Le vrai visage du premier ministre grec Alexis Tsipras: rencontre de Netanyahou et adhésion à l’idée de faire de Jérusalem la capitale d’Israël

Alexis Tsipras, qui a mené l’« aile gauche » du mouvement SYRIZA contre le néolibéralisme, a révélé son vrai visage lors de sa récente visite en Israël.

Il a rallié les politiciens US pro‑israéliens qui feignent d’appuyer Netanyahou.

Rappelons‑nous que la plate‑forme électorale de Syriza préconisait la défense des droits des Palestiniens contre l’État d’Israël.

S’agirait‑il d’un « retournement complet » de la politique étrangère grecque vis‑à‑vis d’Israël?

Dans un récent reportage, la chaîne israélienne i24news TV a couvert la visite du premier ministre Tsipras en Israël (cliquez ici pour accéder au reportage intégral) :

Lors de sa rencontre avec les dirigeants israéliens au départ d’une visite de deux jours à Jérusalem et Ramallah, M. Tzipras a souligné l’importance des relations entre Israël et la Grèce et a montré que le partenariat entre les deux pays avait résisté aux changements survenus dans la sphère politique.

À Jérusalem, M. Tsipras a profité de sa rencontre avec le président israélien Reuven Rivlin pour signer le livre des visiteurs, écrivant : « Très honoré de me trouver dans votre capitale historique en présence de vos Excellences. »

En raison du conflit israélo‑palestinien persistant et du désaccord concernant Jérusalem, de nombreux pays refusent de reconnaître celle‑ci comme capitale d’Israël, et ce, au grand déplaisir d’Israël.

Un ancien diplomate israélien a dit que l’allusion de M. Tzipras à Jérusalem comme capitale d’Israël était « sans précédent, surtout de la part d’un dirigeant européen. »

Tal Shalev/ i24news

Tal Shalev/i24news

« Le premier ministre grec Alexis Tsipras a signé le livre des invités du président Rivlin »

Au cours de son entretien avec M. Rivlin, M. Tsipras a aussi abordé la question de la montée du terrorisme partout dans le monde, affirmant que « dans la foulée des actes terroristes commis en Europe, nous nous devons d’envoyer un message à partir d’ici, de Jérusalem, pour dire que la coopération viendra à bout de l’extrémisme et de la haine. » (C’est nous qui soulignons.)

La question du terrorisme d’État pratiqué par Israël à l’endroit de la Palestine n’a pas été évoquée.

M. Rivlin a répondu en disant que « Daesh n’est pas seulement présent en Syrie et en Iraq, mais se répand partout dans le monde occidental, qui doit assumer ses responsabilités et dire qu’il est impossible de vivre dans un monde où existe Daesh. »

Au cours de la conférence de presse qui a suivi la rencontre des deux dirigeants, M. Netanyahou a déclaré qu’« il existe entre la Grèce et Israël un partenariat durable et florissant. Nous sommes deux pays aux racines anciennes ».

M. Tsipras a fait écho aux sentiments de M. Netanyahou pour ensuite aborder d’autres sujets d’importance pour les deux nations.

« Comme vous l’avez mentionné, il existe une affinité naturelle entre Israéliens et Grecs. Cela est tout à fait évident pour qui visite l’un ou l’autre de nos deux pays », lui a répondu M. Netanyahou.

(Tal Shalev,  correspondant diplomatique d’i24news, i24news, 26 novembre 2015)

Alexis Tsipras a la mémoire courte. Il demeure muet sur les crimes contre l’humanité commis par Israël. Il cautionne tacitement la position de Netanyahou, qui assimile tout bonnement les Palestiniens à des terroristes. Il souscrit à l’idée de faire de Jérusalem la capitale d’Israël.

Il est dit dans le reportage d’i24news que « si Jérusalem avait des inquiétudes quant à l’aile gauche du mouvement SYRIZA, le sourire de M. Tzipras semble laisser croire qu’il n’y a aucune raison de s’en faire. » (C’est nous qui soulignons.) De l’avis de l’analyste du World Socialist Web Site (WSWS) Jean Shaoul :

Le premier ministre Benyamin Netanyahou se sert des attaques terroristes de Paris pour accroître les tensions au profit des intérêts géostratégiques d’Israël.

« Israël se tient au côté de la France dans la lutte contre l’islam radical, a‑t‑il déclaré au lendemain de la tuerie du vendredi. Toutes les formes de terrorisme doivent être condamnées et combattues également avec une détermination inébranlable. Ce n’est qu’avec une telle clarté morale que les forces de la civilisation pourront vaincre la sauvagerie du terrorisme. »

Netanyahou cherche une fois de plus à assimiler les Palestiniens à des terroristes. Après tout, c’est lui qui au lendemain de l’attaque terroriste de 2001 sur les tours du World Trade Center avait déclaré que c’était « très bien », car cela allait « susciter une vague de sympathie immédiate » pour Israël et sa guerre contre les Palestiniens. (Jean Shaoul, WSWS et Global Research, 18 novembre 2015)

Depuis le début d’octobre, les forces israéliennes ont tué 101 Palestiniens en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem et à Gaza. Cela s’est produit entre le jeudi 1er octobre et le jeudi 26 novembre 2015, comme le confirme le ministère de la Santé palestinien. Ce n’est pas là l’œuvre de Daesh, qui, comme par hasard, bénéficie du soutien d’Israël. Ces crimes ont été commis par les forces de sécurité israéliennes sur les ordres du gouvernement Netanyahou.

Michel Chossudovsky

Article original en anglais :

Alexis Tsipras 2

The True Face of Greek Prime Minister Alexis Tsipras: Meets up with Netanyahu, Endorses Jerusalem as Israel’s Capital, publié le 28 novembre 2015

Traduction par Jacques pour Mondialisation.ca



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]