Le lobby anti-syrien fait pression sur le Congrès américain pour affamer encore plus le peuple syrien

À une semaine du 13e anniversaire de la sale guerre syrienne soutenue par les États-Unis, la Coalition américaine pour la Syrie a organisé sa journée annuelle de plaidoyer à Washington DC. Je me suis infiltré dans des réunions avec des conseillers politiques du Sénat et j’ai été témoin de la campagne cynique du lobby visant à affamer la Syrie et à la soumettre.

À une semaine du 13e anniversaire de la sale guerre syrienne soutenue par les États-Unis, la Coalition américaine pour la Syrie a organisé sa journée annuelle de plaidoyer à Washington DC. Je me suis infiltré dans des réunions avec des conseillers politiques du Sénat et j’ai été témoin de la campagne cynique du lobby visant à affamer la Syrie et à la soumettre.

 *

Le matin du 7 mars, alors que le Capitole grouillait de lobbyistes cherchant à obtenir des affectations avant la semaine des crédits et d’activistes dénonçant le génocide de Gaza, un groupe d’intérêt particulier s’est distingué sur la colline. Dans les couloirs du bâtiment Rayburn, un groupe d’une cinquantaine de personnes se préparait à une journée bien remplie de plaidoyer en faveur de sanctions à l’encontre de leur pays.

Il s’agissait du lobby anti-syrien, dont j’avais infiltré la campagne d’influence.

Tout au long de la journée, j’ai observé ce groupe pousser les responsables américains à accepter leur politique de sanctions pour affamer la Syrie, tout en ignorant cyniquement les Palestiniens affamés de Gaza.

 


Le lobby antisyrien à Washington accueilli par un Think Tank dirigé par le lobby israélien.

 

Parmi les lobbyistes se trouvait Raed Saleh, le chef des Casques blancs syriens, qui devaient faire de la propagande en faveur d’un changement de régime sous couvert de l’aide humanitaire.

J’ai assisté à sept réunions avec des équipes politiques représentant les sénateurs Sherrod Brown, Maggie Hassan, Ben Cardin, Mark Kelly, Chris Van Hollen, John Fetterman et Rick Scott. Tout au long de ces séances, j’ai vu le lobby anti-syrien tenter d’intimider et de manipuler les responsables américains pour qu’ils acceptent leur politique de famine, tout en jetant cyniquement sous le boisseau les Palestiniens affamés de Gaza.

À un moment donné, Raed Saleh, chef des Casques blancs syriens, qui ont été fondés par les services de renseignement britanniques et financés par les États de l’OTAN, a présenté les frappes aériennes israéliennes contre la Syrie sous un jour favorable.

– Carte de la guerre civile syrienne (24 novembre 2023) via Wikimedia Commons.Modifié par l’auteur

Lors d’une autre réunion, Wa’el Alzayat, de l’organisation musulmane pro-sioniste Emgage, a même demandé au bureau du sénateur Chris Van Hollen de soutenir l’approbation de l’aide aux milices liées à Al-Qaïda en Syrie.

« Arrêtez de paniquer à propos de l’aide aux terroristes« , a-t-il insisté, ajoutant que « les Britanniques le font, les Turcs le font, [et] les Qataris le font« .

Se présentant comme le porte-parole de tous les Syriens, le lobby anti-syrien est dirigé par la Coalition américaine pour la Syrie (ACS), une organisation qui regroupe des groupes d’opposition tels que le Conseil syro-américain (SAC), le Forum syrien et une poignée d’autres groupes situés aux États-Unis et en Turquie.

Emgage, quant à lui, a été crédité d’avoir fait voter la diaspora pour le candidat de l’époque, Joe Biden, en novembre 2020. Le groupe a depuis été critiqué pour avoir agi comme une extension de facto de la Maison Blanche de Biden et du Parti Démocrate au sein de la communauté musulmane.

Farooq Mitha, membre du conseil d’administration d’Emgage, a officiellement travaillé pour le Pentagone de Biden en mars 2021. Le 7 mars, M. Alzayat a cherché à utiliser l’influence d’Emgage contre les sénateurs démocrates qui semblaient mal à l’aise avec la politique d’escalade des sanctions.

