Le procès de Julian Assange: le masque de l’empire est tombé

Les grands médias libéraux refusent de couvrir en détail le procès kangourou du rédacteur en chef de Wikileaks à Londres.

Région :

Le concept « d’Histoire en devenir » a été poussé à l’extrême lorsqu’il s’agit de l’extraordinaire service public assuré par l’historien, ancien diplomate britannique et militant des droits de l’homme Craig Murray.

Murray – littéralement, et au niveau mondial – se positionne désormais comme notre homme dans la tribune du public, car il documente minutieusement et avec force détails ce qui pourrait être défini comme le procès du siècle en ce qui concerne la pratique du journalisme : le procès kangourou qui juge Julian Assange à Old Bailey, Londres.

Concentrons-nous sur trois des reportages de Murray cette semaine – en mettant l’accent sur deux thèmes étroitement liés : ce que les États-Unis poursuivent réellement et comment les médias corporatistes occidentaux ignorent les procédures judiciaires.

Ici, Murray rapporte le moment exact où le masque de l’Empire est tombé, non pas avec un boum, mais avec un gémissement :

« Les gants ont été enlevés mardi, le gouvernement américain ayant explicitement fait valoir que tous les journalistes sont passibles de poursuites en vertu de la loi sur l’espionnage (1917) pour avoir publié des informations classifiées ».

« Tous les journalistes » signifie tout journaliste légitime, de toute nationalité, opérant dans toute juridiction.

Interprétant l’argument, Murray a ajouté que « le gouvernement américain dit maintenant, de manière tout à fait explicite, devant les tribunaux, que ces journalistes auraient pu et auraient dû aller en prison et que c’est ainsi que nous agirons à l’avenir. Le Washington Post, le New York Times et tous les « grands médias libéraux » des États-Unis ne sont pas au tribunal pour l’entendre et n’en font pas état, en raison de leur complicité active dans la présentation d’un autre Julian Assange, en tant que sous-homme dont on peut ignorer le sort. Sont-ils vraiment stupides au point de ne pas comprendre qu’ils sont les prochains ?

Euh, oui ».

Le fait est que les paladins autoproclamés des « grands médias libéraux » ne sont pas stupides. Ils ne couvrent pas la mascarade de Old Bailey parce qu’ils sont lâches. Ils doivent conserver leur légendaire « accès » aux entrailles de l’Empire – le genre « d’accès » qui a permis à Judith Miller de « vendre » la guerre illégale contre l’Irak en d’innombrables premières pages, et qui a permis à Bob Woodward, l’atout et uber-opportuniste de la CIA, d’écrire ses livres « d’initiés ».

Rien à voir ici

Auparavant, Murray avait déjà détaillé comment « les grands médias ferment les yeux ». Il y avait trois reporters dans la galerie de la presse, dont un stagiaire et un représentant de la NUJ. L’accès du public continue d’être restreint et les principales ONG, dont Amnesty, PEN et Reporters sans Frontières, continuent d’être exclues à la fois physiquement et en ligne ».

Murray a également détaillé comment « les six d’entre nous autorisés à entrer dans la galerie publique, d’ailleurs, doivent monter 132 marches pour y arriver, plusieurs fois par jour. Je suis avec John, le père de Julian, qui a 78 ans ; et un autre d’entre nous a un pacemaker ».

Alors pourquoi est-il « l’homme dans la galerie publique » ? « Je n’ignore absolument pas les efforts courageux des autres lorsque j’explique que je me sens obligé d’écrire ceci, et dans ce détail, car sinon les faits essentiels du procès le plus important de ce siècle, et la façon dont il est mené, passeraient presque totalement inaperçus du public. S’il s’agissait d’un véritable processus, ils voudraient que les gens le voient, et non pas qu’ils minimisent complètement la participation, tant physiquement qu’en ligne ».

À moins que les gens du monde entier ne lisent les rapports de Murray – et très peu d’autres avec beaucoup moins de détails – ils ignoreront des aspects immensément importants ainsi que le contexte général épouvantable de ce qui se passe réellement au cœur de Londres. Le fait principal, en ce qui concerne le journalisme, est que les médias corporatistes occidentaux l’ignorent complètement.

Voyons par exemple la couverture britannique du 9e jour.

Il n’y a pas eu d’article dans le Guardian – qui ne peut pas couvrir le procès parce que le journal, pendant des années, était plongé dans la diffamation et la diabolisation totale de Julian Assange.

Il n’y a rien eu dans le Telegraph – très proche du MI6 – et seulement un bref article dans le Daily Mail.

