Le Forum économique mondial se réunit à Davos sur fond de crise et de guerre

Mardi, le Forum économique mondial (FEM) a ouvert ses portes dans la station alpine suisse de Davos. 3 000 dirigeants d’entreprise, décideurs politiques et célébrités se sont réunis, prétendument pour discuter du thème «Créer un avenir partagé dans un monde fracturé».

Le rassemblement est éclipsé par la fracturation accélérée de l’ordre capitaliste mondial, qui se manifeste par la montée d’inégalités sans précédent dans tous les pays, une forte montée de la guerre commerciale et la menace toujours plus immédiate d’une explosion de conflit armé, y compris nucléaire, entre les grandes puissances.

Les nantis de Davos, que paient 55 000$ chacun le droit d’entrée, est protégé par une petite armée de 4.000 soldats suisses, 1.000 policiers, et une zone d’exclusion aérienne. Les manifestations ont été interdites dans le village, sous prétexte de chutes de neige, mais des milliers de personnes ont manifesté mardi à Zurich, la capitale financière suisse, contre le FEM et, en particulier, la présence cette année du président américain Donald Trump. Les manifestants portaient des pancartes qui disaient: «Trump – Vous n’êtes pas le bienvenu», «Vous êtes une personne merdiquee» et «A bas le FEM».

Ce rassemblement de PDG milliardaires, de banquiers et de gestionnaires de fonds spéculatifs incarne la «fracture» sociale à laquelle les organisateurs de Davos prétendent s’adresser. Il commence à peine deux jours après que l’association Oxfam a publié son rapport annuel sur les inégalités, révélant le fait que 82 pour cent de la croissance mondiale des richesses en 2017 a été accaparé par le 1 pour cent le plus riche; la moitié inférieure de l’humanité, à savoir 3,8 milliards de personnes, n’en a rien eu du tout.

Trump, l’incarnation même de la crise, sera le premier président américain à assister au sommet mondial depuis l’an 2000. Il rencontrera les PDG mondiaux jeudi soir et présentera son programme «l’Amérique d’abord» au forum lors de sa dernière session vendredi.

Trump vient d’imposer aux Chinois et Sud-coréens des taxes à l’importation de 50 pourcent sur les machines à laver et de 30 pourcent sur les panneaux solaires, invoquant une loi obscure qui viserait à protéger les fabricants nationaux contre les «atteintes graves». Des responsables américains ont déclaré que Trump réalisait ses promesses de campagne pour protéger les «travailleurs américains». En réalité, même l’industrie solaire prévoit que son effet net sera la perte de plus de 23.000 emplois.

Le ministère chinois du Commerce a exprimé son «fort mécontentement» et a averti que la Chine «défendra résolument ses intérêts légitimes». Il y a de plus en plus de rumeurs selon lesquelles Trump pourrait en rajouter avec des mesures protectionnistes plus conséquentes visant l’acier et l’aluminium, déclenchant ainsi une guerre commerciale à grande échelle aux conséquences imprévisibles pour l’économie mondiale.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a prononcé le discours d’ouverture devant le FEM pour avertir que «Les forces de protectionnisme se dressent contre la mondialisation. C’est comme si le contraire de la mondialisation se produisait.»

Ll était évident que, sans nommer Trump, Modi dirigeait ses remarques principalement contre l’administration américaine. « L’impact négatif d’un tel état d’esprit ne peut être considéré comme moins dangereux que le changement climatique ou le terrorisme », a-t-il déclaré.

On a beaucoup parlé de la prétendue contradiction entre le nationalisme économique de Trump et la prétendue idéologie mondialiste de Davos, sur fond de prédictions d’une confrontation entre le président américain et ses homologues européens, notamment la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

En réalité, Merkel et Macron auront quitté Davos avant même que Trump n’arrive. De plus, leurs gouvernements poursuivent également des intérêts nationaux alors que s’effondre le système de relations commerciales mis en place après la Deuxième Guerre mondiale sous l’égide de la domination incontestée de l’impérialisme américain.

La source de cette rupture ne se trouve pas dans les diatribes démagogiques de Donald Trump, mais dans les contradictions insolubles du système capitaliste, où chaque pays mène une lutte impitoyable contre tous les autres pour les profits et les parts de marchés. Cela crée le même genre de tensions et de conflits qui ont ouvert la voie à la Seconde Guerre mondiale.