« J’ai besoin d’une bonne histoire pour mes électeurs« , a-t-il expliqué à l’équipe du sénateur Van Hollen.

Tout au long de leur campagne de sanctions sur la Colline, Alzayat et ses acolytes ont fonctionné comme une version miniature de leurs alliés du lobby israélien, en fournissant à une cinquantaine de bénévoles des dossiers décrivant les points de discussion et les biographies des représentants du Congrès. Les biographies comprenaient une liste complète des positions enregistrées du sénateur ou du représentant sur la Syrie, telles que leurs votes sur l’extension de l’AUMF, le retrait militaire américain de Syrie et les précédents trains de sanctions visant le pays.

Les documents exposent également les principales demandes législatives du lobby, qui se concentrent essentiellement sur l’obtention d’une aide au développement pour les territoires contrôlés par les milices en Syrie – y compris ceux détenus par l’allié local d’Al-Qaïda dans le pays – et sur l’adoption du « projet de loi contre la normalisation du régime Assad« , qui vise à prolonger et à étendre les sanctions à l’encontre de Damas.

La ressemblance du lobby anti-syrien avec ses homologues israéliens n’est pas une erreur. Comme le chef de cabinet du sénateur républicain de Floride Rick Scott nous l’a assuré, « les Israéliens veulent que vous soyez aux commandes« .

Plus de sanctions contre la famine

Depuis que les États-Unis ont inscrit la Syrie sur leur première liste d’États soutenant le terrorisme (SST) en raison du soutien de Damas à la résistance palestinienne en 1979, Washington a progressivement intensifié sa guerre financière contre le peuple syrien. Lorsque des décennies de guerre hybride secrète ont débouché sur une bataille par procuration pour le territoire – et la survie – du pays en 2011, le lobby anti-syrien a officiellement commencé à prendre forme à Washington.

En 2019, alors que le gouvernement syrien sortait victorieux d’une bataille de plusieurs années contre des milices soutenues par l’étranger, Washington a décidé que Damas avait peut-être gagné la guerre, mais qu’il ne ne faudrait pas lui permettre de gagner la paix. En janvier, le représentant de New York Eliot Engel, qui a reçu 1,8 million de dollars de dons de l’AIPAC, a présenté un ensemble de sanctions connu sous le nom de « Caesar Syria Civilian Protection Act » (loi sur la protection des civils en Syrie). Trump a signé le projet de loi dans le cadre de la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) de 2020.

– Le lobby anti-Syrie à Washington, poussé par le lobby israélien, dénonce les sénateurs hostiles à la politique américaine antisyrienne comme les Sénateurs Rand Paul et Mitch McConnel.

Le projet de loi était sans précédent, à la fois parce qu’il sanctionnait de vastes secteurs de l’économie syrienne plutôt que des individus spécifiques, et parce qu’il prévoyait ce que l’on appelle des « sanctions secondaires ». Les sanctions secondaires sont imposées aux parties qui font des affaires avec une entité sanctionnée, même si ces échanges ont lieu en dehors de la juridiction de l’entité sanctionnée.

L’économie syrienne est en chute libre depuis l’entrée en vigueur des sanctions Caesar. Aujourd’hui, plus de 12 millions de Syriens, soit plus de la moitié de la population totale, sont confrontés à l’insécurité alimentaire, ce qui représente une augmentation de 51 % par rapport à 2019. Par ailleurs, 90 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. En 2019, le dollar américain s’échangeait contre 500 livres syriennes. Aujourd’hui, ce chiffre est plutôt de 14 100, ce qui représente une dévaluation de 2 720 %.

Bien que le projet de loi H.R. 3202 semble se concentrer sur la divergence de l’aide de l’ONU et sur les sanctions à l’encontre d’entités non sanctionnées auparavant, telles que le Syria Trust for Development d’Asma Al Assad et le Croissant-Rouge syrien, le véritable programme du projet de loi se trouve au plus profond de son texte de 22 pages.

