Le ministre de la défense péruvien reconnaît la présence de troupes américaines

Le chef de l’opposition nationaliste Ollanta Humala avait dénoncé la présence actuelle de militaires américains dans la base navale d’Iquitos, Région de Loreto, pour installer une base militaire dans la forêt péruvienne, qui serait une structure d’appui au Plan Colombie.
 
Le ministre de la Défense du Pérou, Antero Flores-Aráoz, a reconnu ce mardi la présence de troupes américaines, comme le dénonçait dimanche le chef de l’opposition nationaliste Ollanta Humala.
 
Une note de presse du bureau de Défense a mentionné qu’au sein du pays andin il n’y avait pas de troupes américaines présente sur le territoire “sans l’autorisation nécessaire”.
 
Humala avait assuré qu’il y avait actuellement des militaires américains dans la base navale d’Iquitos, Région de Loreto, pour installer une base militaire dans la forêt péruvienne, qui serait une structure d’appui du Plan Colombie.
 
L’ex candidat à la présidentielle avait exigé de Flores-Aráoz ministre péruvien de la Défense, qu’il “confirme ou réfute” l’information, comme il l’avait précisé,  fourni par des collègues militaires qui travaillent à Iquitos “, la capitale du département de Loreto, ville amazonienne péruvienne la plus proche des frontières avec la Colombie et le Brésil.
 
Devant ces dénonciations le ministre de la Défense a assuré à l’agence officielle Andine qu’il n’y a “aucune présence de  personnel militaire étranger ni Américain” au Pérou.
 
“Il y a une relation permanente avec la DEA pour combattre le trafic de drogues, mais non des troupes à l’heure actuelle”, a t-il manifesté.
 
Mais malgré tout, dans la note officielle du ministère de la Défense, il est admis qu’ils y avait des militaires américains dans le pays qui avait “l’autorisation nécessaire” pour prendre part à “des entraînements militaires et des activités d’appui social”.
 
Il a spécifié, que cette année, 31 membres des Forces Armées des USA seront stationnés dans la forêt péruvienne “sans arme pour effectuer des exercices d’ entraînement”, avec des militaires péruviens, pour développer des actions civiques et coordonner l’exercice naval unitaire.
 
En outre, il a spécifié que le Congrès, au moyen des résolutions législatives 29205 et 29195 a autorisé la présence d’unités navales et militaires américaines avec des armes.
 
“Dans le premier cas, il s’agit d’une autorisation pour la présence d’unités navales américaines au port de Salaverry (au nord du pays) en mars et à Iquitos en juillet de cette année, activités proposées par la Marine de Guerre”, précise la note du ministère de la Défense.
 
La seconde résolution (29195), a ajouté Flores-Aráoz, permet la présance de personnel militaire Américain pour effectuer des exercices d’entraînement avec l’Infanterie de Marine péruvienne.
 
“Cette politique permet de maintenir préparées nos Forces Armées, avec l’échange d’expériences, pour assurer la sécurité de notre territoire et combattre des infractions comme le terrorisme”, a conclu le titulaire de la Défense dans la note officielle.
 
Les Etats-Unis possède actuellement une base dans la ville de Manta, située sur la côte Pacifique équatorienne (sud-ouest), dont la concession expire en 2009 et qui ne sera pas renouvelé par le Gouvernement du président Rafaël Correa.
 
La Base de Manta, dont le nom militaire original est la base Eloy Alfaro, fondée en 1978 a été cédée en 1998 pour dix années aux forces américaines, grâce à une convention signée alors par le président Jamil Mahuad.
 
En juillet dernier, un fonctionnaire américain qui a demandé l’anonymat, a lancé une polémique après avoir annoncé que les gouvernements de Colombie et du Pérou avaient offert certaines de leurs bases pour que les USA puissent maintenir les opérations de Manta et maintenir leur présence au sein des pays andins.
 
 
TeleSUR – Efe-Andina/nn – RN
 
Publié en français sur WordPress: http://socio13.wordpress.com/



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]