Le Wall Street Journal et CNN ont publié mardi des interviews avec des chefs d’entreprises et PDG financiers à Davos faisant l’éloge de Trump pour ses récentes réductions d’impôt sur les sociétés et les riches et pour sa déréglementation sans précédent des activités des entreprises.

Le PDG de Citigroup, Michael Corbat, a déclaré à CNN que les réductions d’impôts seraient peut-être «le catalyseur qui nous transporte de l’optimisme à la confiance.»

«Il y a un optimisme extrême», a déclaré Sir Michael Sorrell, directeur général du groupe publicitaire WPP PLC. «La différence psychologique – quoi que vous en pensez de Trump – qu’il a apportée est remarquable […] Cela a amélioré déjà la psychologie (des cadres). »

Leur «optimisme» et leur «psychologie» sont motivés par les prévisions que l’immense croissance de leurs fortunes personnelles – qui continue depuis le krach de 2008, alimentée par les crédits gratuits versés par les banques centrales mondiales et les mesures d’austérité radicales imposées à la population mondiale – va à nouveau s’accélérer.

D’autres opinions moins optimistes se faisaient entendre, aussi, à l’ouverture du FEM. Axel Weber, président du géant bancaire suisse UBS et ex-président de la banque centrale allemande, a dit: «On voit que les pressions inflationnistes sont largement ignorées. On commence à voir les écarts de production se resserrer, plus de pressions salariales et sur les conditions de travail (…) L’inflation pourrait réapparaître comme une surprise cette année.»

Ces craintes sur une «pression salariale» est fondée. Les éléments les plus conscients au sein de la classe dirigeante capitaliste prévoient une croissance explosive de la lutte des classes, qui a déjà trouvé son expression dans les premières semaines de la nouvelle année au travers les bouleversements de masse en Iran et en Tunisie, ainsi que la grève sauvage des travailleurs de Ford en Roumanie et les débrayages des métallos en Allemagne.

Une discussion télévisée entre des PDG lors du premier jour du sommet de Davos a témoigné d’expressions d’inquiétude similaires.

«Cela ressemble à nouveau à 2006», a déclaré le PDG de Barclays, Jes Staley, qui a insisté sur le fait que le prochain krach ne partira pas des banques.

David Rubenstein, cofondateur du Carlyle Group, une firme mondiale d’investissement privée basée à Washington, a mis en garde contre l’exubérance de la bourse. «D’habite, c’est lorsque les gens sont heureux et optimistes que quelque chose de grave se produit.» Il a mis en garde que «des cygnes noirs», des événements imprévus, dont les conflits géopolitiques mondiaux, pourraient plonger le monde dans la crise.

C’est ce qui se passe, alors que se déroulent les conférences et les soirées somptueuses à Davos.

En Syrie, l’invasion turque de l’enclave kurde d’Afrin a soulevé le spectre d’une confrontation armée entre deux alliés de l’OTAN, car Ankara cherche à écraser les forces kurdes syriennes qui ont servi de principale force par procuration pour l’intervention de Washington en Syrie.

Le New York Times a averti mardi que l’invasion «oppose directement sur le champ de bataille les intérêts» des Etats-Unis à ceux de la Turquie. Le journal a cité un analyste de sécurité selon lequel Washington est face au choix entre «une autre trahison par les Etats-Unis d’un des rares groupes qui ont soutenu et aidé les États-Unis en Syrie et en Irak, et le risque d’un conflit indirect ou même direct avec la Turquie, qui est membre de l’Otan».

La confrontation en Syrie fait suite à une série de documents publiés par Washington – la Stratégie de sécurité nationale, la Revue de la politique nucléaire et la Stratégie de défense nationale – qui décrivent comment l’impérialisme américain se prépare ouvertement à présent à des affrontements militaires, et même nucléaires, avec la Russie et la Chine.

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a publié mardi une déclaration accusant la Russie d’être responsable d’une attaque chimique en Syrie, signalant l’intention de Washington de déplacer la crise de ses relations avec la Turquie sur le terrain d’une confrontation avec la Russie dans un pays où Washington et Moscou ont tous deux des forces militaires.

C’est cela la réalité inquiétante qui mine «l’optimisme» des milliardaires et multimillionnaires réunis à Davos.

Bill Van Auken

 

A lire aussi :

« Fractures, Peurs et Echecs »; Les élites dirigeantes du monde plongent leur regard dans l’abîme

[18 janvier 2018]

Photo: Bloomberg Photo By Simon Dawson. Source : sfgate.com



Articles Par : Bill Van Auken

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]