Les sanctions Caesar devant expirer à la fin de l’année 2024, le projet de loi H.R. 3202 vise à prolonger discrètement les mesures financières agressives jusqu’en 2032.

Après avoir été adopté par la Chambre des représentants avec un enthousiasme débordant, le projet de loi apparenté à la H.R. 3202 au Sénat ne peut être adopté qu’avec le soutien des démocrates. Elle a été introduite par le sénateur républicain de l’Idaho James Risch, financé par le lobby israélien, en septembre dernier, et a depuis été coparrainée par le sénateur archi-néoconservateur de Floride Marco Rubio.

Étant donné que la loi S. 2935 ne peut être adoptée qu’avec le soutien des démocrates, le lobby anti-syrie a choisi le sénateur Ben Cardin, président de la commission sénatoriale des affaires étrangères et parrain de la loi Magnitsky contre la Russie, comme cible privilégiée pour exercer son influence.

Après avoir rencontré le bureau de Sherrod Brown, l’assistant législatif et de recherche de Ben Cardin, Christopher Barr, nous a accueillis dans le bureau du sénateur. Là, Raed Saleh des Casques blancs s’est plaint à M. Barr que l’USAID avait réduit le financement de son organisation de 12 millions de dollars à 3 millions de dollars ces dernières années.

Ensuite, il était temps de discuter du véritable objectif de notre visite : l’adoption de la loi S. 2935.

Barr a semblé mal à l’aise dès le départ et a même exprimé son mécontentement à l’égard du projet de loi, se plaignant : « Ce qui a été adopté par la Chambre, c’est un peu trop… la liste des cibles est vaste. »

« La Syrie a déjà été lourdement sanctionnée« , a-t-il ajouté.

En réponse, Ghanem a révélé une information cruciale sur les forces qui mènent la sale guerre contre la Syrie, expliquant que l’impulsion pour étendre et prolonger Caesar n’est pas venue du lobby anti-syrien lui-même, mais de quelqu’un au Capitole. M. Ghanem a expliqué que cette source avait en fait contacté la Coalition américaine pour la Syrie pour l’avertir que Caesar allait expirer, déplorant le fait que son expiration équivaudrait à une perte de « l’influence des États-Unis sur le régime syrien« .

– Les États-Unis ont une tradition de 45 ans de sanctions et d’isolement économique de la Syrie en réponse au soutien de ce pays à la résistance palestinienne

Cette phrase fait écho au langage inquiétant des représentants de l’administration Biden et de l’administration Trump. En 2019, l’activiste néoconservatrice Dana Stroul a déclaré que grâce à César, Washington « détient une carte pour empêcher l’aide à la reconstruction et l’expertise technique de retourner » en Syrie. Elle a loué le fait que les États-Unis pouvaient utiliser ce « levier » pour maintenir la Syrie dans les « décombres« . Deux ans plus tard, elle occupera le poste de secrétaire adjointe à la défense pour le Moyen-Orient sous la direction de M. Biden.

De même, lors d’un événement organisé l’année suivante par le groupe de réflexion néoconservateur WINEP, l’envoyé spécial de Trump pour la Syrie, Joel Rayburn, s’est vanté du fait que Caesar « abaisse la barre » des sanctions fondées sur des preuves et permet de cibler largement tous les projets de reconstruction en Syrie.

« Nous n’avons pas besoin de prouver, par exemple, qu’une entreprise qui se lance dans un projet de reconstruction dans la région de Damas traite directement avec le régime d’Assad« , a expliqué M. Rayburn.

« Nous n’avons pas besoin d’avoir les preuves de ce lien« , a-t-il poursuivi. »Il nous suffit d’avoir les preuves qu’une entreprise ou un individu investit dans […] le secteur de la construction, le secteur de l’ingénierie, la majeure partie du secteur de l’aviation, le secteur financier, le secteur de l’énergie, etc. »

Ces aveux publics n’ont pas empêché le lobby anti-syrien de mentir au nez et à la barbe des membres du personnel du Congrès tout au long de sa campagne du 7 mars. Lors d’une réunion avec le bureau du sénateur Mark Kelly, M. Ghanem a faussement déclaré que les sanctions de César étaient « ciblées« , « pas sectorielles » et « pas un embargo, rien de punitif pour les civils« .

