Le parlement grec approuve des coupes sévères malgré une opposition massive de la population

Forte chute des marchés boursiers due à la peur de l’agitation sociale

Région :

Le parlement grec a voté en faveur de coupes budgétaires à hauteur de 30 milliards d’euros touchant les emplois, les salaires, les retraites et les dépenses sociales, jeudi 6 mai, le lendemain d’une grève générale menée contre ces mêmes mesures. Le premier ministre George Papandreou avait préalablement donné son accord à l’imposition de ces coupes, liées à un prêt des gouvernements européens et du Fonds monétaire international à la Grèce.

L’opposition de masse à ces mesures a provoqué la panique sur les marchés boursiers, une manifestation de l’inquiétude grandissante des milieux dirigeants. Ceux-ci craignent qu’une agitation sociale au niveau international ne vienne déranger les plans destinés à faire payer à la classe ouvrière les déficits gouvernementaux. Les marchés ont chuté fortement en Asie, en Europe et aux Etats-Unis.

Dans l’après-midi du 6 mai, les marchés américains étaient en chute libre, perdant presque 9 pour cent avant de finir à moins 3,2 pour cent. La chute enregistrée à la mi-journée fut la plus forte depuis celle de décembre 2008 et révélait un degré de volatilité des marchés qu’on n’avait pas vu depuis février 2007.

Selon certaines informations, les banques européennes ont commencé à geler les prêts inter-banque, comme lors de la crise de la banque américaine Lehman Brothers, par crainte de la faillite d’une banque détenant de la dette grecque.

On expliqua par la suite la chute soudaine des marchés américains par l’utilisation de programmes informatisés d’achat et de vente. Mais le sentiment dominant à Wall Sreet était l’inquiétude vis-à-vis de la crise financière en Grèce. Selon certaines informations, les opérateurs financiers ont commencé à vendre après avoir vu à la télévision des reportages sur les heurts devant le parlement grec. Plusieurs commentateurs ont averti d’une possible vente généralisée vendredi.

En Grèce, l’opposition au programme d’austérité est énorme. Ce programme comprend des coupes sévères dans les salaires et les allocations des travailleurs du secteur public, le relâchement des restrictions aux licenciements de masse, l’élimination du salaire minimum garanti, des coupes dans les dépenses d’éducation, la privatisation des services publics et une forte augmentation de la TVA. Des sondages montrent que 61 pour cent de la population s’opposent aux mesures de renflouage et aux coupes.

Lors de ses remarques faites aux parlementaires, Papandreou a insisté à nouveau sur le fait que les coupes étaient nécessaires et qu’elles faisaient partie d’une restructuration fondamentale de l’économie grecque. « Les mesures d’urgence sont pour nous la condition pour regagner notre crédibilité et pour gagner du temps, le temps perdu, le temps d’effectuer les grands changements qui ont été repoussés pendant des années » a-t-il déclaré.

Le vote final du parlement a été de 172 contre 121 en faveur des mesures. Papandreou expulsa du groupe parlementaire majoritaire du PASOK trois de ses propres députés parce qu’ils s’étaient abstenus lors du vote. Le parti conservateur Nouvelle démocratie (ND), le Parti communiste grec (KKE) et la coalition SYRIZA ont voté contre les mesures.

Le syndicat du secteur public ADEDY et celui du secteur privé GSEE ont appelé à un rassemblement devant le parlement grec hier soir. Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues d’Athènes à la suite du vote au parlement en signe de protestation, scandant des mots d’ordre comme : « Ils ont déclaré la guerre. A présent ripostez. »

Les syndicats appellent à des manifestations pour tenter de contrôler les travailleurs, alors qu’eux mêmes soutiennent le principe d’imposer des coupes dans le but d’équilibrer le budget de la Grèce. Les syndicats ont rencontré Papandreou afin de discuter les coupes au moment même où celui-ci les négociait avec les gouvernements européens et le FMI. Une grande partie de la direction de ces syndicats est constituée de membres du PASOK.

Les informations sur la grève générale de mercredi ont continué d’arriver les jours suivants. Après qu’un certain nombre de pilotes de l’armée de l’air se soient portés malades en signe de protestation, on a aussi appris que des soldats s’étaient joints aux manifestations

Mardi, des enseignants ont forcé l’accès à la station de télévision publique au moment où celle-ci interviewait des responsables de l’Education et refusèrent de partir avant qu’on leur permette de lire une déclaration au public sur la chaîne de télévision nationale. Avant d’être escortés hors du bâtiment par la police anti-émeute, les enseignants ont dénoncé un plan de licenciement de 17.000 employés à temps partiel de l’éducation publique.

L’information fournie par les médias s’est concentrée sur la mort tragique de trois employés dans une attaque au cocktail Molotov contre la banque Marfin Egnatia, à Athènes, mercredi. Les responsables masqués de l’attaque n’ont toujours pas été identifiés.

Des responsables gouvernementaux ont rendu les manifestants responsables de cette attaque. Une provocation policière ne peut cependant pas être exclue, ce genre d’action ayant une longue tradition en Grèce. Le gouvernement Papandreou a réagi à l’annonce de ces morts en prenant l’engagement de poursuivre son offensive en faveur des mesures d’austérité.

