Le régime de Kiev en Ukraine n’est pas « officiellement » un gouvernement néonazi

Région :
Analyses:

Savent-ils qui ils sont?

Savons-nous qui ils sont?

Il existe des « ultraconservateurs » dans le gouvernement de Kiev, mais « il n’y a pas de néonazis ». Selon les médias occidentaux, tout cela fait partie d’une « offensive propagandiste continue, menée par le Kremlin, employant des termes et des images de la Seconde Guerre mondiale ».

Les médias alternatifs ont cependant reconnu que le régime de Kiev est « une vague coalition de centre-droite » intégrée par deux partis néonazis, Svoboda et Secteur droit^( Pravyï sektor), « mais ce n’est pas un gouvernement néonazi ». Ces deux partis affichent des emblèmes nazis.

Quelle est l’identité politique du gouvernement

Si un gouvernement devait afficher officiellement des emblèmes nazis, cela ne suggérerait-il pas que le gouvernement est engagé dans l’idéologie nazie?

Si le régime de Kiev affiche « officiellement » des emblèmes nazis pour identifier les entités de son appareil de sécurité nationale et militaire, on peut normalement supposer qu’il s’agit d’un gouvernement néonazi.

On peut voir ci-dessous l’emblème nazi de la Garde nationale (Національна гвардія України) définie comme étant la Réserve des Forces armées ukrainiennes. Elle opère sous la juridiction du ministère des Affaires intérieures. La Garde nationale fait partie de ce que l’on appelle les « Troupes intérieures de l’Ukraine ». Son emblème est un svastika stylisé.

Imaginez ce qui se passerait si la Garde nationale des États-Unis ou la Gerdarmerie royale du Canada portait des symboles ressemblant à la croix gammée.

Il est important de noter que la Garde nationale de l’Ukraine est directement financée par l’administration Obama, dans le but de protéger la démocratie à l’américaine en Ukraine.

Le public étasunien ignore que le gouvernement des États-Unis appuie financièrement, arme et entraîne une entité néonazie.

Personne ne le sait aux États-Unis, car l’utilisation des mots « néonazi » et « fasciste » en ce qui concerne l’Ukraine est taboue. Ces termes ont été exclus du lexique du journalisme d’enquête. Dans les médias, ils ont été remplacés par « ultraconservateur », « extrême-droite » et « nationaliste ».

Une autre entité faisant partie la Garde nationale ukrainienne est le Bataillon d’Azov (Батальйон Азов). Ce dernier, qui porte l’emblème nazi des SS (ci-dessous à gauche), est décrit par le régime de Kiev comme « un bataillon de volontaires pour la défense territoriale ». Il s’agit d’un bataillon de la Garde nationale sous la juridiction du ministère des Affaires intérieures. Basé officiellement à Berdyank sur la mer d’Azov, il a été formé par le régime pour combattre l’insurrection de l’opposition dans l’est et le sud de l’Ukraine. Il est également financé par l’administration étasunienne.

 

Ces milices portant l’emblème nazi des SS sont parrainées par le ministère ukrainien des Affaires intérieures, ce qui équivaut au département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security).

Ils sont simplement qualifiés de « combattants de la liberté ».

C’est pour une bonne cause. « La démocratie est l’objectif ultime ».

Selon le New York Times, « Les États-Unis et l’Union européenne ont épousé la révolution ici [en Ukraine] comme un autre épanouissement de la démocratie, un coup à l’autoritarisme et à la kleptocratie dans l’ancien espace soviétique ». (NYTimes.com, 1er mars 2014).

Il va sans dire que l’« appui » à la formation en Ukraine d’un gouvernement avec des « penchants néonazis » ne signifie aucunement que des « tendances fascistes » se développent au sein de la Maison-Blanche, du département d’État et du Congrès.

Ci-dessous les images sélectionnées des « combattants de la liberté » du Bataillon d’Azov, relevant du Ministère des affaires interieures d’un gouvernment «`démocratique »

 

     
     
     
     
     
Source des images : https://news.pn/en/public/104475

Article original : Ukraine’s Kiev Regime is not “Officially” A Neo-Nazi Government, publié le 1er juin 2014.

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

 


Guerre et mondialisation


Mondialisation de la pauvreté.



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]