Pourtant, Alena Douhan, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les sanctions qui s’est rendue en Syrie pour documenter les effets du régime de sanctions unilatérales de Washington sur la Syrie, n’est pas d’accord. Dans son rapport de 19 pages, elle affirme clairement que les sanctions sont à la fois illégales et inhumaines dans la manière dont elles affectent le Syrien moyen.

Une stabilisation pour moi, mais pas pour toi

La deuxième demande législative a pris la forme d’un discours bien préparé par Ghanem, Zayat et d’autres, décrivant ce que l’argent des contribuables américains finance ou ne finance pas en Syrie. Les programmes d’aide américains sont généralement divisés en deux catégories : le « financement humanitaire » destiné à des biens tels que la nourriture, l’eau et les fournitures médicales de base, ou le financement de « stabilisation » conçu pour sécuriser un pays qui sort d’une période de troubles. Contrairement à l’aide humanitaire, le financement de la stabilisation peut être utilisé pour soutenir des investissements majeurs et des projets d’infrastructure tels que des routes, des écoles, des installations de soins de santé et des services gouvernementaux.

Les États-Unis sont le principal bailleur de fonds de l’aide humanitaire dans le nord-est et le nord-ouest de la Syrie. Cependant, alors que les États-Unis dépensent sans compter pour répondre aux besoins de stabilisation dans le nord-est de la Syrie, ils ne dépensent rien dans le nord-ouest.

En effet, alors que Washington rêve depuis longtemps d’établir un État kurde sécessionniste dans le nord-est de la Syrie, il a négligé d’envoyer des fonds de stabilisation dans le nord-ouest afin d’éviter d’apporter un soutien direct à HTS, la branche d’Al-Qaïda qui gouverne le territoire. Le lobby anti-syrien était à Washington pour changer cela.

– La Syrie est le champion incontesté du SST, n’ayant jamais été retirée de la liste depuis sa création en 1979.

Wa’el Alzayat, un expatrié syrien qui a fièrement servi dans la zone verte de l’Irak sous le département d’État de George Bush et qui a récemment publié un éditorial choquant dans le Washington Post, suppliant les responsables américains de ne pas « lever les sanctions pour aider les victimes du tremblement de terre en Syrie« , a pris la tête de la campagne en faveur de l’octroi de fonds américains à des éléments affiliés à Al-Qaïda dans le nord-ouest de la Syrie. Dans le bureau du sénateur Chris Van Hollen, M. Alzayat a exprimé sa frustration face à l’hésitation des États-Unis dans le Nord-Ouest.

« Cessez de vous inquiéter de ce qui va aux terroristes« , a-t-il demandé, ajoutant que « les Britanniques le font, les Turcs le font, les Qataris le font« .

Nous manquons une occasion en or de stabiliser la région et d’en tirer parti pour un règlement politique », a-t-il plaidé. En d’autres termes, M. Alzayat faisait ouvertement pression sur les responsables américains pour qu’ils renforcent la position d’Al-Qaïda en Syrie afin que le groupe terroriste puisse s’opposer au gouvernement du pays.

Alzayat a ensuite utilisé son salaire à six chiffres en tant que directeur d’Emgage pour intimider le bureau de Van Hollen afin qu’il s’incline devant le lobby anti-Syrie, en prétendant faussement que son organisation liée à l’AIPACétait « derrière » les campagnes de vote « Uncommitted » qui ont nui à la performance de Biden lors des primaires dans le Michigan et le Minnesota.

Vers la fin de la réunion, le lobbyiste du changement de régime a cyniquement invoqué le massacre par Israël de 30 000 Palestiniens à Gaza pour justifier une dernière fois la présence d’Al-Qaïda en Syrie.