Il y a eu un bref article dans The Independent uniquement parce que l’un des témoins, Eric Lewis, est l’un des directeurs de l’Independent Digital News and Media Ltd qui publie le journal.

Pendant des années, le processus de dégradation de Julian Assange à un niveau sous-humain a été basé sur la répétition d’un tas de mensonges si souvent qu’ils deviennent la vérité. Aujourd’hui, la conspiration du silence sur le procès fait des merveilles pour exposer le vrai visage des « valeurs » libérales occidentales et de la « démocratie » libérale.

Daniel Ellsberg s’exprime

Murray a fourni un contexte absolument essentiel pour ce que Daniel « Pentagon Papers » Ellsberg a dit très clairement à la barre des témoins.

Les journaux de guerre afghans publiés par WikiLeaks étaient assez similaires aux rapports de bas niveau qu’Ellsberg lui-même avait écrits sur le Vietnam. Le cadre géopolitique est le même : invasion et occupation, contre les intérêts de la majorité absolue des envahis et des occupés.

Murray, illustrant Ellsberg, écrit que « les journaux de guerre avaient mis en évidence un schéma de crimes de guerre : torture, assassinats et escadrons de la mort. La seule chose qui avait changé depuis le Vietnam était que ces choses étaient maintenant tellement normalisées qu’elles étaient classées en dessous de Top Secret ».

C’est un point très important. Tous les documents du Pentagone étaient en fait Top Secret. Mais les documents de WikiLeaks n’étaient pas Top Secret : en fait, ils étaient classés en dessous de Top Secret, et n’étaient pas soumis à une diffusion restreinte. Ils n’étaient donc pas vraiment sensibles – comme le prétend maintenant le gouvernement américain.

Sur la vidéo désormais légendaire de Collateral Murder, Murray détaille l’argumentation d’Ellsberg : « Ellsberg a déclaré qu’elle montrait sans aucun doute un meurtre, le mitraillage délibéré d’un civil blessé et non armé. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un meurtre. Le mot douteux était « collatéral », ce qui implique accidentel. Ce qui était vraiment choquant, c’était la réaction du Pentagone, qui considérait que ces crimes de guerre étaient conformes aux règles d’engagement. Qui autorisaient le meurtre ».

L’accusation ne peut expliquer pourquoi Julian Assange a retenu pas moins de 15 000 dossiers, comment il a mis autant de temps à expurger ceux qui ont été publiés, et pourquoi le Pentagone et le Département d’État ont refusé de collaborer avec WikiLeaks. Murray : « Dix ans plus tard, le gouvernement américain n’a toujours pas été en mesure de nommer une seule personne qui a réellement été affectée par les publications de WikiLeaks. »

Prometheus Enchaîné 2.0

Le Président Trump a fait deux références notoires à WikiLeaks dans le dossier : « J’aime WikiLeaks » et « Je ne sais rien de WikiLeaks« . Cela pourrait ne rien révéler sur la façon dont une hypothétique administration Trump 2.0 agirait si Julian Assange était extradé vers les États-Unis. Ce que nous savons maintenant, c’est que les factions les plus puissantes de l’État Profond veulent le « neutraliser ». Pour toujours.

Je me suis senti obligé de présenter la situation de Julian Assange comme étant celle de Prométhée 2.0. Dans cette tragédie post-moderne poignante, la trame principale est centrée sur un coup mortel porté au vrai journalisme, dans le sens où il s’agit de dire la vérité au pouvoir.

Julian Assange continue d’être traité comme un criminel extrêmement dangereux, comme sa partenaire Stella Moris le décrit dans un tweet.

Craig Murray entrera sans doute dans l’Histoire comme le personnage central d’un tout petit refrain nous mettant tous en garde contre les ramifications de la tragédie.

Il est également tout à fait approprié que la tragédie soit aussi un commentaire sur une époque antérieure qui, contrairement au poème de Blake, présentait un mariage de l’enfer et de l’enfer : GWOT et OCO (Guerre Mondiale contre le Terrorisme, sous George W. Bush, et Opérations de Contingence à l’Étranger sous Barack Obama).

Julian Assange est condamné pour avoir révélé des crimes de guerre impériaux en Irak et en Afghanistan. Pourtant, en fin de compte, tout ce bruit et cette fureur post-11 septembre ne signifient rien.

En fait, cela s’est transformé en pire cauchemar impérial : l’émergence d’un concurrent de premier ordre, le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine.

« Pas ici les ténèbres, dans ce monde qui twitte » (T.S. Eliot, Burnt Norton). Une armée de futurs Assanges attend.

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :

Empire’s mask slips at Julian Assange trial, Asia Times, le 18 septembre 2020

Traduit par Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]