Dans les médias, les commentateurs ont exprimé l’espoir que la tragédie puisse servir à démoraliser l’opposition ouvrière et à faire passer les mesures. Le New York Times explique ainsi : « De nombreux observateurs ici [à Athènes] disent que la violence encouragerait le gouvernement à ne pas reculer, tout en favorisant une réaction de la part des grecs contre le nombre croissant d’extrémistes » contestant la politique gouvernementale.

Des ouvriers des banques cependant, ont accusé celles-ci d’empêcher leur personnel de participer à la grève. Le site Internet Indymedia d’Athènes a publié une lettre signée par « un employé de la Banque Marfin » qui critiquait sévèrement la banque et son propriétaire, M. Vgenopoulos, pour avoir négligé les mesures de sécurité et les mesures contre l’incendie et pour avoir forcé les employés de la banque à travailler malgré la grève.

La lettre poursuit disant que « Pendant de nombreux jours on a vu les employés de la banque se faire terroriser quant aux journées de mobilisation ; on leur présenta cette ‘offre’ verbale : soit vous travaillez, soit vous êtes licenciés… les deux policiers affectés à la banque pour la prévention des vols ne se sont pas présentés aujourd’hui, alors même que la direction de la banque avait promis verbalement aux employés qu’ils seraient là. »

Alors que les protestations se poursuivent, les signes montrant que le gouvernement grec collabore avec les institutions financières internationales afin d’imposer la crise à la classe ouvrière grecque, se multiplient.

Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce, dit au quotidien espagnol El Pais : «  Nous savions que la Grèce nous jouait des tours. On pouvait déjà voir, lorsqu’ils sont entrés dans la zone euro, qu’il y avait des problèmes » avec la dette grecque et les chiffres du déficit. Il remarqua que la Commission européenne avait essayé d’enquêter sur les chiffres donnés par la Grèce en 2003-2004, mais que d’autres Etats de l’Union européenne s’y étaient opposés ; à l’époque, l’Allemagne et la France avaient elles aussi des déficits qui violaient les critères du Traité de Maastricht.

Ceci est particulièrement important étant donné que Papandreou – lorsqu’il a décidé, à l’automne dernier, d’abandonner sa promesse électorale d’augmenter les dépenses sociales – affirma qu’il ne savait pas que la Grèce se trouvait dans une situation financière grave. En fait, la classe dirigeante grecque et européenne pensait se servir de l’élection de Papandreou pour créer une atmosphère politique où les coupes pourraient être imposées. Papandreou pourrait utiliser les relations du PASOK avec les deux principaux syndicats et les partis de la classe moyenne comme SYRIZA pour démobiliser l’opposition.

Il dit, en les louant, que les mesures d’austérité massives acceptées récemment par Papandreou étaient « très crédibles » et encore que « La population n’aurait pas accepté avant. Il fallait faire attention à ne pas provoquer une révolution. »

De tels commentaires ne peuvent toutefois pas dissimuler un sentiment de panique grandissant sur les marchés financiers, qui craignent que l’effondrement financier et les protestations populaires ne se propagent à l’ensemble de l’Europe et au monde.

Le Financial Times fit ce commentaire : « Les émeutes d’Athènes ont illustré de quelle manière les mesures sévères d’austérité… ont des implications non seulement pour la croissance économique mais aussi pour la cohésion sociale. » 

Certains économistes ont également exprimé l’inquiétude que les coupes budgétaires allaient conduire à un effondrement sans précédent de l’économie grecque, ce qui pourrait se répéter à travers l’Europe. Le New York Times a cité les estimations de l’économiste Daniel Gros : « Pour chaque pour cent du PIB de baisse des dépenses publiques en Grèce, la demande totale dans le pays baisse de 2,5 pour cent du PIB ». Ce qui suggère que si Athènes réduit ses dépenses publiques de 10 à 15 pour cent du PIB comme cela est prévu, l’économie baissera d’en gros 30 pour cent.

Il y a encore d’autres signes de « contagion » à d’autres pays. Jeudi, l’agence de notation financière Moody’s Service Investor a averti de ce que les systèmes bancaires du Portugal, de l’Espagne, de l’Irlande, de l’Italie et du Royaume-Uni « [étaient] de plus en plus dans le collimateur des marchés ».

« Le marché part du fait que le système financier est soutenu par les souverains » c’est-à-dire par les gouvernements, notait l’analyste de la BNP Rajeev Shah. « Une bonne partie du risque s’est déplacé du système financier vers les souverains, mais si la contagion continue de gagner du terrain elle va revenir de fait au système financier ».

En d’autres mots, le renflouement du système financier par les Etats a temporairement stabilisé la situation des banques, tout en garantissant la richesse de l’élite financière. Cela n’a pas cependant résolu la crise qui s’est développée en 2008, elle l’a simplement transposée dans une crise croissante de la dette d’Etat.

La crise de la dette souveraine et l’exigence que la classe ouvrière paye cette dette au moyen d’une attaque sans précédent de son niveau de vie crée les conditions de la révolution sociale et d’un nouvel effondrement économique et financier.

Article original, WSWS, paru le 7 mai 2010.



Articles Par : Joe Kishore et Alex Lantier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]