Le criminel de guerre dans le salon

Les médias sont silencieux, le Congrès est absent et les Usaméricains regardent ailleurs pendant que George W. Bush prépare ouvertement l’agression contre l’Iran.

Les forces de frappe aéronavales usaméricaines sont déployées au large de l’Iran.

Les avions à réaction et les systèmes de missiles de l’aviation de guerre usaméricaine sont déployés dans les pays avoisinant l’Iran.

Les bombadiers furtifs B2 usaméricains ont été reformatés pour porter des bombes de type « bunker buster » [destructrices de bunkers] de 15 tonnes.

Le gouvernement US finance des groupes terroristes et séparatistes à l’intérieur de l’Iran.

Des équipes des Forces spéciales US réalisent des opérations terroristes à l’intérieur de l’Iran.

La doctrine de guerre usaméricaine a été modifiée pour permettre une attaque «préventive» contre l’Iran ou d’autres pays qui ne possèdent pas d’armes nucléaires.

Tout au long de l’année, Bush a intensifié ses menaces de guerre contre l’Iran. Le peuple usaméricain est gavé des mêmes mensonges qui ont servi pour justifier la guerre d’agression contre l’Irak.

Bush est trop imbu de lui-même, pour voir l’humour noir de ses dénonciations des menaces iraniennes à la «sécurité des toutes les nations» et de la résistance irakienne dont «la vision rejette la tolérance, écrase toute opposition et justifie le meurtre d’hommes, femmes et enfants innocents dans sa quête du pouvoir politique». Ce sont précisément ces mêmes mots que la plupart du monde utilise pour décrire Bush et son administration de chemises brunes. Les sondages planétaires de la Fondation Pew montrent que malgré la propagande usaméricaine et israélienne contre l’Iran, les USA te Israël sont perçus comme aussi menaçants pour la stabilité mondiale que l’Iran diabolisé.

Bush a jeté aux rebuts l’habeas corpus [législation qui exige que la détention d’un prisonnier soit justifiable devant une cour de justice – NdT], les Conventions de Genève, justifié la torture et les procès secrets, condamné tous ceux qui le critiques comme anti-Américains. Il est responsable, selon Information Clearing House, de plus d’un million de morts civils irakiens, ce qui met Bush très haut sur la liste des assassins de masse de tous les temps. La grande majorité des personnes tuées par les militaires usaméricains en Irak et en Afghanistan sont des civils.

Maintenant Bush veut tuer davantage. Nous devons tuer des Iraniens «là-bas», dit Bush, «avant qu’ils viennent ici»; mais il n’y a pas de possibilité que les Iraniens ou les Musulmans, qui n’ont pas d’aviation, pas de marine, et pas de technologie de guerre moderne, puissent «venir ici», et il n’y a pas plus d’indications qu’ils auraient l’intention de le faire. Les Musulmans sont désunis, et cela depuis des siècles. C’est ce qui les a rendu vulnérables au colonialisme. Si les Musulmans avaient été unis, les USA auraient déjà perdu leur armée en Irak, voire, ils n’auraient même pas pu y introduire leur armée.

Entre-temps, les médias usaméricains focalisent l’opinion publique sur le fait de savoir si le sénateur républicain Larry Craig serait ou ne serait pas homosexuel ou s’il a offensé les homosexuels en niant être l’un d’entre eux. L’autre sujet qui préoccupe l’attention du public est pour quelle raison une reine de beauté de Caroline ne peut pas répondre à une simple question: l’incapacité de sa génération de situer les USA sur une carte.

Le criminel de guerre est dans le salon, et il n’y a aucune prise de conscience officielle de ce fait.

N’ayant pas de troupes pour envahir l’Iran, l’administration Bush a décidé de «renvoyer l’Iran à l’âge de pierre» à coups de bombes. Les attaques aériennes et de missiles ont été planifiées non seulement pour détruire les projets d’énergie nucléaire de l’Iran, mais aussi pour détruire son infrastructure, économique et sociale, ainsi que la capacité de son gouvernement de fonctionner.

