a tué Tamimi en 2011 était assis dans une jeep militaire à cinq mètres de Tamimi quand il l’a pris pour cible et a tiré sur lui.

 

Il y a deux mois, quatre autres soldats de la même brigade ont été inculpés pour électrocution d’un Palestinien. Il est apparu qu’ils avaient pris des photos de lui alors qu’il les suppliait de le laisser la vie. Deux autres soldats ont été inculpés d’avoir torturé des enfants palestiniens, propulsant au visage de l’un d’entre eux de l’air brûlant avec un sèche-cheveux.

John Brown cite encore une confession faite par un soldat de la même brigade:

« Nous allions faire une patrouille, et si nous voyions même un enfant nous regarder d’une manière pas avenante, il recevrait immédiatement une gifle. Lors d’une de ces patrouilles, certains nous ont jeté des pierres. Nous avons attrapé un des enfants qui avaient vu le lanceur, et nous l’avons tabassé jusqu’à ce qu’il nous livre le nom du lanceur … Nous l’avons alors tiré [le lanceur de pierre de 14 ans] de son lit en dehors de sa maison. Nous avons alors enfoncé les canons de nos fusils dans sa bouche en lui disant : ‘Tu veux mourir ici ? Choisis un endroit où tu veux être enterré’. »

Azaria n’est pas « une pomme pourrie »

Azaria, en d’autres termes, n’est pas une pomme pourrie. Au contraire, ses actions doivent être comprises comme faisant partie intégrante de la structure plus vaste qui constitue et forme le projet colonial d’Israël.

Azaria n’a simplement pas eu de chance parce qu’il a été filmé alors qu’il assassinait un Palestinien.

En fait, une grande partie du public israélien se rend compte de cela et ne ne considère en rien Azaria comme un hors-la-loi, ce qui contribue à expliquer le soutien général dont ce criminel bénéficie.

Ainsi, ce serait une grave erreur d’en conclure, comme l’a fait la presse israélienne, que les hommes politique se contentent de plaire à la masse. Netanyahou reconnaît qu’Azaria est un rouage dans la machine, comme le ministre de la Défense Avigdor Lieberman, et c’est pour cette raison qu’ils demandent au président de lui pardonner.

Ils savent également que si Azaria est condamné à vingt ans de prison, la structure qui produit les individus comme Azaria et autorise et encourage la violence quotidienne pour soutenir l’effort colonial d’Israël pourrait bien être contestée de l’intérieur.

Mais il est également crucial de ne pas perdre de vue ce qu’ils soutiennent consciemment. Pour Azaria et pour ceux qui se tenaient près de lui dans les rues d’Hébron, ainsi que pour tous ses partisans – citoyens et hommes politiques – les Palestiniens comme Yusri al-Sharif ne sont jamais des victimes ou des êtres humains : ce sont des proies.

Les Palestiniens peuvent seulement être légitimement pris pour cible, mais les tuer n’est jamais un crime et le plus souvent, ce n’est même pas considéré comme un délit.

Neve Gordon

Article original en anglais : Azaria exposed the reality of Israel’s colonial project, Al-Jazeera, 5 janvier 2017

Traduction :  Lotfallah pour Chronique de Palestine

Photo : Le jeune palestine Yusri al-Sharif, quelques secondes avant qu’il ne soit achevé par le soldat Azaria – Photo : capture Youtube

Neve Gordon est un politologue et historien israélien, il est l’auteur de Israel’s Occupation, et de The Human Right to Dominate (co-écrit avec Nicola Perugini).



Articles Par : Neve Gordon

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]