Print

Le modèle coréen de la guerre contre la COVID-19: À quel point est-il un succès? Pourquoi est-il une réussite?
Par Joseph H. Chung
Mondialisation.ca, 01 avril 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-modele-coreen-de-la-guerre-contre-la-covid-19-a-quel-point-est-il-un-succes-pourquoi-est-il-une-reussite/5643619

La Corée du Sud a enregistré un succès remarquable dans son combat contre le redoutable virus COVID-19 et il fait maintenant l’objet de la curiosité, l’envie et même l’admiration. Plus de 100 pays confrontés à des vagues rapides d’attaque du virus sollicitent l’aide et la coopération de la Corée. Même le puissant président des États-Unis, Donald Trump a téléphoné le 24 mars pour demander de l’aide au président Moon Jae-in. Le président sud-coréen a accepté avec plaisir d’envoyer du matériel médical nécessaire à la lutte contre le virus dans le pays de l’Oncle Sam.

Ce papier comporte quatre parties. Dans la première partie, il s’agit d’examiner la nature du succès du modèle coréen, tandis que, dans la deuxième partie, les principaux facteurs responsables de son succès sont abordés. Dans la troisième partie, il s’agit de voir s’il y a une philosophie fondamentale derrière le modèle coréen.  Enfin, dans la quatrième partie, il faut se demander si la crise nous a appris quelque chose.

1. Quelle est la réussite du modèle coréen ?

Les résultats de la guerre contre la Covid-19 peuvent être mesurés en termes de suivi, le nombre de tests, le taux de guérison, le nombre de personnes infectées et le taux de mortalité.

L’une des parties les plus difficiles de tout le processus de la guerre contre le virus est le dépistage. Une fois que l’on a trouvé la personne infectée grâce au test, il faut trouver toutes les personnes qui sont entrés en contact avec la personne d’origine. 

Il y a, disons, 10 personnes. Maintenant, certaines de ces 10 personnes pourraient avoir été en contact avec d’autres personnes. Ici, nous avons le deuxième contact et la chaîne se poursuit et le virus s’étend davantage.

La Corée a fait un excellent travail de suivi grâce à l’utilisation de la technologie cellulaire et la collaboration du grand public. Ce processus pourrait impliquer des questions liées aux droits de l’homme, mais le gouvernement exige le consentement de la personne visée. En outre, le gouvernement garantit la confidentialité des informations personnelles.

La Corée a effectué jusqu’à présent 330 000 tests, soit 15 000 par jour. Par l’intermédiaire de ces tests, en date du 26 mars, environ 9 000 ont été identifiés comme étant infectés. Sur ce nombre, environ 50 %, soit 4 500 personnes, ont été soigné. Parmi les 9 000 personnes infectées, 158 ont perdu la vie depuis le 26 mars, ce qui représente un taux de mortalité de 1,8 %. Il est plutôt faible par rapport à la mortalité d’autres pays. Mais, il est fort probable que la mortalité en Corée pourrait augmenter.

Ces résultats impressionnants ont pu être obtenu grâce à la capacité de la Corée à réduire rapidement la propagation du virus. 

Le 19 février, le nombre quotidien de personnes infectées était de 39 et il a augmenté rapidement à 610 le 2 mars pour tomber à 47 le 26 mars. Il a donc fallu 12 jours pour atteindre le sommet de la courbe d’infection et 24 jours pour atteindre le bas de la courbe.

En bref, la Corée a pu stabiliser l’épidémie en 36 jours. Cependant, la Corée doit maintenant faire face aux personnes infectées qui arrivent des États-Unis et d’autres pays étrangers. 

Il y a un autre problème. De nombreuses églises protestantes organisent les offices religieux le dimanche malgré les avertissements du gouvernement ; cela augmente le danger de transmission du virus dans la communauté.

Ce qui est remarquable, c’est que la Corée a fait la guerre au coronavirus sans un verrouillage général de la société.

Seule la région de Daegu City a connu un confinement partiel pendant quelques semaines. Dans cette région, le gouvernement n’a pas ordonné le verrouillage ; le confinement a été décidé par les citoyens eux-mêmes.

Le reste du pays a été autorisé à mener une vie normale, bien que les rues et les magasins soient moins encombrés que d’habitude en raison de l’isolement volontaire des personnes pour éviter la propagation du virus.

