Le gouvernement hondurien réprime la grève des enseignants, des médecins et des infirmières

Les éducateurs au Honduras sont en grève générale depuis le 23 mai et des étudiants, des médecins et des infirmières ont organisé des manifestations et des grèves partielles depuis le 20 mai contre le gouvernement de Juan Orlando Hernández (JOH) du Parti national (PNH).

Toutes les régions du pays ont connu des barrages routiers, des défilés et des occupations universitaires, y compris une marche de dizaines de milliers de personnes lundi et mardi dans la capitale du pays, Tegucigalpa. Pratiquement tous ont subi une répression violente de la part de la police et de l’armée honduriennes.

Cela fait suite à une première semaine de grèves qui a débuté le 26 avril contre deux projets de réformes visant à privatiser les soins de santé, les retraites et l’éducation. Les réformes sont dictées par le Fonds monétaire international (FMI) et impliquent des réductions budgétaires accélérées et des licenciements de masse.

Lundi soir, un important contingent a manifesté devant l’ambassade des États-Unis à Tegucigalpa, reconnaissant du même coup que les attaques sociales imposées par la classe dirigeante hondurienne avaient pour origine les salles de conférence de Wall Street et de Washington DC.

Manifestation de masse lundi à Tegucigalpa (@TONYDIAZGALEAS)

Face à la recrudescence de la lutte des classes, notamment parmi les dizaines de milliers d’enseignants américains qui luttent pour la défense de l’éducation publique, les syndicats et les partis d’opposition honduriens ont tout mis en œuvre pour empêcher les travailleurs de faire appel à leurs frères et sœurs de classe de la région, et en particulier les États-Unis, dans leur lutte politique commune contre l’austérité sociale, la militarisation et les attaques des entreprises dirigées par l’impérialisme américain.

Le 21 mai, alors que le mouvement de protestation atteignait de nouvelles proportions, le Syndicat des employés de l’éducation publique (SIEMPE) et l’Association médicale hondurienne ont convoqué une «Assemblée nationale des plates-formes départementales pour la défense de la santé et de l’éducation», afin de contenir les manifestations et les canaliser dans des discussions avec le Parti national au pouvoir.

Les grands médias, ainsi que les organisations étudiantes et de pseudo-gauche, y compris celles qui orbitent autour du prétendu parti d’opposition, Libre, ont promu le président de l’association médicale, la docteure Suyapa Figueroa, porte-parole des manifestations, citant ses condamnations à haute voix de la crise sociale.

Dans une interview accordée à CNN vendredi dernier, par exemple, Figueroa a déclaré: «Le système de santé n’est pas en mesure d’effectuer des chirurgies. Il y a eu des cas d’absence d’eau pour le développement de rayons X. Il n’y a pas d’eau dans les salles d’opération pour se laver les mains». Elle a toutefois vite ajouté que le mouvement de protestation était «apolitique» et que «cette lutte a beaucoup de gens qui appartiennent au parti au pouvoir, ce qui est naturel, et ils nous soutiennent».

Cependant, le gouvernement a clairement indiqué qu’il répondrait à toute contestation des intérêts des élites financières honduriennes et internationales de manière totalement intransigeante et impitoyable.

Les ministres correspondants ont annoncé mardi des sanctions et des licenciements à l’encontre d’enseignants, ainsi que des poursuites pénales à l’encontre du personnel médical et l’embauche de briseurs de grève.

Un nouveau code pénal entré en vigueur le 15 mai criminalise les manifestations au sens le plus large, avec jusqu’à quatre ans d’emprisonnement et 15 ans d’emprisonnement pour les dirigeants ou ceux qui en font la publicité. Il prévoit également une peine de prison de 3 à 10 ans pour avoir pratiqué un avortement.

Au cours de la semaine écoulée, des enseignants ont à plusieurs reprises dénoncé aux journalistes et aux médias sociaux la présence des forces spéciales, les Tigres, participant à la répression contre les manifestations. Des officiers de la police nationale et les Tigres ont été recensés. Ils ont accompagné lundi un agent en civil qui a tenté sans succès de kidnapper deux enseignants en quête d’un refuge dans un restaurant de la ville de Santa Cruz de Yojoa.

Le 29 avril, un policier en civil a tiré à balles réelles sur un enseignant manifestant à Tegucigalpa.

Les forces spéciales honduriennes déployées contre les travailleurs et les jeunes ont été formées par les Bérets verts aux «combats urbains». En 2015, l’armée américaine a décrit leur entraînement: «De nombreuses périodes d’instruction ont été consacrées à la mise en place des principes fondamentaux du combat rapproché et comment les exécuter dans le chaos qui règne dans ce contexte». Le colonel Christopher Riga, commandant du 7e groupe des forces spéciales américaines chargé de la formation, a déclaré lors de la remise des diplômes: «Je vous promets qu’un jour, nous serons ensemble, pour nous débarrasser des terroristes et des narcotrafiquants».

La dernière décennie a été marquée par une répression meurtrière de la part de l’armée et de la police contre des manifestations de masse et des activistes antigouvernementaux au Honduras qui résistent à la détérioration dramatique du niveau de vie. Cette escalade des mesures d’État policier pour imposer des attaques sociales s’est révélée être l’objectif du coup d’État militaire orchestré par l’administration démocrate de Barack Obama en juin 2009 pour renverser le président Manuel Zelaya.

