Le message de la guerre est édulcoré par les militaires et les politiciens

OTTAWA — Les stratèges des médias ont pris leur place aux côtés de leurs homologues des cercles militaire et politique afin de s’assurer que le message véhiculé par la guerre soit subtil, édulcoré et tout sauf simple.

En cette ère de communications instantanées à l’échelle mondiale, les stratèges militaires et politiques multiplient les efforts afin de rédiger des discours, des communiqués et des réponses toutes faites masquant la réalité et diminuant l’impact au pays des conflits ayant lieu à l’étranger.

Les termes utilisés afin de camoufler le caractère extrême de l’inhumanité de l’homme sont nombreux, et ce, depuis longtemps.

Les soldats tués au combat, par exemple, ne sont pas morts, mais plutôt « tombés » ou « perdus », termes généralement acceptés depuis la Première Guerre mondiale, celle qui devait mettre fin à toutes les guerres, jusqu’à ce qu’ait éclaté la Seconde Guerre mondiale, 21 ans plus tard.

Les invasions et les guerres sont quant à elles devenues des « conflits » ou des « interventions militaires », euphémismes qui déplaisent particulièrement aux anciens combattants de la guerre de Corée.

Depuis l’invasion du Kosovo, en 1999, les Canadiens envoyés au combat effectuent du « rétablissement de la paix », par opposition à « maintien de la paix » ou guerre-combat.

La guerre du Vietnam, qui a servi de leçon aux militaires quant à la nécessité de gérer de façon plus serrée le message véhiculé, a popularisé les « dommages collatéraux », expression désignant les civils tués accidentellement par les bombardements.

Les soldats tués par des camarades sont pour leur part devenus victimes de « tirs amis ».

L’art et la science des communications sont devenus encore plus raffinés en Afghanistan et en Irak, où les militaires américains et canadiens tiennent les journalistes en bride.



Articles Par : La Presse canadienne

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]earch.ca