Encouragé par l’indifférence des médias et celle des églises chrétiennes usaméricaines vis-à-vis des victimes civiles irakiennes, l’administration Bush ne s’arrêtera pas devant la perspective de masses de victimes civiles iraniennes que provoqueraient les attaques aériennes. L’été dernier l’administration Bush a montré au monde entier son mépris total pour les vies musulmanes quand elle a soutenu l’attaque aérienne israélienne qui a duré tout un mois, sur les infrastructures civiles et les habitations libanaises. Le président Bush a bloqué toute tentative par le reste du monde d’arrêter ces meurtres gratuits de civils et la destruction de l’infrastructure civile. Clairement, la politique de Bush consiste à transformer le Moyen-Orient musulman en terre de dévastation. Pour Bush, les victimes civiles ne sont pas un objet de préoccupation. Pour lui ce qui compte c’est l’hégémonie über alles.L’administration Bush a développé ses plans pour attaquer l’Irak et positionné ses forces sans aucune approbation du Congrès. Cet «exécutif unitaire», de toute évidence, ne pense pas avoir besoin de l’approbation du Congrès pour attaquer l’Iran. Par son absence et sa quiétude, le Congrès semble accepter ne pas avoir de mot à dire dans cette décision.

Dans l’improbable éventualité que le Congrès fera des histoires à propos de la décision de Bush d’attaquer un nouveau pays, le Département d’État a trouvé une couverture légaliste, simplement en déclarant les militaires iraniens «organisation terroriste», pour pouvoir partir en guerre sous le cadre de la résolution existante.

La «question iranienne» a été créée par l’administration Bush et non pas par l’Iran. Ce pays, comme bien d’autres pays, possède un programme d’énergie nucléaire auquel il a droit en tant que signataire du Traité de non-prolifération nucléaire. Les inspecteurs de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) n’ont trouvé aucune preuve de l’existence d’un programme d’armement nucléaire en Iran.

L’administration Bush a choisi d’ignorer ce fait qui aurait dû pourtant être déterminant, de la même manière qu’elle avait repoussé le rapport des inspecteurs où ils disaient qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak avant que Bush ordonne l’invasion.

L’administration Bush a réussi à interrompre le travail des inspecteurs de l’AIEA, alors que l’Iran travaillait avec succès avec eux et avait réussi ce qu’un haut responsable de cette organisation avait décrit récemment comme un accord significatif. L’administration Bush s’était immédiatement mise au travail pour discréditer cet accord et lâché son nouveau caniche, le président français Nicolas Sarkozy, pour menacer de « bombarder l’Iran».

La position légale de l’administration Bush est intenable et n’est rien d’ autre qu’une excuse concoctée pour commencer une autre guerre. Bush prétend que l’Iran – et lui seul, parmi tous les signataires du Traité de non-prolifération nucléaire – devrait être privé du droit de développer l’énergie nucléaire, parce que, parmi tous les autres signataire, il serait le seul capable de tromper les inspecteurs de l’AIEA et de développer des armes atomiques. Par conséquent l’Iran doit être exclu de ce droit prévu par le traité.

La position de Bush sur le Traité de non-prolifération nucléaire est légalement intenable, comme le sont ses positions par rapport aux Conventions de Genève, la loi sur la Surveillance du renseignement  étranger, l’habeas corpus, la séparation constitutionnelle des pouvoirs, et les déclarations signées par le président qui d’une manière cavalière donnent du poids à de nouvelles lois, pour supplanter le pouvoir législatif du Congrès. La position de Bush est que le sens des lois et des traités varie selon les besoins du moment.

Bush s’est déclaré être le «décideur». Le «décideur» décide si les Usaméricains ont des droits constitutionnels et si l’Iran a des droits dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire. En tant que «décideur», il a décidé que l’Iran n’a pas de tels droits, et le «décideur» décidera s’il faut attaquer l’Iran. Personne d’autre n’a de mot à dire à ce propos. Les représentants du peuple sont sans importance.

Quelle que soit la forme de gouvernement que pratique Bush, elle est éloignée de tout cadre de gouvernement démocratique constitutionnellement responsable. Bush a fait ouvrir la voie au césarisme en Amérique, et même quand il quittera son poste en janvier 2009, les pouvoirs qu’il a accumulés dans l’exécutif resteront. Sauf si Bush et Cheney sont «empêchés» (impeachment) et condamnés, il n’y aura pas d’espoir que le Congrès des USA et le judiciaire fédéral puissent jamais redevenir des branches égales du gouvernement.

Article original en anglais,The War Criminal is in the Living Room, Information, Clearing HouseSource, 31 août 2007.


Publié en français sur Tlaxcala le 6 octobre 2007. 

 

Traduit par Alexandre Moumbaris et Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.



Articles Par : Dr. Paul Craig Roberts

A propos :

Paul Craig Roberts, former Assistant Secretary of the US Treasury and Associate Editor of the Wall Street Journal, has held numerous university appointments. He is a frequent contributor to Global Research. Dr. Roberts can be reached at http://paulcraigroberts.org

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]