L’entente entre la Russie et la Chine s’approfondit dans l’ombre de la pandémie

L’entente russo-chinoise est devenue l’un des modèles les plus importants de la politique internationale au cours des dernières années, depuis les événements de 2014 en Ukraine, qui ont eu des conséquences énormes et ont conduit à des sanctions occidentales contre Moscou, qui ont à leur tour galvanisé le « pivot vers l’Asie » de la Russie.

Dernièrement, cette entente, qui ne constitue pas une alliance formelle, a pris de l’importance, étant donné le changement en cours dans les alignements régionaux et mondiaux déclenché par la pandémie de coronavirus. L’économie mondiale est confrontée à une récession et les États-Unis sont menacés par une crise sans précédent depuis la Grande Dépression des années 1930. Le nombre d’Américains qui demandent des allocations de chômage dépasse les 30 millions.

Le déclin des États-Unis en tant que puissance mondiale s’accélère. Mais les États-Unis refusent de faire face à cette réalité géopolitique et sont déterminés à perpétuer leur domination sur la scène mondiale, quoi qu’il en coûte. La Chine et la Russie sont considérées comme des « ennemis ». À court terme au moins, les tensions vont s’accroître, en particulier dans les relations entre les États-Unis et la Chine.

La semaine dernière, il a été rapporté que les États-Unis déploient des systèmes de défense antimissile près des frontières russes, avec la possibilité de lancer une frappe nucléaire surprise. Un rapport de Tass a cité le Premier Chef Adjoint du Département des Opérations Principales de l’État-Major Général Russe, le Général Viktor Poznikhir, qui a déclaré que les États-Unis ont développé un concept d’interception avant lancement et ont prévu de détruire les missiles balistiques intercontinentaux de la Russie, de la Chine et d’autres pays pendant qu’ils sont encore dans les lanceurs.

Il est clairement dans l’intérêt commun de la Russie et de la Chine que, dans leur confrontation croissante avec les États-Unis, elles se soutiennent et s’appuient mutuellement. Tout indique que l’impérialisme américain va prendre un caractère encore plus violent et oppressif dans la situation mondiale actuelle.

L’entente entre la Russie et la Chine est motivée par leurs dirigeants. En l’espace d’un mois, en mars-avril, deux conversations téléphoniques ont eu lieu entre le Président russe Vladimir Poutine et le Président chinois Xi Jinping pour discuter de la pandémie et de ses ramifications ainsi que de la nécessité impérieuse de relever ensemble les défis qui en découlent.

Les lectures chinoises (ici et ici) ont souligné que Poutine a critiqué « la provocation et la stigmatisation de certains pays » (lire les États-Unis) et la « tentative de certains de salir la Chine sur la question de l’origine du virus ». Poutine a affirmé que depuis le début du COVID-19, la Russie et la Chine ont « fait preuve d’unité et de soutien mutuel, témoignant de la nature stratégique et de la grande qualité » de leur relation.

Le soutien mutuel que la Russie et la Chine s’accordent crée un espace pour que les deux pays puissent repousser efficacement les États-Unis. Au début de cette semaine, le 29 avril, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires Étrangères a fait siennes les préoccupations exprimées par Moscou ces dernières années concernant la présence de laboratoires du Pentagone dans les pays de l’ex-Union Soviétique pour la militarisation des maladies. Moscou a cité un laboratoire spécifique près de Tbilissi en Géorgie, allant même jusqu’à réclamer des renseignements concernant les visites récentes de hauts fonctionnaires du Pentagone dans ce centre.

Les Russes affirment qu’il existe 11 laboratoires de ce type en Ukraine, développés par le Pentagone. Ils affirment que lorsque la Crimée a rejoint la Russie en 2014, ils ont découvert que dans un de ces laboratoires à Simferopol, qui était apparemment une plaque tournante pour la collecte de matériaux et leur envoi en Europe, 104 pools d’ectoparasites, 46 échantillons d’organes internes de rongeurs et 105 échantillons de sérum sanguin humain ont été trouvés prêts à être expédiés.

