Print

Le gouvernement français commande 148 millions de nouvelles doses de vaccins contre la Covid-19
Par Nexus
Mondialisation.ca, 17 mai 2022
Nexus 16 mai 2022
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-gouvernement-francais-commande-148-millions-de-nouvelles-doses-de-vaccins-contre-la-covid-19/5668136

Alors que le port du masque dans les transports prend fin ce lundi 16 mai, la France commande 148 millions de doses de vaccins Covid-19. Mais elle ne les obtiendra peut-être pas toutes.

La France stocke actuellement 69 millions de doses de vaccins. Mais cela ne suffit pas, le gouvernement en veut plus.

Toujours plus de stocks ?

Les stocks de vaccins Covid-19 sont suffisants pour vacciner en deux mois tous les Français. Sur les 69 millions de doses réfrigérées, 900 000 seront bientôt périmées. Mais selon le média Francetvinfo, « la France attend 148 millions de doses d’ici l’an prochain, dont du Pfizer, du Moderna mais aussi d’autres vaccins pas encore autorisés sur le marché comme Sanofi et Valneva ». Mais ce dernier est peut-être dans l’embarras.

Le vaccin de Valneva abandonné ?

Ce lundi, la Commission européenne a envoyé au  groupe pharmaceutique Valneva un avis d’intention de résiliation du contrat de fourniture. N’ayant pas encore obtenu d’autorisation de mise sur le marché, le groupe franco-autrichien dispose d’une trentaine de jours pour l’obtenir ou pour proposer un plan B. Ce vaccin a un fonctionnement plus « traditionnel » que ceux autorisés dans l’Union européenne actuellement.

Un virus inactivé

En effet, le vaccin de Valneva se base sur un virus inactivé, ce qui le différencie des autres vaccins Covid autorisés dans l’Union européenne. C’est une technologie plus traditionnelle que les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, à ARN messager, et, dans une moindre mesure, que ceux d’AstraZeneca et Johnson & Johnson, à vecteur viral, ou celui de Novavax, à protéine recombinante.

Alors que les critiques envers les vaccins et leurs effets secondaires se font de plus en plus nombreuses, le gouvernement persiste à dépenser des milliards dans ces vaccins, achetant même des doses pédiatriques, et à délaisser les traitements existants tels que l’ivermectine.

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.