Le futur président bolivien Evo Morales appelle Washington à passer un accord contre le trafic de drogue

Le leader amérindien Evo Morales, vainqueur de la dernière élection présidentielle bolivienne, a exhorté les Etats-Unis à respecter la volonté du peuple bolivien exprimée dans les urnes et il a annoncé la fin de « la diplomatie de la soumission ».

Au cours d’une longue conférence de presse à La Paz, le leader du Mouvement vers le Socialisme (MAS, sigles en espagnol), a rappelé qu’il est essentiel de faire la distinction entre les paysans qui cultivent la feuille de coca à des fins totalement étrangères au trafic de drogue et l’activité des délinquants qui se consacrent à la fabrication de la cocaïne et au trafic de cette drogue.

Evo Morales a également appelé Washington à accepter un pacte contre le trafic de drogue qui ne porte pas préjudice à la souveraineté bolivienne.

Le futur président bolivien a estimé que c’est l’amalgame abusive entre la cocaïne et la feuille de coca qui a donné lieu à l’inclusion de cette dernière dans la liste des substances interdites des Nations unies et il a rappelé que la feuille de coca est un ingrédient essentiel du Coca Cola, la boisson rafraîchissante états-unienne.

Interrogé au sujet des déclarations de la chef de la diplomatie états-unienne, Condoleezza Rice, qui a mis en cause la vocation démocratique du futur gouvernement d’Evo Morales, le leader amérindien a souligné que Washington doit respecter la volonté souveraine des Boliviens.

Il a souligné ensuite que la culture amérindienne bolivienne est une culture de dialogue et que si les Etats-Unis choisissent la diplomatie son gouvernement acceptera le dialogue.

« Mais, nous n’accepterons pas la diplomatie de la soumission », a-t-il relevé avant d’insister encore sur son décision de défendre, en tant que président, la souveraineté de la Bolivie et sa souveraineté.

Sur le plan économique, Evo Morales a exprimé son intention de nationaliser les ressources naturelles boliviennes et d’annuler les dispositions de ses prédécesseurs qui avaient rendu possible la mainmise des transnationales sur le patrimoine de la nation.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]