Le virus Zika ne provoque pas de malformations congénitales – Mais les produits utilisés pour le combattre, probablement!

Les médias ont dit que le virus Zika, transmis par les moustiques, cause probablement la microcéphalie, ainsi que des dizaines d’autres maladies. Ils ont également affirmé que les insecticides ne sont pas liés au trouble du développement. Ils semblent avoir eu tort sur les deux cas.

Depuis décembre 2015 les médias américains mènent campagne pour semer la panique autour du virus Zika. Ce virus est supposé causer beaucoup de problèmes de santé, y compris la microcéphalie, une anomalie du développement de la tête des bébés non encore nés, si la mère a été infectée par Zika pendant la grossesse.

Après avoir examiné la question et les données disponibles, j’avais conclu que : Le virus Zika est inoffensif :

Le virus est connu depuis longtemps, il est inoffensif, et la principale crainte actuelle, à savoir que le virus cause des malformations aux fœtus, se base sur des informations non vérifiées et probablement fausses.

Il n’y a absolument aucune raison valable de semer la panique à coup de grands titres alarmants.

Le virus est inoffensif. Il est possible, mais cela semble pour l’instant très peu probable, qu’il affecte quelques fœtus. Il n’y a absolument aucune raison d’en faire un problème particulier.

Mais tout cela est bien connu ou facile à savoir, alors pourquoi les médias sèment-ils la panique ?

En mars les médias ont accusé Zika de tous les maux humains connus tout en incluant le mot « peut-être » dans chaque titre. Je me suis moqué d’eux dans l’article « Etudier Zika risque peut-être de vous déformer le cerveau » :

Alors même qu’on sait que Zika est moins dangereux que la grippe, les médias essaient de donner l’impression que c’est un nouveau microbe vraiment terrible, qui est peut être responsable de tous les maux. Qui peut peut-être se propager comme une traînée de poudre et peut peut-être avoir d’autres conséquences terribles. Peut-être, comme dans « le ciel va peut-être nous tomber sur la tête », est vraiment le mot clé ici.

Et j’avais donné une liste d’environ 35 manchettes de journaux récentes où il était écrit « Zika provoque peut-être… ».

Pendant ce temps, les médecins dans les zones touchées par le Zika au Brésil ont dit que la cause réelle de l’augmentation des microcéphalies dans la région était probablement l’insecticide pyriproxyfène, utilisé pour tuer les larves de moustiques dans l’eau potable :

Les médecins brésiliens ont noté que les zones du nord-est du Brésil où l’on a répertorié le plus grand nombre de cas de microcéphalie correspondent aux zones où le pyriproxyfène a été ajouté à l’eau potable dans un effort pour lutter contre les moustiques porteurs de Zika. Le pyriproxyfène cause des malformations chez les larves de moustiques, et il a été ajouté à l’eau potable dans la région, au cours de ces 18 derniers mois.

Le pyriproxyfène est fabriqué par Sumitomo Chemical – un géant japonais du poison. Il n’est donc pas surprenant que le New York Times et d’autres médias aient qualifié le rapport des médecins de « théorie du complot » et aient sorti de leurs chapeaux quelques « experts » pour le contredire.

Mais les faits sont les faits et maintenant qu’ils deviennent irréfutables, les médias vont se terrer.

The New England Complex Systems Institute à Cambridge vient de publier une nouvelle étude qui nie le lien supposé entre Zika et la microcéphalie. Et Science Daily rapporte :

Au Brésil, le taux de microcéphalie a grimpé à plus de 1500 cas confirmés. Mais en Colombie, une étude récente sur près de 12 000 femmes enceintes infectées par Zika n’a pas révélé un seul cas de microcéphalie. Si Zika est à blâmer pour la microcéphalie, où sont les cas manquants ? Peut-être il y a une autre raison à l’épidémie au Brésil.

Quiauraitpusavoir ?

Eh bien, peut-être que les médecins sur le terrain au Brésil savaient de quoi ils parlaient. Les chercheurs du New England Complex Systems Institute ont également étudié la piste du pyriproxyfène. Voilà ce qu’ils ont trouvé :

Le pyriproxifène agit comme une hormone juvénile qui correspond chez les mammifères à des molécules régulatrices qui contiennent de l’acide rétinoïque, un métabolite de la vitamine A, avec lequel il a une réactivité croisée, et son application au cours du développement provoque la microcéphalie.

Les tests sur le pyriproxyfène effectués par le fabricant, Sumitomo, dont on prétend habituellement qu’ils n’ont apporté aucune preuve de sa toxicité sur le développement, en ont en fait apporté. Il a notamment été constaté, chez les bébés rats, la faible masse du cerveau et l’arhinencéphalie – la formation incomplète des hémisphères cérébraux antérieurs. Enfin, l’utilisation du pyriproxyfène au Brésil est sans précédent, il n’avait jamais auparavant été ajouté à l’eau potable en pareille quantité.

Compte tenu de ces informations, nous vous recommandons fortement de suspendre l’utilisation de pyriproxyfène au Brésil en attendant une enquête plus approfondie.

Sumitomo a vendu au Brésil un poison qui était censé prévenir la propagation du virus Zika transmis par les moustiques, en empêchant le développement des larves de moustiques. Soudain, des cas de troubles du développement humain, la microcéphalie, sont apparus. L’entreprise savait que son insecticide pouvait causer des malformations congénitales chez les mammifères. Mais ils ont continué à accuser le virus Zika, ce qui a augmenté la demande pour leur poison pour « empêcher » la propagation du Zika, mensongèrement désigné comme la cause des malformations.

Certains avocats entreprenants pourraient trouver là matière à rendre la firme responsable de la souffrance qu’elle a probablement causé à de nombreuses familles au Brésil.

Mais il faut aussi demander des comptes aux médias. D’abord pour avoir semé inutilement la panique en attribuant toutes sortes de maux ridicules à un virus de la grippe inoffensif. Ensuite pour ne pas s’être demandé si la cause du trouble du développement ne pouvait pas être humaine. C’est pourtant bien un facteur humain qui semble être à l’origine des malformations, et donc le coupable est bel et bien humain.

 

Article original en anglais : Zika Virus Does Not Cause Birth Defects – Fighting It Probably Does, Moon of Alabama, 26 juin 2016

Traduction : Dominique Muselet



Articles Par : Moon of Alabama

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]search.ca