Print

«Le Pouvoir de Dissuasion » de l’Iran
Par Prof Michel Chossudovsky
Mondialisation.ca, 15 novembre 2006
Global research, Planète non Violence (traduction) 15 novembre 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-pouvoir-de-dissuasion-de-l-iran/3869

Le 2 novembre l’Iran a testé des nouveaux types de missiles sol- mer, mer- mer, dans le cadre de ses exercices militaires du « Grand Prophète II » menés au sol dans le désert (voir photo), dans les eaux du Golfe Persique, la mer d’Oman et 14 provinces iraniennes.

Les analystes occidentaux et israéliens ont été pris par surprise. Selon Debka, du 5 novembre un magazine (israélien) sur le renseignement, plusieurs caractéristiques des capacités militaires iraniennes n’étaient pas connues du Pentagon.

«Le Pouvoir de Dissuasion » de l'Iran 

« La spectaculaire nuée de missiles sophistiqués tirés dans le cadre d’un exercice militaire surprise de l’Iran, a stupéfié les planificateurs militaires aux Etats-Unis, en Israël, et en Europe ».

Le 2 novembre, les tests iraniens de missiles au sol ont été marqués par un planning précis, dans le contexte d’une opération soigneusement montée. Selon un expert professionnel américain en missile (cité par Debka), « les iraniens ont fait la démonstration d’une technologie de pointe de lancement de missiles inconnue de l’occident ».

« Ils ont aussi fait la démonstration de l’utilisation de têtes de missiles inhabituelles. Mais leur exploit le plus étonnant a été le lancement de leur missile Shebab – 3 de longue portée, équipé d’un ensemble de dizaines de petites bombelettes…

L’ensemble de ce matériel porte la marque de nouveaux achats en Chine. Le Shebab -3 dont la portée de 2000 Km peut atteindre Israël, Le Moyen Orient, l’Europe – peut être plus qu’un défi pour les systèmes missiles anti-missiles dans les arsenaux américain, israélien et européen – tout dépend de son point de fragmentation. Certains de ses caractéristiques restent une énigme en occident. Si l’ensemble du Shebab-3 se sépare près de la cible, le système Arrow américano-israélien a une chance de l’intercepter, mais les américains et les israéliens n’ont pas de défense contre une tête de missile multiple si la séparation se fait à distance. » (Debka 5 novembre 2006).

La télévision d’état iranienne a montré des douzaines de missiles entrain d’être lancés à la fois à partir de bateaux de guerre dans le Golfe Persique, de même que de zones terrestres dans le désert.

Selon Uzi Rubin, l’ancien dirigeant du programme anti-balistique israélien, « l’intensité de l’exercice militaire était sans précédent. C’était fait pour impressionner – – et cela a fait réussi. » (www.cnsnews.com 3 novembre 2006).

« Cela a été un succès technique et opérationnel » a dit Rubin, faisant remarquer le fait que les iraniens ont été capables de lancer tant de missiles. » (Ibid).

La démonstration a atteint son objectif. Le chef des gardes révolutionnaires iraniens, le Général Yahya Rahim Safavi, a confirmé que le test de missile a été mené « pour montrer notre pouvoir de dissuasion et de défense à des ennemis trans – régionaux, et nous espérons qu’ils comprendront le message. »

C’était une référence claire aux Etats-Unis, à la Grande Bretagne, à la France, qui ont été parmi les 6 nations à participer à des manœuvres dirigées par les américains dans le Golfe en début de semaine. Toutefois, ces exercices se sont concentrés sur la surveillance.

La secrétaire d’état Condoleezza Rice a dit au cours d’une interview radio qu’elle croyait que les iraniens « essayaient de démontrer qu’ils étaient coriaces » (Ibid).

Les exercices, tout en créant une agitation politique aux Etats-Unis et en Israël, ne semblent pas avoir entamé la volonté américano israélienne de mener une guerre préventive contre l’Iran. Selon le porte parole du ministère des affaires étrangères israéliennes :

« Il est temps pour la communauté internationale d’agir de façon décisive et par le biais du Conseil de Sécurité pour envoyer un message clair que s’ils (L’Iran) continuent sur la voie actuelle, ils vont s’attirer les foudres de la communauté des nations, » a dit Regev par téléphone vendredi.

Dissuasion d’après guerre froide

Depuis le mois d’août, l’Iran a été impliqué dans des jeux de guerre importants.

Ces exercices militaires font partie d’une dissuasion post guerre froide de la part du gouvernement de Téhéran.

L’objectif est de neutraliser les menaces US concernant le soi disant programme d’armes nucléaires de Téhéran.

La démonstration des capacités militaires iraniennes a pour but de dissuader les US et la coalition sur leurs plans de guerre, qui sont actuellement dans une phase avancée de préparation. Ceci est marqué par l’existence d’une concentration massive de navires de guerre des US et de la coalition dans le Golfe Persique, la mer d’Arabie, et l’est de la Méditerranée (voir l’article de Nazemroya d’octobre 2006, de Chossudovsky octobre 20006 sur www.globalresearch.ca)

« La dissuasion « et « la politique de limitation de l’expansionnisme » peuvent aussi être utilisées contre les US. Dans un discours récent du ministre des affaires étrangères iranien, les objectifs des jeux de guerre étaient décrits comme suit :

« Nos manœuvres n’ont pas pour objectif d’apparaître comme une menace pour un quelconque pays. Ils ont plutôt pour but de revigorer le pouvoir de dissuasion de l’Iran. »

Ces développements vont-ils dissuader l’administration Bush de s’embarquer dans la deuxième étape de son aventure militaire au Moyen Orient ?

Les planificateurs américains et israéliens feront-ils preuve de retenue ?

On peut espérer que « la dissuasion post guerre froide » dirigée contre les Etats-Unis puisse contribuer à contrecarrer l’agenda militaire de Washington.

D’un autre côté nous devons comprendre que de part et d’autre on est sur le pied de guerre.

La situation dans le Golfe Persique est extrêmement tendue. Le déploiement massif de forces navales des US et de la coalition à une courte distance des côtes iraniennes constitue un acte de provocation. Ce déploiement, marqué par des jeux de guerre américains en cours, pourrait déclencher un incident qui a le potentiel de conduire à la guerre.

Par conséquent, c’est essentiel dans les semaines et les mois à venir que les mouvements de citoyens aux Etats-Unis et partout dans le monde agissent constamment pour s’opposer à leurs gouvernements respectifs afin qu’ils fassent machine arrière et abandonne cet agenda militaire (Pour des détails, voir m’article de Michel Chossudovsky « Post Cold War Shivers, octobre 2006 www.globalresearch.ca)

Url de l’article et d’autres photos:
www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=CHO20061105&articleId=3713  

© Copyright Michel Chossudovsky Global research 

Michel Chossudovsky est l’auteur du best-seller international The Globalization of Poverty (titre français: « La mondialisation de la pauvreté», éd. Écosociété) qui a été publié en 11 langues. Il est professeur d’économie à l’Université d’Ottawa, Canada, et directeur du Center for Research on Globalization Global Research. Il collabore également à l’Encyclopaedia Britannica. Son dernier ouvrage est intitulé « America`s War on terrorism« ,  Global Research, 2005.  Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre

Traduction MD pour Planète non Violence

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.