Le secrétaire d’État américain déclare qu’une «réponse militaire» à l’Iran est «en cours d’examen»

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a continué hier de proférer les menaces belliqueuses de l’Administration Trump contre l’Iran. Il a déclaré dans un entretien accordé à l’émission de CBS Face the Nation que les États-Unis «envisageaient une gamme complète d’options». À la question de savoir s’il s’agissait d’une «réponse militaire», il a répondu «bien entendu».

Pompeo s’est frayé un chemin à travers l’entretien, rejetant toute suggestion selon laquelle les États-Unis n’avaient aucune preuve que l’Iran avait attaqué deux pétroliers dans le Golfe d’Oman jeudi dernier. Il a insisté qu’une vidéo granuleuse diffusée par le commandement central américain montrait un petit bateau du Corps des Gardiens de la révolution islamique (IRGC) s’approchant et retirant une mine «limpet» non explosée du Kokuta Courageous appartenant à des Japonais.

Vendredi dernier, Yukata Katada, présidente de la compagnie maritime Kokuka Sangyo, propriétaire du pétrolier Kokuta Courageous, a rejeté l’allégation selon laquelle le navire aurait été endommagé par des mines «limpet». «L’équipage dit qu’il a été touché par un objet volant. Ils ont vu quelque chose voler vers eux, puis il y a eu une explosion, puis il y a eu un trou dans le navire. Puis une équipe a été témoin d’un second tir.»

Devant ces remarques hier à Fox News Sunday, Pompeo a simplement esquivé la question, déclarant que «la communauté du renseignement a beaucoup de données, beaucoup de preuves» et que «le peuple américain devrait être assuré que nous avons une grande confiance en ce qui concerne l’auteur des attaques». Il n’a toutefois fourni aucune preuve ou donnée.

Le secrétaire d’État a donné une réponse similaire lorsqu’on l’a interrogé sur CBS au sujet des commentaires du ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas selon lesquels la vidéo n’était «pas suffisante». Pompéo déclarait calmement que Maas avait vu «beaucoup plus que la simple vidéo», mais ne donnait pas de détails. Dans un geste pas si subtil à l’égard de l’Allemagne, il a ajouté qu’«il y a des pays qui souhaitent simplement que cela disparaisse et qu’ils veulent agir d’une manière contre-factuelle.»

L’Allemagne n’est pas le seul pays à s’interroger sur le manque de preuves. L’hebdomadaire, Japan Today a rapporté hier que le gouvernement japonais avait également demandé des preuves supplémentaires. «L’explication américaine ne nous a pas aidés à aller au-delà de la spéculation», a déclaré un haut responsable du gouvernement.

Une autre source proche du Premier ministre Shinzo Abe a déclaré sur le site: «Ce ne sont pas des preuves définitives que c’est l’Iran. Même si ce sont les États-Unis qui font cette affirmation, nous ne pouvons pas simplement dire que nous y croyons.»

La source a également noté que les attaques contre les pétroliers avaient eu lieu alors qu’Abe rencontrait le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. La réunion a eu lieu lors de son voyage en Iran pour tenter d’assurer la médiation entre Téhéran et Washington. Il a déclaré que les attentats avaient «gravement entaché la réputation du Premier ministre» et que c’était inadmissible de «commettre des erreurs dans l’établissement des faits».

De toute évidence, le Japon et l’Allemagne ne croient tout simplement pas aux allégations américaines. Ils soupçonnent que l’incident pourrait bien être une provocation organisée par les États-Unis ou un allié pour justifier une guerre contre l’Iran. Les États-Unis ont affirmé que la sophistication des attaques a «prouvé» que c’était l’Iran. Un fonctionnaire japonais du ministère des affaires étrangères a déclaré à JapanToday: «Cet argument s’appliquerait également aux États-Unis et à Israël».

L’Iran a catégoriquement nié toute implication dans cet incident. En rejetant ces allégations, le président iranien Hassan Rouhani a qualifié les États-Unis de «menace grave pour la stabilité de la région».

