Le sommet du G20 ressemble à la Conférence économique mondiale de Londres en 1933

Le sommet du G20 ressemble plus à la Conférence économique mondiale de Londres en 1933 qu’à celle de Bretton Woods en 1944

Le sommet du G20 qui se tient aujourd’hui à Washington se déroule durant la pire crise économique et financière que le monde ait connue depuis la Grande Dépression des années 1930. Mais, indépendamment des paroles creuses sur la nécessité d’un nouveau Bretton Woods et des appels en faveur d’une restructuration du système financier international, le sommet n’apportera aucune solution à la crise qui est en train de s’aggraver rapidement. Bien au contraire, en l’absence de tout programme cohérent, il se peut que les divisions entre les principales puissances capitalistes s’accentuent.

Le sommet qui avait été convoqué le mois dernier, à l’instigation du président américain sortant George W. Bush, rassemble les dirigeants du G8, de l’Australie, de l’Union européenne  ainsi que des pays que l’on dit émergents, l’Inde, la Chine, le Brésil, le Mexique, l’Argentine, la Turquie, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud. Tous ensemble, ils représentent 90 pour cent du produit intérieur brut mondial.

Avant le sommet, le premier ministre britannique, Gordon Brown, avait dit qu’il devait être un « moment décisif » pour l’économie mondiale et offrir l’occasion d’un « nouveau Bretton Woods », à savoir, l’équivalent de la conférence tenue en juillet 1944 et qui avait jeté les bases de l’ordre économique d’après-guerre suite à la dévastation économique des années 1930.

Le président français, Nicolas Sarkozy, qui est actuellement le président de l’UE, a souligné le besoin de « changer les règles du jeu du système financier mondial » et la nécessité d’une autre conférence au printemps afin de concrétiser les accords conclus à Washington.

Les perspectives réelles qu’offre le sommet ont toutefois été plus justement énoncées dans un article du journal britannique Independent : « Ce que nous avons, c’est un sommet sans ordre du jour, sur une crise dont on ne parvient pas à convenir de la cause, dans un pays dont le gouvernement n’est pas en état de marche. »

Les divergences sont manifestes. Le gouvernement Bush est opposé à tout système de régulation internationale. Dans un discours prononcé jeudi, Bush a déclaré que l’histoire avait montré que le plus grand danger n’était pas trop peu d’intervention gouvernementale sur le marché mais trop d’intervention alors que certaines puissances européennes, la France notamment, préconisent davantage d’intervention. S’exprimant à l’issue de la réunion au Brésil des ministres des finances du G20, la ministre française de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde, a déclaré : « Nous voyons des frictions entre le capitalisme anglo-américain d’une part et le capitalisme de type européen de l’autre. »

Avant la conférence, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a signalé qu’il ne fallait pas nourrir trop d’illusions quant à un nouveau Bretton Woods. « Il ne faudrait pas nourrir des attentes trop élevées », a-t-il précisé dans une interview au Financial Times. « Beaucoup de gens parlent d’un Bretton Woods II. Ça sonne bien mais nous n’allons pas créer un nouveau traité international. »

Strauss-Kahn a même émis des doutes quant aux propositions soutenues entre autres par Brown pour un système d’avertissement précoce administré par le FMI afin d’éviter une future crise mondiale. « Je ne pense pas qu’on puisse avoir un système mécanique avec des lumières rouges et des lumières vertes et que parfois, pays par pays, les lumières passeraient du vert au rouge », a-t-il dit.

Un simple coup d’œil sur l’histoire du G20 suffit à dissiper toute idée fausse sur la capacité de cette organisation à résoudre le problème de la crise économique mondiale. L’organisation fut créée en septembre 1999 suite à la crise financière asiatique de 1997-98. Dans le sillage de cette catastrophe qui avait entraîné la perte de 10 pour cent du produit intérieur brut d’un certain nombre de pays d’Asie du Sud-est et qui avait mené au défaut de paiement de la Russie en août 1998, l’on avait beaucoup parlé de la nécessité de la mise en place d’une « nouvelle architecture financière. »

Cela n’avait débouché sur rien. Au lieu de prendre des mesures pour résoudre l’instabilité croissante du système financier international, la Banque fédérale américaine augmenta entre 2001 et 2004, le flux de crédit du système financier américain en réduisant toujours davantage les taux d’intérêt, créant de ce fait les conditions pour une bulle immobilière et la crise financière qui s’ensuivit. Quant au G20, son impact a été si faible depuis sa création il y a neuf ans que le mois dernier lors d’une conversation téléphonique avec le premier ministre australien, Kevin Rudd, Bush lui aurait demandé ce que c’était.