Moscou prétend que ces laboratoires mènent des études sur des maladies dangereuses, ciblant des groupes ethniques spécifiques, et comprennent des projets qui sont interdits aux États-Unis mêmes. Le 29 avril, lors d’un point de presse à Pékin, le porte-parole chinois a déclaré :

« Nous avons pris note des remarques de la porte-parole du Ministère russe des Affaires Étrangères et des rapports connexes. Les États-Unis ont créé de nombreux laboratoires biologiques dans les pays de l’ex-URSS, mais ont gardé le silence sur les fonctions, les objectifs et la sécurité de ces laboratoires, ce qui a suscité de vives inquiétudes chez les populations locales et les pays voisins. Comme nous le savons, certaines personnes locales demandent avec insistance la fermeture de ces laboratoires. Nous espérons que les États-Unis agiront de manière responsable, tiendront compte des préoccupations de la communauté internationale, attacheront de l’importance à la santé et à la sécurité des populations locales et prendront des mesures concrètes pour dissiper les doutes ».

En tant que successeur juridique de l’Union Soviétique, la Russie a hérité en 1992 de son statut de partie au protocole de Genève et à la Convention sur les Armes Biologiques et à Toxines (CABT). La Chine avait elle aussi adhéré à la CABT en 1984. Tous les pays asiatiques sont signataires de la CABT. Il est intéressant de noter que les États-Unis aussi, qui ont ratifié le protocole en 1975.

Aujourd’hui, le gouvernement américain n’a pas officiellement accusé la Chine de développer intentionnellement le COVID-19 comme arme biologique, tandis que Trump continue de faire des insinuations. Selon l’évaluation des services de renseignement américains, le virus n’a pas été fabriqué par l’homme ou génétiquement modifié. Mais Trump affirme avoir vu des preuves suggérant que le nouveau coronavirus provenait d’un laboratoire de virologie à Wuhan – bien qu’il n’ait pu fournir aucune preuve pour appuyer cette affirmation.

La Chine a fortement réagi aux attaques de Trump, tandis que la Russie a soutenu la position chinoise. Le Ministre russe des Affaires Étrangères Sergey Lavrov a récemment parlé avec dérision des discussions de certains pays européens demandant une compensation à Pékin pour « ne pas avoir informé la communauté mondiale en temps voulu » – et par Trump lui-même affirmant que des revendications américaines similaires seraient « bien plus importantes que des centaines de milliards de dollars US ».

En effet, cela peut devenir sérieux si Trump choisit de poursuivre une stratégie punitive à l’égard de la Chine. Le Washington Post a écrit jeudi : « En privé, Trump et ses collaborateurs ont discuté de la possibilité de priver la Chine de son « immunité souveraine », afin de permettre au gouvernement américain ou aux victimes de poursuivre la Chine pour obtenir réparation ».

Pour l’instant, la Russie est d’accord avec la perception chinoise selon laquelle l’administration Trump fait monter la rhétorique sur le Covid-19 pour détourner l’attention du public de son incompétence à contrer la pandémie. Mais le soutien de la Russie devient crucial pour Pékin si l’administration Trump se met au travail dans les mois à venir.

Jusqu’à présent, ni la Russie ni la Chine n’ont cherché à s’entraider lors des négociations sur les relations bilatérales avec les États-Unis. Un changement de paradigme est en cours, qui se traduit par un acte de foi pour la Chine et la Russie, ainsi que par une nouvelle phase qualitative de leur entente, jusqu’à présent axée sur des questions régionales et mondiales d’intérêt commun.

M.K. Bhadrakumar

 

 

illustration : Centre de Santé Publique Richard Lugar en Géorgie, que la Russie prétend être un laboratoire du Pentagone pour le développement d’armes biologiques. Pékin a appelé les États-Unis à répondre aux préoccupations de la Russie.

Article original en anglais : https://indianpunchline.com

Traduit par Réseau International



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]