Print

Le message de la Tunisie pour un monde juste et solidaire
Par Prof. Jules Dufour
Mondialisation.ca, 17 janvier 2011
17 janvier 2011
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-message-de-la-tunisie-pour-un-monde-juste-et-solidaire/22827

Des voix nombreuses et remplies d’espoir s’élèvent un peu partout dans le monde pour saluer le courage et la détermination du peuple tunisien. Des centaines de millions d’habitants de cette planète se réjouissent de voir un peuple qui se lève pour entreprendre la récupération de son pouvoir de vivre dans la liberté et de choisir sans entrave sa destinée. Le peuple a dit: C’est assez! C’est assez de vivre dans la peur et de pas pouvoir exercer ses droits les plus fondamentaux et spécialement celui de s’exprimer librement.

La patience du peuple tunisien a été exemplaire. Sa révolte l’est aussi. On ne peut que penser que maintenant tout est possible, car l’avènement d’un environnement de justice et de paix permettrait à tous les citoyens de ce pays d’apporter leur contribution au développement de la société tunisienne et de l’humanité. Ce que l’on espère pour ce pays c’est la naissance d’une société conviviale, ce qui ne sera pas facile à créer dans un monde qui vient d’être soumis à un régime dictatorial pendant une très longue période.

Il est à espérer que ce processus aura l’effet d’entraînement que l’on souhaite et que les régimes politiques corrompus, les dictatures ou les démocraties contrôlées par les forces impérialistes soient renversés par d’autres mouvements d’émancipation populaire (Vanhove, D., 2011). Nous croyons que cette révolte constitue, avec les expériences des membres de l’Alianza Bolivariana para los Pueblos de las Américas (ALBA), une deuxième vague de l’avènement d’un monde juste et solidaire. Le système capitaliste destructeur est en crise profonde et les dégâts qu’il provoque menacent le niveau de vie de la plus grande partie de la population mondiale. Les peuples n’en peuvent plus d’être laissés pour compte; ils demandent une gouvernance mondiale génératrice de justice et de paix. Ils demandent que l’on rompe le silence et que l’on dévoile l’état du monde tel qu’il est et non pas comme le souhaitent les financiers et les tous puissants de cette planète.

Il est à espérer aussi que le message de la Tunisie puisse être entendu et compris en Occident pour qu’une prise de conscience puisse se développer davantage pour supporter les luttes des peuples opprimés et réduits à l’esclavage moderne pratiqué par les multinationales et les entreprises qui profitent du pillage des ressources vitales de l’environnement mondial. Le tremblement de terre qui a secoué Haïti au début de 2010 et les inondations catastrophiques qui ont affecté le Pakistan n’ont pas ébranlé les bases du système capitaliste qui a poursuivi ses basses oeuvres un peu partout en apportant une aide timide à ces deux pays sinistrés. Il faut le reconnaître. La Tunisie a été, elle aussi, un pays sinistré, car elle a été réduite au silence par la force et elle a vécu dans une société dysfonctionnelle, souffrante et sans avenir. Reconstruire les liens de confiance constituera la tâche à laquelle les institutions nationales consacreront sans doute un énorme effort.

Le message de la Tunisie nous invite aussi à bâtir un monde dans lequel l’impunité ne peut plus être tolérée. C’est ainsi que de nombreux témoignages ont permis de comprendre que le peuple tunisien ne permettra pas que les tenants du régime qui les a ostracisés pendant si longtemps ne soient pas jugés devant une Cour tunisienne renouvelée ou une Cour internationale spéciale. Dans ce contexte, il est à espérer que l’enquête qui sera menée puisse aboutir à un jugement péremptoire dont les recommandations seront suivies selon les règles d’une justice éclairée et libre d’agir. Pour ce faire il sera nécessaire de neutraliser les forces hostiles au peuple tunisien et qui ont intérêt à ce qu’il reste encore asservi.

Références

BREMER, Catherine et Brian Love. 2011. La France a lâché Ben Ali à la dernière minute Le Point.fr. Le 16 novembre 20111. En ligne: http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/la-france-a-lache-ben-ali-a-la-derniere-minute-16-01-2011-129917_240.php

HOUFANI, Zehira. 2011. Algérie, Tunisie, des prisons made in dictature. STOP au soutien occidental à la servitude des peuples. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Le 11 janvier 2011. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22731

KAFANDO, Zoodnoma. 2004. Conflits armés et guerres civiles en Afrique : Des causes multiples et des responsabilités partagées. L’Observateur. Le 22 septembre 2004. Lefaso.net. En ligne: http://www.lefaso.net/spip.php?article4055

LE HYARIC, Patrick. 2011. La Révolution de Jasmin ne doit pas être trahie ni confisquée au peuple tunisien. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 16 janvier 2011. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22811

VANHOVE, Daniel. 2011. MAGHREB : Comme un avertissement à d’autres régimes : qui sème la misère….Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), le 15 janvier 2011. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22806

Sites Internet

Géographie de la Tunisie. Wikepédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ographie_de_la_Tunisie

Tunisie: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tunisie

 
Jules Dufour, Ph.D., est président de l’Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU) /Section Saguenay-Lac-Saint-Jean, professeur émérite à l’Université du Québec à Chicoutimi,   membre du cercle universel des Ambassadeurs de la Paix, membre chevalier de l’Ordre national du Québec. Il est associé de recherche au CRM (Centre de recherche sur la Mondialisation).

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.