Le programme de surveillance de la NSA dénoncé par Snowden jugé illégal

Un tribunal américain a, sept ans après les révélations de Edward Snowden, jugé que la surveillance téléphonique de masse effectuée par la NSA était illégale.

Exilé en Russie depuis 2013 après ses révélations au sujet d’un programme de surveillance de masse de l’Agence nationale de la sécurité (NSA), c’est une petite victoire pour Edward Snowden. Un tribunal américain, la cour d’appel fédérale du neuvième circuit, la plus importante du pays – officiant pour les Etats de l’Est américain, et sise à San Francisco – a estimé que ce programme de surveillance était illégal et que les dirigeants des services du renseignement avaient menti lorsqu’ils l’ont défendu.

La cour d’appel a indiqué que «nous concluons que le gouvernement peut avoir violé le quatrième amendement et a violé la loi sur la surveillance des renseignements étrangers (FISA) lors de la collecte des métadonnées téléphoniques de millions d’Américains». Après les révélations de Snowden, alors sous contrat de la NSA à Hawaï, le gouvernement avait justifié le programme de surveillance de masse par l’identification de quatre résidents américains accusés d’avoir soutenu financièrement une organisation terroriste en Somalie.

Les conclusions de cette cour de justice constituent une victoire symbolique pour Edward Snowden même si elles ne rendent pas sa liberté au lanceur d’alerte. Celui-ci s’est cependant félicité.

Sur son compte Twitter, il a écrit: «Il y a sept ans, alors que les nouvelles annonçaient que j’étais accusé pour avoir dévoilé la vérité, je n’aurais jamais imaginé que je verrais de mon vivant nos tribunaux condamner les activités de la NSA comme illégales, et me féliciter de les avoir dénoncées. Et pourtant, ce jour est arrivé».

D’ailleurs, Donald Trump a, le 17 août dernier, assoupli publiquement sa position sur Edward Snowden en expliquant qu’il allait «jeter un œil» sur l’éventualité d’une grâce présidentielle alors qu’il n’avait jamais eu d’éloges à propos du lanceur d’alerte, allant jusqu’à estimer en 2014 qu’il devait «être exécuté».



Articles Par : Observateur Continental

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]