Il est intéressant de souligner que la Corée l’a fait malgré l’opposition du parti conservateur (Parti de la Liberté de Corée: LKP) qui voulait mettre des entraves au gouvernement en collaboration avec la secte Shincheonji.

L’opposition a tenté de discréditer les efforts du gouvernement de Moon Jae-in pour mener la guerre contre la Covid-19, ceci pour augmenter leurs chances de gagner les élections générales du 15 avril.

La secte Shincheonji a été le principal facteur de la croissance exponentielle des personnes infectées.

Parfois, près de 70 % du nombre total des personnes infectées étaient des membres du Shincheonji. Et, la secte n’a pas véritablement coopéré avec le gouvernement pour identifier et localiser des personnes éventuellement  infectées.

Une autre chose incroyable à propos du modèle coréen est que malgré ces difficultés, la Corée a réussi à stopper la vague du virus sans panique ou pénurie de papier toilette, de nourriture et d’autres biens nécessaires. Les supermarchés ont été relativement bien approvisionnés au cours de cette vague de la Covid-19.

2. Pourquoi est-ce une réussite?

Le succès du modèle coréen peut s’expliquer par les facteurs suivants: préparation, approche apolitique, recours à la science et à la technologie, l’utilisation de masques, la qualité du leadership et la participation volontaire des citoyens.

– Être Préparé

Lors de la crise du SRAS de 2002-2003, la Corée n’était pas bien préparée pour combattre le virus. Heureusement, dès que le gouvernement progressiste de Rho Moo-hyun est arrivé en 2003, le gouvernement a préparé un manuel complet de lutte contre le virus. Cependant, lorsque le gouvernement conservateur a pris le pouvoir en 2008 avec à sa tête Lee Myong-bak comme président de la République et, en 2013, avec la présidente Park Geun-hye, le manuel a été jeté, simplement parce qu’il avait été préparé par un gouvernement progressiste. Heureusement, dès que le gouvernement de Moon Jae-in a pris le pouvoir en 2017, le manuel a été restauré et grandement amélioré. La Corée est ainsi bien préparée pour sa lutte contre la COVID-19.

-Approche politique

En général, l’une des difficultés souvent rencontrées lors d’une crise publique de santé est le système de collusion entre les entreprises et les politiciens.  La collusion invite non seulement à la mauvaise affectation des ressources nécessaires pour la lutte contre le virus, mais il retarde également la progression de la lutte au coronavirus.

Il fort probable que cette difficulté soit vécue par de nombreux pays, même des pays développés. Cette collusion entrave la lutte contre les virus.

Par exemple, si le gouvernement décide de confier le contrat de fabrication de masques à un producteur incompétent et proche des politiciens au pouvoir, les masques fournis pourraient être de mauvaise qualité ou la fourniture de masques pourrait être retardée.

Les personnes infectées ont besoin de soins hospitaliers. Si le gouvernement désigne, pour les soins aux personnes infectées, un hôpital en particulier à cause des pots-de-vin la propagation du virus pourrait être accélérée.

Dans de nombreux cas, le gouvernement ne prend pas de mesures anti-virus appropriées et perd un temps précieux en raison de la pression exercée par les grandes entreprises qui sont une source importante de financement politique et des paiements illicites ; ces entreprises ont peur de perdre des ventes et des profits pouvant être liés à des mesures anti-virus prise par le gouvernement.

Ainsi, durant la propagation de la Covid-19 les décisions politiques du gouvernement pourraient certes aggraver la crise et retarder sa résolution.

Dès le début de la crise, le gouvernement de Moon Jae-in a adopté une approche apolitique face à la propagation du coronavirus. Cette approche est contraire aux politiques du parti conservateur, le LKP.

La solution de la crise de la MERS (2015) a été retardée en raison de la collusion entre le gouvernement et les Chaebols. Les victimes du virus MERS ont été nombreuses ; elles ont dû être hospitalisées.  L’hôpital Samsung était et reste l’un des principaux hôpitaux en Corée. Malheureusement, à cause du mauvais contrôle des virus dans cet hôpital, pas moins de 91 personnes ont été infectées à l’hôpital même. Mais, le gouvernement conservateur n’avait pas annoncé ce problème, en raison probablement de l’administration de de l’hôpital qui exigeait de ne pas le signaler. Si le gouvernement avait annoncé cette situation, l’hôpital Samsung aurait perdu un grand nombre de patients réguliers ainsi que son profit.

