Le Judenrat palestinien

Le mardi 28 août, le régime d’Autorité Palestinienne soutenu par les USA à Ramallah a décidé de fermer pas moins de 103 associations caritatives en Cisjordanie.


L’essentiel des activités de ces modestes organisations est d’aider les plus pauvres des Palestiniens en leur donnant de l’argent et de la nourriture pour leur permettre de survivre aux mesures israéliennes répressives telles que couvre-feux prolongés, blocus et chômage imposé.

Ces associations tendent aussi une main secourable aux familles pauvres dont les hommes ont été tués ou sont emprisonnés par les occupants israéliens à cause de leurs activités de résistance ou leur opposition politique à l’occupation.

En dépit des démentis bruyants de Ramallah, tout le monde pense que la mesure draconienne est un message d’obéissance aux instructions de Washington et à ses demandes incessantes de démanteler ces associations et les institutions similaires, pour affaiblir le Hamas et saper sa popularité.

C’est vraiment lamentable de voir le régime d’Autorité Palestinienne s’efforcer de surpasser l’armée israélienne d’occupation dans la répression du peuple palestinien.

En fait, l’armée israélienne elle-même, qui contrôle chaque ville, village, hameau et camp de réfugiés de Cisjordanie, s’est abstenue de prendre une mesure aussi ravageuse. C’est pourquoi on se demande si la fermeture de toutes ses associations n’a pas pour but premier de démontrer aux occupants israéliens que le gouvernement de Ramallah peut « faire le boulot » plutôt superbement, au nom d’Israël.

Il est vraiment difficile d’imaginer un quelconque objectif constructif à cet exploit stupide et rude qui a fait sourciller même les Israéliens.

Après tout, ces organisations améliorent le bien-être de beaucoup de pauvres gens qui, sinon, formeraient une armée de mendiants dans les rues et les chemins de la Palestine occupée.

Alors, est-ce que le gouvernement non élu de Fayad veut que ces gens deviennent une proie facile pour le Shin Beit, qui les nourrira ou leur donnera quelques shekels en échange de leur recrutement comme informateurs, agents, cinquième colonne ou traîtres agissant contre les intérêts de leur propre peuple ?

Bon, est-ce que cela ne serait pas le résultat final d’un acte aussi dure ? Sinon, le Premier Ministre israélien Ehud Olmert n’aurait pas publiquement adressé ses remerciements, presque sans réserve, au président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas pour les fermetures lorsque les deux se sont rencontrés à Jérusalem Ouest, le 28 août.

Les champions du mensonge, à Ramallah, ont été incapables de justifier la mesure. Ils ont clamé que ces associations n’avaient pas les licences requises et que leurs directions ne transmettaient pas de rapports réguliers sur les détails de leurs finances.

D’accord, mais est-ce que Suha Arafat a transmis un rapport détaillé sur l’état actuel de ses finances ? Et Muhamed Rashid ? Et Nabil Amr ? Et Jamil et Jamal Tarifi ? Et Muhammad Dahlan, est-ce qu’il a transmis un rapport détaillé sur ses finances ?

Messieurs Abbas et Fayad doivent répondre à ces questions maintenant, pas demain, et sans dérobade ni tergiversation.

En plus, de quelles lois ces ignares corrompus parlent-ils ? Sont-ils tellement aveugles qu’ils ne voient pas les tanks et les jeeps de l’occupation déployés devant leurs propres chambres ? Pensent-ils réellement qu’ils ont un Etat souverain ?

Alors dites-nous, M. Fayad, sommes-nous supposés demander la permission au régime israélien néo-nazi pour pouvoir nourrir un gamin affamé à Hébron, ou une veuve affamée à Naplouse ?

Devons-nous demander une autorisation israélienne pour acheter des fournitures scolaires pour un petit garçon de Dura, dont le père se languit depuis des années dans le camp de concentration de Kitziot, en plein désert du Néguev, sans charge ni procès ?

Devons-nous obtenir la permission israélienne pour aider une mariée orpheline à avoir un mariage digne parce que sa famille est trop pauvre pour se permettre de telles dépenses ?

Il va sans dire qu’un gouvernement qui tourmente son propre peuple, délibérément, au nom de son ennemi, est un gouvernement traître par excellence.

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, les nazis ont créé ce qu’ils ont appelé « les conseils juifs », ou Judenräte, pour exécuter les politiques et décrets nazis concernant les communautés juives.

Les Judenrate pensaient qu’ils aidaient les Juifs persécutés à survivre aux persécutions systématiques des nazis. Cependant, les jours passants, il est devenu clair comme de l’eau de roche que les nazis se servaient des Judenrate comme outils de mise en œuvre des buts génocidaires du 3ème Reich.

De la même manière, le gouvernement de l’Autorité Palestinienne peut se donner l’illusion de penser qu’il sert les intérêts nationaux du peuple palestinien en contentant et en apaisant Israël et son gardien-allié, les Etats-Unis.

Cependant, il devrait être clair pour chaque Palestinien que le rôle joué, si fidèlement et même avec autant d’enthousiasme, par le régime de Ramallah ne sert que la stratégie sioniste pour affaiblir et affamer le peuple palestinien, et briser sa volonté collective de survivre aux projets génocidaires d’Israël.

Mon dieu, quand ces stupides ignares se réveilleront-ils de leur sommeil ?

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands créèrent des Judenräte (au singulier, Judenrat), c’est-à-dire des conseils juifs. Ces administrations municipales juives servaient à transmettre et à appliquer les ordres et les législations des nazis. Les membres des conseils juifs eurent aussi la charge de fournir des services communautaires de base à la population juive enfermée dans les ghettos. Ils étaient à la fois des courroies de transmission et des administrations complètes pour les Juifs, dont des unités de police.

Article original en anglais, The People’s Voice.

Traduction MR pour ISM.



Articles Par : Khaled Amayreh

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]