Il a fait valoir que même si « sa communauté » est en colère contre le financement et l’armement du génocide de Gaza par l’administration Biden, elle reviendrait volontiers vers le parti démocrate si les États-Unis finançaient des routes et des écoles dans la région d’Idlib, contrôlée par Al-Qaïda.

« J’ai besoin d’une bonne histoire pour mes électeurs« , a expliqué M. Alzayat, soulignant la désapprobation de la communauté musulmane à l’égard de la politique de l’administration Biden à Gaza et au Yémen.

« Vous êtes contrariés par toutes ces déceptions« , a-t-il poursuivi en jouant un scénario dans lequel il convainc un électeur musulman de voter à nouveau pour M. Biden. « Devinez quoi ? Ils injectent 50 millions d’euros dans le secteur scolaire du nord [de la Syrie] ! »

Ouvertures à l’égard d’Israël

 La crise israélo-palestinienne a occupé une place importante tout au long du voyage de lobbying de l’AEC. La secrétaire du sénateur Sherrod Brown était une musulmane voilée qui portait un pendentif représentant la carte de la Palestine autour du cou. Lorsqu’elle nous a accueillis, Farouk Belal, le président du Conseil syro-américain, a grommelé à Ghanem et à moi : « J’espère qu’elle ne fait pas partie de la résistance. »

Lorsque je lui ai demandé de préciser ce qu’il voulait dire en sortant du bureau, il a expliqué que les personnes alignées sur la cause palestinienne à Washington « ne nous aiment pas« .

Pendant ce temps, dans le bureau du sénateur Cardin, Raed Salah, des Casques blancs, présente sous un jour favorable les frappes israéliennes sur la Syrie, qui ont paralysé les infrastructures syriennes, endommagé régulièrement les aéroports civils internationaux du pays et tué des centaines de soldats syriens et de civils :

« La situation en Syrie est très compliquée. Chaque jour, nous entendons parler de frappes israéliennes sur les repaires ou les bases du CGRI et de ses milices. Même nous, les Syriens, ne savions pas à quel point les Iraniens étaient implantés dans le pays… »

Pour Saleh, les frappes israéliennes ne font que souligner la présence militaire iranienne en Syrie, invitée par le gouvernement syrien.

– La monnaie syrienne s’est dévaluée de 35 150 % depuis le taux de change initial de 40 SYP pour 1 USD début 2011

Plus tard dans la journée, Ghanem a tenté de capitaliser sur le fanatisme pro-israélien du sénateur Fetterman en décrivant les récents développements en Syrie à un collaborateur âgé d’une vingtaine d’années. Se référant à la campagne réussie du gouvernement syrien pour reprendre le territoire du sud, il a expliqué que le sud est « l’endroit où ils lancent des missiles sur Israël, soit dit en passant« . L’assistante a consciencieusement transcrit cette information apparemment aléatoire dans son bloc-notes. Vers la fin de la réunion, il a été question de Fetterman en tant que sponsor démocrate potentiel de la loi S. 2935 au Sénat.

Dans le bureau du sénateur Rick Scott, un associé cubano-américain des relations gouvernementales de l’AEC, Alberto Hernandez, a accidentellement dit la partie silencieuse à haute voix.

Lorsque le conseiller ultra-sioniste à la sécurité nationale du sénateur Scott, Paul Bonicelli, a demandé si notre groupe avait pris contact avec nos « homologues » du lobby israélien afin qu’ils puissent « vérifier » nos propositions – révélant ainsi que Scott a apparemment confié son cerveau à des sionistes – Hernandez a fait remarquer : « Officiellement ? Non. De manière informelle. »

Il s’est ensuite tourné vers le reste de l’équipe de l’AEC dans la salle de réunion et a dit : « Vous ne m’avez pas entendu dire cela« .

Cet aveu a incité Bonicelli à suggérer que l’AEC se coordonne directement avec des groupes tels que l’Église araméenne d’Israël, qui a soutenu les efforts de changement de régime à Damas en dépit du soutien massif des chrétiens au gouvernement syrien lui-même.