En raison de la collusion politique et financière du gouvernement conservateur avec le groupe Samsung, la crise du MERS a duré plus longtemps et son impact a été des plus dévastateurs.

Le parti conservateur, actuellement le principal parti d’opposition, exploite une fois de plus, la crise du virus à des fins politiques. En collaboration avec la secte Shincheonji, l’opposition a propagé toutes sortes de rumeurs fabriquées et de mensonges pour discréditer les efforts du gouvernement pour stopper la propagation de la Covid-19. Heureusement, le gouvernement de Moon Jae-in s’est montré au-dessus des interêts politiques en accordant la priorité aux citoyens ; il voulait avant tout sauver la vie des gens.

Fiabilité de la science et de la technologie

L’approche apolitique de la lutte contre le virus a permis à la Corée de faire appel à la science et à la technologie. Un expert coréen réputé dans le domaine des maladies liées aux virus a insisté sur l’importance de l’humilité face à la science, car le virus n’écoute que la science ; il n’y a pas de place pour les mesures anti-virus qui ont pour but des gains politiques ou des profits commerciaux.

La Corée a fait preuve d’humilité face à la science et à la technologie. Les activités de recherche scientifique et technologique soutenues par les universités, les laboratoires publics et les technologies privées les entreprises ont apporté une contribution majeure à la lutte contre le COVID-19.

Segene Inc, Gencurix, GeneMatrix, SolGent Co. et iLamp ont découvert la composition du virus en identifiant les gènes. Les produits de ces entreprises ont permis de produire des kits de test massivement et rapidement tout en étant efficaces.

En particulier, le produit iLamp, le « nouveau kit de détection du COV19 » est très populaire et permet de faire un test en 20 minutes.

De plus, des recherches plus approfondies ont permis de mettre au point le « système du test au volant » et « le dispositif de test en cabine« .

En conséquence, la Corée a pu tester, en toute sécurité, jusqu’à 15 000 personnes par jour ; jusqu’à présent, la Corée a testé 330 000 personnes.

La technologie joue un autre rôle. La Corée est l’un des pays les plus avancés en matière de recherche et de développement technologique.

La numérisation du commerce a permis la distribution rapide de biens et de services de première nécessité. C’est l’un des facteurs de l’absence de pénurie de marchandises tout en veillant à prévenir la panique chez les citoyens.

– Utilisation des masques

Dans l’Ouest, y compris au Canada et aux États-Unis, le public est dissuadé – voire forcé – à ne pas porter de masque.

Les gouvernements canadien et étasunien insiste sur le fait que seules les personnes travaillant pour la santé publique devraient les porter.

Cette politique du gouvernement peut s’expliquer par deux raisons.

  • La première est la croyance que les masques ne peuvent pas nous protéger contre l’infection.
  • L’autre est la pénurie de masques.

Selon les experts en Asie, les masques sont de permet de bien se protéger non seulement contre le virus lorsqu’il est dans l’air, mais aussi contre le virus lors du contact humain.

Certains semblent croire qu’en Asie le port de masque est « culturel ».

Il est difficile de croire qu’il puisse y avoir une culture dans laquelle les gens aiment souffrir en portant le masque. Il est absurde d’associer le port de masque à la culture.

La raison plausible pour laquelle on demande aux Canadiens de ne pas porter de masque serait plutôt la pénurie de ce produit. Là encore, elle n’est pas convaincante, car le Canada a les moyens de fabriquer des masques et pourrait ainsi facilement résoudre le problème.

N’oubliez pas que l’équipe médicale porte des masques, car les masques les protège. Si c’est le cas, ils protègent aussi le grand public.

On peut d’ailleurs ajouter que l’utilisation populaire des masques en Corée a permis le fonctionnement continu des usines, des restaurants, des magasins et une multitude d’autres entreprises.

– Leadership

Le facteur déterminant le plus important de la réussite du modèle coréen est peut-être le leadership du gouvernement et la forte confiance du public en Moon Jae-in. Ce leadership a été démontré dans diverses activités collectives.

