Print

Le Québec et la guerre en Ukraine – Entrevue René Boulanger
Par René Boulanger et Robin Philpot
Mondialisation.ca, 14 avril 2022
Le pied à Papineau CKVL
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/le-quebec-et-la-guerre-en-ukraine-entrevue-rene-boulanger/5667261

12 avril 2022: Dans son allocution sur le budget canadien le 7 avril 2022, la ministre des Finances et Vice-Première ministre a, à toutes fins utiles, déclaré la guerre à la Russie et exprimé la volonté du Canada de renverser le gouvernement russe.

« Poutine et ses hommes de main sont des criminels de guerre. Les démocraties du monde entier, y compris la nôtre, pourront être en sécurité seulement lorsque le tyran russe et ses armées seront vaincus. Et nous comptons sur le courageux peuple de l’Ukraine pour y arriver.

« Comme le combat des Ukrainiens est le nôtre — une lutte pour la démocratie — il est dans notre intérêt national de nous assurer de toute urgence qu’ils ont les missiles et l’argent dont ils ont besoin pour gagner cette guerre. »

En partant de cette déclaration, René Boulanger, écrivain et essayiste, se penche sur la position que le Québec aurait intérêt à adopter. Il explique comment fonctionne le réseau de renseignements des Five Eyes, qui réunit les pays issus de la colonisation britannique (États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle Zélande et le Royaume-Uni), et à quel point ces pays veulent sacrifier les Ukrainiens pour leurs intérêts.

Il rappelle aussi la tradition québécois de refuser de participer à des guerres impériales depuis au moins la guerre des Boers.

Il décrit la position du Mexique, qui refuse d’embarquer dans cette campagne, et ne permet pas à ses forces armées de participer à des guerres hors de ses frontières.

René Boulanger aborde également la désinformation qui règne au Québec depuis le début de la guerre, en se penchant notamment sur une journaliste dite « indépendante » que tous les médias traitent comme porteuse de l’évangile, Mme Tetyana Ogarkova. Mais elle n’a aucune indépendance étant liée notamment à l’Ambassade américaine et au National Endowment for Democracy (un paravent de la CIA).

Il donne comme exemple le récit officiel de Boutcha, qui n’a à peu près rien à voir avec la vérité.

Il termine avec une proposition adressée aux députées et députés du Bloc Québécois.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.