Alors que la réunion touchait à sa fin, M. Bonicelli nous a informés qu’il était d’accord avec l’AEC sur la nécessité de s’opposer à l’Iran et à la Russie.

« Si Obama avait fait ce qu’il fallait en 2012, nous ne serions pas ici« , a-t-il déploré, ajoutant : « les Israéliens veulent que vous soyez aux commandes« .

A un moment de la réunion dans le bureau de Rick Scott, Alberto Hernandez et Sarah Salas, une assistante législative cubano-américaine, ont exprimé leur accord total avec l’utilisation par les Etats-Unis de sanctions unilatérales comme moyen de « pousser » les gouvernements que « nous n’aimons pas ».

Affamer les Syriens sans mandat

 Bien que plusieurs bénévoles de l’AEC aient partagé des rencontres personnelles douloureuses avec le gouvernement syrien tout au long de la journée, beaucoup étaient tout simplement trop éloignés de la Syrie pour représenter véritablement la voix du peuple syrien, en particulier les plus de 12 millions de civils qui vivent actuellement dans le territoire contrôlé par le gouvernement syrien.

Une femme de 24 ans, qui ne parlait pas arabe et n’était pas allée en Syrie depuis 2003, a décrit la libération d’Alep par l’armée syrienne en 2016 contre les militants liés à Al-Qaïda comme « la chute d’Alep« .

– À un moment donné de la réunion dans le bureau de Rick Scott, Alberto Hernandez et Sarah Salas, une assistante législative cubano-américaine, ont exprimé leur accord total avec l’utilisation par les États-Unis de sanctions unilatérales comme moyen de « pousser » les gouvernements que « nous n’aimons pas ».

D’autres Syriens comme moi ont vécu de près la terreur de la guerre par procuration menée par l’Occident en Syrie. En 2012, ma tante et mes cousins ont assisté avec horreur à l’arrivée dans leur rue, dans le quartier de Seryan El Jdideh à Alep, du Liwa’ Al Tawhid, un groupe de milices djihadistes takfiris soutenu par la Turquie. Les militants ont exécuté un chauffeur de camionnette local et ont volé son véhicule, laissant son cadavre en sang dans la rue. Shahba, où ma famille a vécu jusqu’en 2015, se trouvait à deux pas de ces escadrons de la mort sectaires pendant les derniers mois de notre séjour.

La sale guerre syrienne a été sanglante et épouvantable, mais le tableau que brosse l’AEC est totalement unilatéral. Malheureusement, alors que des organisations comme l’AEC ont afflué dans le marais du Beltway au cours des 13 dernières années, il n’y a pas de Syriens présents à Washington DC pour les contrer. Alors que ces groupes prétendent parler au nom du peuple syrien, ceux d’entre nous qui ont vécu et vivent encore dans des zones contrôlées par le gouvernement syrien – quelle que soit leur affiliation politique – sont privés de voix dans le centre même du pouvoir, là où notre point de vue devrait compter le plus. Même l’ambassade de Syrie est fermée depuis 2014, tandis que les diplomates syriens à l’ONU à New York sont fortement surveillés et ne peuvent pas voyager au-delà de la zone métropolitaine de New York.

Comme j’ai pu le constater au Capitole, il y a peu d’obstacles à la poussée impitoyable du lobby anti-syrien pour empêcher la majorité des Syriens de sortir des ruines de la guerre.

Hekmat Aboukhater 

 

 

Article original en anglais : Inside the anti-Syria lobby’s Capitol Hill push for more starvation sanctions, The Grayzone, le 20 mars 2024.

Traduit par Brahim Madaci, afrique-asie.fr

*

Hekmat Aboukhater est un journaliste syro-américain qui effectue des reportages en France, aux États-Unis et en Syrie. Hekmat anime le podcast WhatTheHekmat et l’émission Conversations With Dissidents. Suivez-le sur Twitter à l’adresse @WhatTheHekmat



Articles Par : Hekmat Aboukhater

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]