Print

Le mythe de la guerre nucléaire «modérée»
Par Brian Cloughly
Mondialisation.ca, 18 mars 2020
Strategic Culture Foundation 3 mars 2020
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-mythe-de-la-guerre-nucleaire-moderee/5642975

Il existe de nombreux partisans influents de la guerre nucléaire, et certains d’entre eux soutiennent que l’utilisation d’armes de faible puissance et / ou à courte portée est possible sans risque d’escalade vers Armageddon. D’une certaine manière, leur argument est comparable à celui de la bande d’optimistes béats aux yeux pleins d’étoiles qui pensaient, apparemment sérieusement, qu’il pourrait y avoir un tel animal mythique qu’un «rebelle modéré». 

En octobre 2013, le Washington Post a rapporté que «la CIA intensifie ses efforts clandestins pour former des combattants de l’opposition en Syrie alors que les milices modérées soutenues par les États-Unis perdent rapidement du terrain dans la guerre civile du pays», et le Congrès américain a approuvé le plan du président Barack Obama pour la formation et l’armement des rebelles syriens modérés pour lutter contre les extrémistes d’État islamique. La croyance selon laquelle il pourrait exister un groupement d’insurgés que l’on pourrait qualifier de «rebelles modérés» est bizarre, et il serait fascinant de savoir comment les planificateurs de Washington classent ces personnes. De toute évidence, il ne leur est pas apparu que toute personne qui utilise des armes illégalement dans une rébellion ne pouvait pas être définie comme modérée. Et modéré comment, en quoi ? Peut-être qu’un rebelle modéré pourrait être équipé d’armes américaines magiques qui ne tuent que des extrémistes ? Ou sont-ils autorisés à tuer seulement cinq enfants par mois ? La notion entière était absurde et, comme on pouvait s’y attendre, le système s’est effondré, après avoir dépensé de grandes quantités d’argent des contribuables américains [et aussi saoudiens, NdSF].

cloughley-930x520
© Photo: Pikrepo

Et des sommes d’argent beaucoup plus importantes sont dépensées pour développer et produire ce qui pourrait être considéré comme des armes nucléaires modérées, en ce sens qu’elles n’ont pas le monstrueux impact de la plupart de les 4 000 ogives existantes. Il est apparemment largement admis à Washington que si une arme nucléaire est – relativement – petite, alors elle est moins dangereuse qu’une grosse arme nucléaire.

En janvier 2019, le Guardian a rapporté :

« L’administration Trump a fait valoir que le développement d’une arme de faible puissance rendrait la guerre nucléaire moins probable, en donnant aux États-Unis une dissuasion plus flexible. Cela contrecarrerait toute perception de l’ennemi – en particulier russe – selon laquelle les États-Unis rechigneraient à utiliser leur propre arsenal redoutable en réponse à une attaque nucléaire limitée, car ses missiles étaient tous de l’ordre de centaines de kilotonnes et trop gros pour être utilisés , car ils causent des pertes civiles indicibles. »

En fait, la guerre nucléaire envisagée dans ce scénario serait une catastrophe mondiale – comme toutes les guerres nucléaires, car il n’y a aucun moyen, aucun, de limiter l’escalade. Une fois qu’une arme nucléaire a explosé et tué des personnes, la nation nucléarisée à laquelle ces personnes appartenaient va prendre des mesures massives. Il n’y a pas d’alternative, car aucun gouvernement ne va simplement rester là et essayer de commencer à parler avec un ennemi qui a fait le saut ultime dans la guerre nucléaire.

Il est largement imaginé – par de nombreux planificateurs nucléaires dans le sous-continent indien, par exemple – que l’utilisation d’une arme nucléaire tactique, déployée sur le champ de bataille, persuadera en quelque sorte l’adversaire – Inde ou Pakistan – qu’il n’est pas nécessaire d’employer des armes de plus grande capacité, ou, en d’autres termes, des missiles à plus longue portée fournissant des ogives massives. Ces personnes pensent que l’autre partie évaluera la situation calmement et sans passion et arrivera à la conclusion qu’elle devrait tout au plus répondre elle-même avec une arme similaire. Mais un tel scénario suppose qu’il existe une bonne appréciation des effets de l’arme qui a explosé, très probablement sur le territoire souverain invérifiable de l’adversaire. Cela frôle l’impossible.