L’Administration Trump a délibérément exacerbé les tensions avec Téhéran lorsque, en violation des résolutions de l’ONU, elle a abrogé unilatéralement l’accord nucléaire iranien de 2015. L’accord avait été signé par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et l’Allemagne. Les États-Unis ont réimposé et intensifié des sanctions économiques paralysantes contre l’Iran dans le but exprès de réduire ses exportations d’énergie à zéro.

La décision américaine d’affronter l’Iran ne vise pas seulement l’Iran, mais aussi des alliés comme l’Allemagne et le Japon, ainsi que des rivaux ouverts comme la Chine et la Russie. Dans la foulée de l’accord de 2015 et de la levée partielle des sanctions, ces pays et d’autres ont développé des relations économiques et politiques avec Téhéran. Largement exclu, Washington exploite les sanctions et la menace d’une force militaire brutale pour saboter ces liens.

Dans ce qui équivalait à une menace brutale, Pompeo laissait entendre que la menace d’une guerre forcerait d’autres pays à s’aligner sur les États-Unis. Le dimanche de Fox News, il a noté que «très peu de notre pétrole brut passe par le Golfe», puis a ajouté que d’autres pays — Chine, Japon, Corée du Sud, Indonésie — étaient très dépendants. «Je suis convaincu que lorsqu’ils verront le risque, le risque pour leur propre économie et leur propre population… ils nous rejoindront» s’est vanté Pompeo.

À ce stade, seuls la Grande-Bretagne et plusieurs États du Golfe ont soutenu les revendications des États-Unis. Octobre dernier, le prince héritier saoudien, Mahammed bin Salman, impliqué dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Ce week-end il a déclaré que l’Arabie saoudite «n’hésitera pas à faire face à toute menace contre son peuple, sa souveraineté et ses intérêts vitaux». Hier déjà, des avions de combat F-15 américains ont volé en formation avec des avions de guerre saoudiens dans la région du Golfe.

Le mois dernier, l’Administration Trump a ordonné l’entrée dans la région du groupe aéronaval de l’USS Lincoln, une force de bombardement dirigée par des B-52 à capacité nucléaire, ainsi que 900 soldats terrestres supplémentaires et une batterie de missiles Patriot. Les plans qui ont fait l’objet de fuites ont également révélé que jusqu’à 120.000 soldats pourraient être déployés dans la région.

Vendredi, selon le New York Times, le conseiller de Trump pour la sécurité nationale, John Bolton, un belliciste notoire, a rencontré pendant trois heures le secrétaire à la défense par intérim, Patrick Shanahan, et le chef d’état-major interarmées, le général Joseph Dunford, pour discuter des attaques des pétroliers.

Le Pentagone enverrait jusqu’à 6.000 soldats supplémentaires dans la région du Golfe, ainsi que des navires de guerre et des chasseurs à réaction. Washington tente également de former une coalition internationale pour fournir des navires de guerre afin d’escorter des pétroliers à travers le Golfe. Interrogé hier sur ces plans, Pompeo a refusé de commenter.

Lorsqu’il a insisté auprès de la CBS pour savoir si Trump avait l’autorité légale d’attaquer l’Iran, Pompeo a rejeté la suggestion selon laquelle le Congrès américain devrait approuver une telle action. Il a déclaré que «le peuple américain devrait être très confiant… [que] nous ferons toujours la tâche difficile qu’il faut pour protéger les intérêts américains, où qu’ils se trouvent».

L’Administration Trump s’est engagée dans une guerre imprudente contre l’Iran sur la base de mensonges. Le renforcement de l’armée américaine dans la région du Golfe, y compris la perspective de manœuvres militaires dans l’étroit détroit d’Ormuz, ouvre la voie à des provocations qui déclenchent un conflit catastrophique qui entraînerait d’autres puissances.

Peter Symonds

 

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 17 juin 2019



Articles Par : Peter Symonds

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]balresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]