Les courriels publiés en 2010 par WikiLeaks montraient que le département d’État sous Hillary Clinton avait soutenu le coup d’État et utilisé l’Organisation des États américains pour saper l’opposition des autres gouvernements. C’est la préparation de nouveaux crimes impérialistes, y compris le soutien continu du régime meurtrier de Tegucigalpa, qui alimente la persécution en cours par Washington du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et l’emprisonnement de l’ancienne spécialiste de l’armée qui a divulgué ces câbles diplomatiques, Chelsea Manning.

Le Congrès hondurien a approuvé les projets de loi relatifs à l’éducation et à la santé après un mois de négociations entre le régime et le Fonds monétaire international (FMI), qui a finalement conclu un contrat de deux ans prévoyant une ligne de crédit et des politiques visant à «améliorer le cadre des politiques macroéconomiques, élever la qualité des dépenses publiques et renforcer l’état de droit».

La première étape annoncée par le négociateur en chef du FMI, Esteban Vesperoni, consistait en un prêt de 311 millions de dollars au gouvernement hondurien, en partie pour «secourir» la Empresa Nacional de Energía Eléctrica (ENEE), une entreprise publique d’électricité. Ironiquement, cet argent facilitera la «mise en œuvre de la loi structurelle sur le secteur de l’électricité», qui a privatisé la distribution d’électricité en 2014. Vesperoni a également ordonné «de réviser le contrat avec la Empresa Energía Honduras (EEH), une entreprise privée, afin d’y incorporer les incitatifs nécessaires».

En 2016, selon les termes du directeur général d’EEH, German García, «l’ensemble du réseau de distribution du pays a été confié à Ficohsa [Banque commerciale de financement du Honduras] et nous avons remporté l’appel d’offres».

L’exemple de l’ENEE annonce le sort des mesures non encore annoncées en matière de santé et d’éducation. Le dernier prêt vient s’ajouter aux centaines de millions de dollars supplémentaires dépensés par le FMI au cours de cette période par le biais de l’ENEE défaillante, dont la privatisation a permis un immense transfert de richesse en faveur de l’élite financière hondurienne et internationale – en distribuant des parts aux créanciers de Wall Street via le FMI. Parmi les autres bénéficiaires figurent Camilo Atala, propriétaire de Ficohsa et milliardaire hondurien, ainsi que le magnat colombien William Vélez, propriétaire majoritaire de EEH via son groupe ETHUSS. L’une des autres utilisations de ces fonds a été l’extension de l’armée hondurienne, qui est devenue l’un des principaux débiteurs de l’ENEE.

En dernière analyse, la classe ouvrière a payé les coûts à travers plus de 2000 licenciements et autres concessions à ENEE, ainsi que des hausses constantes des tarifs de l’électricité.

Des milliers d’autres personnes ont été licenciées à l’Autorité des aqueducs et des égouts (SANAA), des télécommunications au Honduras, de la Compagnie nationale des ports, de la National Port Company, de l’administration fiscale nationale (DEI) et d’autres organismes publics dans le cadre de la multiplication des privatisations et des réductions sociales dictées par le FMI.

Le gouvernement a nié le fait que les projets de loi relatifs à l’éducation et à la santé entraîneraient des licenciements massifs, mais il a ouvertement déclaré son objectif: «économiser» 300 millions de dollars, dont la plus grande partie sera consacrée au service de la dette publique à la faveur des vautours financiers et à la mise en place d’un appareil répressif. Les ruines du système de santé, y compris le vol de centaines de millions de dollars par le régime de la PNH sous Porfirio Lobo, ont entraîné des milliers de morts inutiles tout en alimentant les affaires des cliniques privées.

Au Honduras, les super-riches se sont multipliés, mais le taux de pauvreté a augmenté de plus de 10% depuis le coup d’État de 2009 pour atteindre environ 70% de la population. Les économistes de l’Université nationale autonome (UNAH) ont prédit que 110.000 personnes supplémentaires tomberont sous le seuil de pauvreté officiel cette année.

En dépit de la répression brutale de l’État hondurien, les luttes contre ces conditions intolérables, qui alimentent des milliers de meurtres annuels dus à la guerre des gangs, ne feront que grandir et devenir plus militantes.

Des centaines de milliers d’éducateurs, de médecins, d’étudiants, d’autres travailleurs et paysans du Honduras et de la région continuent de rechercher des conditions plus sûres et meilleures pour eux-mêmes et leurs familles en migrant vers le nord, risquant de tomber sur les politiques anti-immigrants des administrations démocrates et républicaines successives. Ces mesures ont abouti à la militarisation de la frontière, à des camps de détention sordides, à la séparation de familles et à la destruction progressive du droit d’asile par la Maison-Blanche de Trump.

Le nombre d’arrestations à la frontière américano-mexicaine, principalement de migrants originaires du nord de l’Amérique centrale, a dépassé les 100.000 par mois en mars et en avril, soit près du double du record de 2014.

Andrea Lobo

 

Article paru en anglais, WSWS, le 29 mai 2019



Articles Par : Andrea Lobo

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]