Adopter une vision historique plus longue, en revenant sur la conférence de Bretton Woods de 1944 et au-delà, souligne encore plus l’incapacité du sommet du G20 ou de tout autre groupe d’établir une architecture financière mondiale solide.

La différence fondamentale entre la situation actuelle et celle de juillet 1944 est la position des Etats-Unis. A l’époque, avec la victoire de la Deuxième Guerre mondiale se profilant à l’horizon, les Etats-Unis se trouvaient au sommet de leur puissance mondiale. Leur industrie tournant à plein régime, ils étaient en mesure de recourir à leur suprématie économique pour imposer les changements dont l’ordre économique mondial avait besoin pour surmonter la catastrophe survenue durant la décennie précédente.

Le principal changement fut la création d’un système monétaire stable, fixant le prix du dollar américain en or à 35 dollars l’once d’or afin d’éviter le type de dévaluation et de protectionnisme qui avaient contribué à aggraver la Grande Dépression.

La stabilité monétaire alla de pair avec un système de régulation par lequel les gouvernements étaient en mesure de protéger leurs économies de l’impact des grands flux internationaux de capitaux. Pour reprendre les termes du secrétaire américain au Trésor, Henry Morgenthau,  dans son discours de clôture, l’un des objectifs des nouvelles mesures était de limiter le pouvoir des banquiers privés et de « chasser les usuriers prêteurs d’argent du temple de la finance internationale. » Ou bien, comme l’avait dit John Maynard Keynes, l’un des deux principaux architectes de l’accord et qui dirigeait la délégation britannique à Bretton Woods, « Le projet accorde à chaque gouvernement membre le droit explicite de contrôler tous les mouvements de capitaux non pas comme une simple mesure de transition, mais comme un règlement permanent. Ce qui était jadis une hérésie est devenue à présent une orthodoxie. »

Le système de Bretton Woods posa les fondements de l’expansion économique d’après-guerre. Mais il ne surmonta pas les contradictions du capitalisme mondial qui commencèrent à s’imposer à nouveau au début des années 1970. En août 1971, le président américain Richard Nixon résiliait la convertibilité en or du dollar américain et en 1973 le système fondé sur les taux de change fixes établi par Bretton Woods était remplacé par un système de taux de change flottant.

Durant ces 35 dernières années, il s’est développé un système financier mondial dans lequel des billions de dollars parcourent tous les jours les marchés en échappant à tout contrôle de gouvernements, de groupes de gouvernements ou d’autorités financières.

Le changement le plus significatif est le déclin de la puissance économique des Etats-Unis et dont la présente crise mondiale est l’expression. A l’époque de Bretton Woods, les noms de General Motors et de Ford étaient synonymes de suprématie économique américaine. Aujourd’hui, ils sont en quête d’une bouée de sauvetage financière de la part du gouvernement.

La conférence de Bretton Woods avait pour but de mettre fin aux conflits économiques des années 1930 qui avaient conduit directement à la guerre. Aujourd’hui, la réunion a lieu dans des conditions où les tensions économiques entre les grandes puissances ne cessent de s’intensifier.

L’une des raisons de l’absence du président élu, Barack Obama, n’est pas que les Américains n’ont « qu’un seul président à la fois », mais que le nouveau gouvernement tient à avoir les coudées franches pour promouvoir la position américaine dans une situation où les conditions économiques ne cessent de se détériorer.

La conférence de ce week-end rappelle moins Bretton Woods que la Conférence économique mondiale de Londres en 1933. Organisée afin de convenir d’une réponse commune à la Grande Dépression, elle échoua pour cause de rivalités entre principales puissances et fut ajournée sans qu’un accord soit trouvé. La guerre devait éclater six ans plus tard.

Article original en anglais, WSWS, paru le 15 novembre 2008.

© WSWS.



Articles Par : Nick Beams

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]