Tout d’abord, la qualité des ressources humaines du gouvernement est assez élevée et ils sont bien motivés. La plupart des postes clés des gouvernements sont occupés par des personnes qui se caractérisent de plusieurs façons.

La plupart d’entre eux sont de la génération anti-corruption qui a lutté contre les politiques conservatrices corrompues et, en même temps, elles sont hautement qualifiés professionnellement et motivés pour remplir leurs fonctions. En d’autres termes, sous le gouvernement de Moon, nous voyons rarement ceux qui sont nommés à cause des pots-de-vin ou des liens.

Deuxièmement, le gouvernement actuel est exempt de toute dette politique envers les établissements corrompus. Cela a permis au gouvernement de se concentrer sur la tâche de sauver des vies sans être obligé de protéger des intérêts particuliers.

Troisièmement, le président Moon est non seulement respecté, mais aussi aimé par la grande majorité de la population. Toute sa carrière a été consacrée à se battre pour les pauvres et les gens plus vulnérables. La population a ainsi fait confiance au gouvernement et les gens étaient à l’écoute des informations données. Cette confiance a incité les gens à suivre minutieusement les consignes du gouvernement pour lutter contre la propagation de la Covid-19.

Quatrièmement, la confiance des Coréens envers les dirigeants a facilité la communication entre le gouvernement et la population. En Corée, il existe un système particulier favorisant la voix du peuple : si plus de 200 000 personnes demandent quelque chose au gouvernement, la Maison Bleue (Maison Blanche Coréenne) doit réagir. Par exemple, plus de 2 000 000 de personnes ont demandé l’abolition de la secte Shincheonji. Cela a permis à la ville de Séoul de prendre des mesures punitives contre la secte. Le 25 mars, la secte a perdu son statut légal. 

– Le caractère des Coréens ordinaires

L’une des raisons les plus importantes du succès du modèle coréen est la personnalité des Coréens ordinaires. Pendant des siècles, ils ont été exploités et maltraités par la classe élévée, appelée « Yang-ban ». Cela a créé une situation où les gens ordinaires ont dû trouver eux-mêmes les solutions aux problèmes sans s’appuyer sur la classe dirigeante.

  • Ils ont organisé le « Dong-hak:東學 » (études orientales).
  • Révoltés contre les fonctionnaires corrompus durant la seconde moitié du 19ème siècle, ils ont réussi à abolir le système féodal « Yang-ban » ;
  • ils se sont révoltés contre le gouvernement colonial japonais en 1919 ;
  • ils se sont battus contre la corruption de la police et de l’armée des gouvernements conservateurs dictatoriaux.
  • Enfin, 17 000 000 personnes ont mené la révolution à la bougie de 2016-2017 et ils ont accusé Park Geun-hye.

Cette tradition a incité les Coréens de la classe ordinaire à s’unir et à trouver des solution eux-mêmes, même sans l’aide du gouvernement ; cette tradition a conduit à la culture de « Jeong-情 » qui peut être traduit par l’entraide et la volonté collective de résoudre les problèmes tous ensemble. Il n’y a aucun doute que cette culture a été l’un des facteurs clés de la réussite du modèle coréen.

3.  Philosophie du modèle coréen ?

Le modèle coréen présente une autre caractéristique intéressante, il s’agit de l’inclusion. La Corée estime que la crise de la COVID-19 n’est pas une simple crise nationale ; elle estime qu’il s’agit d’une crise mondiale et, la Corée doit donc participer activement à la lutte mondiale contre le virus. Récemment, une délégation de l’OMS s’est rendue en Corée afin d’organiser une équipe mondiale de recherche scientifique et espère produire un manuel mondial de la lutte contre les virus de la grippe. Le ministre des Affaires étrangères de Corée, Kang Kyung-hwa a déclaré ceci:

« Nous adoptons cette approche d’ouverture et de transparence non seulement au niveau national, mais pour la communauté internationale qui est très interdépendante avec le reste du monde ». (Entretien avec abs-cbn, 3 mars 2020)

Le 26 mars, le président Moon Jae-in a pris l’initiative d’organiser une conférence avec les chefs du G20 afin de partager l’expérience la lutte anti-virus de la Corée. 

