Print

Le grand perdant
Par Schmuel Rosner
Mondialisation.ca, 26 septembre 2007
Haaretz 26 septembre 2007
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-grand-perdant/6895

La visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad à l’Université Columbia de New York, le lundi 24 septembre 2006, se solde par un looser net : Israël. 

Dans son allocution, Ahmadinejad a pris Israël pour cible. S’il a réussi à convaincre ne serait-ce qu’une seule personne de sa vision d’Israël et du sionisme, il a d’ores et déjà gagné. Mais comme il a réussi à en convaincre cinquante, alors là, pour Israël : c’est rapé !

Cela faisait des mois et des mois qu’Israël s’employait frénétiquement à éviter ce qui s’est produit sur cette estrade universitaire, lundi dernier. Durant tout son discours, Ahmadinejad a réussi à produire un artefact télévisuel : le match n’oppose(rait) nullement l’Iran au monde entier, mais seulement l’Iran et Israël.

S’il réussit à convaincre de cela suffisamment de personnes, le mirage pourrait devenir réalité, et Israël se retrouverait isolé. Or, c’est là, très précisément, l’objectif qu’Ahmadinejad s’était fixé…

Le dirigeant iranien invité a même tourné en ridicule son auditoire pour avoir condamné ses propos avant même qu’il ne lui ait donné l’occasion d’ouvrir la bouche. Il a expliqué, avec beaucoup de retenue et de patience, que ce comportement n’était pas poli. Ensuite, il l’a gratifié d’une explication exhaustive de son négationnisme de l’Holocauste. Tout ce qu’il voulait, c’était encourager la recherche dans ce domaine, a-t-il dit. Comment une université éclairée, qui défend la liberté d’expression, pourrait-elle s’opposer à ça ??

Les protestataires, à l’extérieur, n’ont fait qu’étayer ses assertions, étant donné que l’immense majorité d’entre eux étaient des juifs calottés brandissant des pancartes dénonçant son négationnisme et ses appels à rayer Israël de la carte [pas seulement de la carte : de la réalité… ndt]. Pour beaucoup de gens, cela ne fait que fournir une preuve supplémentaire du fait que l’Iran n’est un problème que pour Israël, ou, à l’extrême rigueur, pour les juifs…

C’est précisément ce à quoi aspirait Ahmadinejad. Son message primal fut : « C’est les Israéliens, andouille ! ».

Oubliez le « problème palestinien », expliqua Ahmadinejad à son auditoire. « Ce qu’il faut faire, plutôt, c’est résoudre le problème israélien – et, enfin, redonner la paix au Moyen-Orient. » Bien qu’il n’ait pas réitéré explicitement ses exhortations à détruire Israël, dans la pratique, le message fut on ne peut plus clair…

Le camp philo-israélien s’est consolé en se disant que les gens qui connaissent bien les complexités moyen-orientales, et les lubies de Téhéran, prendront assurément conscience du caractère absurde de la proposition formulée par Ahmadinejad.

Seulement voilà : l’Américain moyen n’y pige que dalle, aux complexités moyen-orientales… Et il en a ras-le-bol des tiraillements dans cette région du monde.

La manière de présenter les choses qu’a eue Ahmadinejad risque fort de s’avérer séduisante, pour le Monsieur Tout-le-Monde américain …

Article original, Haaretz, 25 septembre 2007.

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.