La guerre prête à confusion à l’extrême et la planification tactique peut être très complexe. Mais il n’y a pas de précédent pour la guerre nucléaire, et personne – personne– ne sait avec certitude quelles seront les réactions d’une nation à une telle situation. La US 2018 Nuclear Posture Review a déclaré que les armes à faible puissance «aident à garantir que les adversaires potentiels ne perçoivent aucun avantage possible dans une escalade nucléaire limitée, rendant l’emploi nucléaire moins probable». Mais les opposants possibles aux États-Unis sont-ils d’accord avec cela ? Comment pourraient-ils l’accepter ?

La réaction de tout État doté d’armes nucléaires à ce qui est confirmé comme une attaque nucléaire devra être rapide. Il ne peut être garanti, par exemple, que la première attaque ne sera pas suivie par une série d’autres. Ce sera, par définition, décisif, car le monde sera alors à un tout petit pas de la fin du monde. La revue nucléaire américaine est optimiste sur le fait que la «flexibilité» limitera en quelque sorte un échange nucléaire, ou même persuadera la nation visée de ne pas riposter, ce qui est une hypothèse intrigante.

Comme l’a souligné Lawfare,

« L’examen appelle à modifier un petit nombre d’ogives de missiles balistiques lancés par sous-marins (SLBM) afin de fournir une option à faible puissance.

Il appelle également à une exploration plus approfondie des options à faible rendement, faisant valoir que l’élargissement de ces options aidera à garantir que les adversaires potentiels ne perçoivent aucun avantage possible dans une escalade nucléaire limitée, rendant l’emploi nucléaire moins probable. Ceci est destiné à répondre à l’argument selon lequel les adversaires pourraient penser que les États-Unis, par souci de dommages collatéraux, hésiteraient à utiliser une arme nucléaire à haut rendement en réponse à un conflit de niveau inférieur, dans lequel un adversaire a utilisé un dispositif nucléaire à faible rendement. L’examen fait valoir que l’élargissement des options à faible rendement est important pour la préservation d’une dissuasion crédible, en particulier en ce qui concerne les conflits régionaux à plus petite échelle.»

«Dissuasion crédible» est le slogan préféré des partisans d’une guerre nucléaire limitée, mais sa crédibilité est suspecte. L’ancien secrétaire américain à la Défense, William Perry, a déclaré l’année dernière qu’il n’était pas tellement préoccupé par le grand nombre d’ogives dans le monde, mais plutôt par des propositions ouvertes selon lesquelles ces armes sont «utilisables». Cela remonte à la guerre froide et il souligne que «la conviction qu’il pourrait y avoir un avantage tactique à utiliser des armes nucléaires – dont je n’ai pas entendu parler ouvertement aux États-Unis ou en Russie depuis de nombreuses années – se produit maintenant dans ces pays, ce qui, à mon avis, est extrêmement pénible.» Mais ce qui est troublant, c’est que bien que ce soit certainement discuté à Moscou, cela frôle la doctrine à Washington.

Fin février, le secrétaire américain à la Défense, Esper, aurait participé à un «exercice militaire classifié au cours duquel la Russie et les États-Unis ont échangé des frappes nucléaires». Le Pentagone a déclaré que « le scénario incluait une éventualité en Europe, où vous menez une guerre contre la Russie et que celle-ci décide d’utiliser une arme nucléaire limitée de faible puissance contre un site sur le territoire de l’OTAN. » La position américaine a été de riposter avec ce qu’on a appelé une «réponse limitée».

Tout d’abord, l’idée que la Russie ferait le premier pas vers une guerre nucléaire est totalement infondée, et rien ne prouve que cela puisse même être envisagé. Mais s’il en était ainsi, on ne peut pas imaginer un instant que Washington se livrerait à une guerre nucléaire modérée en riposte. Ces jeux de guerre auto-justifiants sont dangereux. Et ils rapprochent toujours plus Armageddon.

Brian Cloughley

 

Article original en anglais :

The Myth of Moderate Nuclear War

Strategic Culture Foundation le 3 mars 2020

Traduit par jj, relu par San pour le Saker Francophone

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.