4. Peut-on apprendre quelque chose de la crise actuelle?

Je me permet peut-être de dire quelques mots sur la crise mondiale actuelle du coronavirus.

Premièrement, depuis un demi-siècle, le monde se consacre aveuglément à la croissance du PIB, comme si c’était la seule raison d’être de l’homme. Sous la bannière du néo-libéralisme, l’humanité court après une technologie de plus en plus avancée et un PIB de plus en plus grand. Mais qu’est-ce que nous avons ? Une plus grande disparité des revenus, une augmentation du nombre de chômeurs, l’épuisement croissant des ressources naturelles, l’aggravation de l’environnement. Seuls quelques-uns se sont enrichis.

Ce qui est irritant, c’est qu’avec tout cet argent, ces connaissances et la technologie, l’homme n’a pas pu se préparer à la Covid-19. Il existe des milliers d’autres virus dans la nature, dont certains qui pourraient être plus mortels que le coronavirus. Ne pouvons-nous pas prendre de l’argent des milliardaires et produire plus de masques, de kits de tests et de vêtements médicaux?

Deuxièmement, la COVID-19 nous a montré qu’elle ne se soucie pas de la « race », du revenu ou de la région dans laquelle on habite. Le virus nous dit que nous avons besoin d’une meilleure préparation mondiale face à d’autres virus. Nous avons donc besoin d’une coopération internationale.

La Chine a été généreuse en partageant ses expériences et en envoyant le matériel médical nécessaire aux pays dans le besoin. La Corée fait de même.

Troisièmement, l’attitude de Washington face à la crise actuelle est pour le moins très décevant. Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, semble aimer utiliser le mot « Wuhan Virus » et Donald Trump semble heureux quand il choisit d’utiliser cette expression. Il est vrai que le premier endroit où le virus s’est répandu massivement était la ville de Wuhan, mais cela ne signifie pas que la ville était le lieu d’origine du virus ; nous ne savons pas qui était la personne infectée du « Ground zero« .

Le virus pourrait provenir de l’extérieur de la Chine et avoir été planté à Wuhan. Grâce aux excellents documents du Centre de recherche sur la mondialisation par le professeur Michel Chossudovsky, Peter Koenig, Stephen Lendman et bien d’autres, nous disposons d’informations utiles sur le lieu d’origine du coronavirus. Avec ces documents, il est clair que le virus aurait pu provenir des États-Unis et avoir été transmis à la Chine.

Même si le virus est originaire de Chine, il est commun de ne pas mentionner le lieu d’origine afin d’éviter la stigmatisation pour pouvoir promouvoir la coopération internationale.

Les États-Unis ont la plus grande économie et l’armée la plus puissante du monde. Il est donc naturel de s’attendre à une certaine générosité et un comportement exemplaire en tant que leader mondial. Mais je me demande si c’est vraiment le meilleur.

Quatrièmement, les pays dans le monde, en particulier les pays développés, devraient se repentir de ne pas s’être mieux préparé à une telle crise mondiale; il est temps de mobiliser des ressources pour créer un monde dans lequel la sécurité et la santé publique sont aussi importantes que la croissance économique.

Pour conclure, je présente mes sincères remerciements au premier ministre du Québec, François Legault, et son équipe pour leur dévouement à la lutte contre le coronavirus. Si on veut tirer quelque chose de l’expérience coréenne, c’est l’importance de la participation solidaire du peuple. Le peuple québécois peut être uni comme ils l’ont été pendant la Révolution tranquille. Comme l’a dit le premier ministre, le peuple québécois devrait devenir « une armé unique » et avancer pour tuer l’ennemi, la COVID-19.

Prof. Joseph H. Chung

 

Article en anglais :

The Korean Model of the Anti-COVID-19 War: How Successful Is It? Why Is It Successful?, le 31 mars 2020

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca.

Remarque aux lecteurs : cliquez sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Transmettez cet article à votre liste de messagerie. Postez sur votre blog, forums internet, etc.

Le professeur Joseph H. Chung est professeur d’économie et co-directeur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) du Centre de Recherches sur l’Intégration et la Mondialisation (CEIM), Université du Québec à Montréal (UQAM). Il est associé de recherche du Centre pour la mondialisation (CGR).

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.