Le ministre adjoint des Affaires étrangères américain Negroponte pilote-t-il la persécution des chrétiens en Irak?

Depuis le début de la guerre en mars 2003, plus de 160 000 chrétiens ont dû fuir le pays. Beaucoup ont été tués, des églises et d’autres monuments historiques chrétiens ont été détruits et cela continue. Le Conseil mondial des Eglises a vivement critiqué cette persécution (cf. encadré).

Mohammed Al-Dayni dénonce l’instigateur de ces persécutions. Al-Dayni est député au Parlement irakien depuis 2006. Il a acquis une notoriété internationale en rendant publics les crimes des escadrons de la mort et de leurs commanditaires. Il a également révélé l’existence dans tout le pays de plus de 400 prisons secrètes gérées par des organes gouvernementaux, prisons dans lesquelles on détient, torture, voire exécute des détenus en toute illégalité. Comme l’a déclaré Mohammed Al-Dayni lors de sa visite en Suisse, on prépare une vaste opération visant à chasser les chrétiens de la ville de Mossoul située dans le nord du pays. Et les ordres ne proviennent pas de groupes islamiques mais du ministre adjoint des Affaires étrangères américain John Negroponte (cf. encadré).

Au début d’octobre, l’ancien directeur des 15 services de renseignements américains a passé quelques jours en Irak. Officiellement, c’était pour rencontrer des représentants du gouvernement irakien et parler avec eux des progrès politiques, sécuritaires et écono­miques du pays. Mais le but principal de sa visite était d’initier un projet visant à chasser systématiquement les chrétiens de Mossoul. Cette opération a été confiée aux milices kurdes peshmerga.

Jusqu’à la semaine dernière, quelque 2500 familles chrétiennes d’Irak du nord ont été contraintes de quitter leurs habitations. Leurs persécuteurs sont arrivés dans des véhicules officiels de l’armée irakienne, mais il s’agissait également de milices peshmerga. Les troupes d’occupation américaines, dont la mission devrait être d’empêcher cela et de protéger la population civile, a laissé faire.

La semaine dernière, au nord de Mossoul, une église vieille de 1200 ans qui avait toujours été entretenue a été détruite.

Le plan de Negroponte vise à faire croire que les musulmans sont responsables de la persécution des chrétiens, et cela précisément durant la période de Noël!  

Le Conseil mondial des Eglises critique la persécution des chrétiens en Irak

En Grande-Bretagne, des personnalités chrétiennes et musulmanes de premier plan ont condamné les graves exactions dont sont victimes les chrétiens d’Irak. Le Conseil mondial des Eglises également demande la fin des violences.

Dans le communiqué final d’une conférence interreligieuse qui a eu lieu à Londres le 15 octobre, on se déclare «très préoccupé» par la situation dans la ville de Mossoul. Ni l’islam ni le christianisme n’apportent de justification aux «terribles souffrances infligées aux Irakiens de toutes confessions». Dans une déclaration commune, les signataires demandent aux chefs religieux et politiques de promouvoir la sécurité et le retour des réfugiés. Personne au monde ne devrait être persécuté en raison de sa foi.

La violence continue. Selon l’archevêque de l’église chaldéenne de Kirkuk Louis Sako, une «panique totale» règne à Mossoul, dans le nord de l’Irak. En une semaine, douze personnes ont été tuées au hasard, a-t-il confié le 16 octobre à la West­deutsche Allgemeine Zeitung. Des maisons ont été incendiées. Actuellement, plus de 1500 familles chrétiennes se sont réfugiées dans les villages environnants.

RNA/kipa/epd, 17 octobre 2008
(www.ref.ch)

John Negroponte et les escadrons de la mort

De 2004 à 2005, Negroponte a été ambassadeur américain en Irak et à l’époque déjà, on le considérait comme un dirigeant de l’ombre. C’est un personnage contesté, notamment pour avoir participé au financement secret des Contras (affaire Iran-Contras) et dissimulé les violations des droits de l’homme commises par les escadrons de la mort honduriens formés par la CIA. Entre 1979 et 1989, de nombreux Honduriens ont disparu à la suite d’opérations de la CIA. Selon le délégué du gouvernement hondurien aux droits de l’homme Ramon Custodio, les prisonniers étaient torturés à la capuche et subissaient coups et électrochocs. Selon le journal britannique The Gardian, les méthodes de torture pratiquées en Irak provenaient d’un ancien manuel de la CIA destiné au Honduras.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]