Les affrontements de Marseille, prémices d’une nouvelle guerre de religion

Marseille – Des affrontements entre les supporters fanatiques des deux adversaires d’un ancien jeu rituel ont éclaté aujourd’hui. Les observateurs craignent que la situation ne dégénère en une grande guerre de religion dans toute l’Europe. La milice locale est intervenue, mais comme sa religion est méprisée par les deux camps en conflit, elle a fini par se battre contre les deux à la fois. Les combats de rue ont commencé après que des supporters organisés de l’équipe russe orthodoxe ont lancé des bouteilles de bière sur des supporters protestants anglais ivres. Lancer des bouteilles de bière est considéré comme une insulte en Europe. La milice catholique française a utilisé des gaz lacrymogènes et indistinctement attaqué les deux camps en conflit, ainsi que les spectateurs. Les habitants accusent la milice d’attaquer son propre peuple et exigent le renversement immédiat du régime de Hollande.

Les protestants anglais, les catholiques français et les orthodoxes slaves se haïssent, du fait d’une histoire profondément ancrée dans le fanatisme religieux et d’une longue série de guerres en Europe. Une violence inouïe s’est accumulée dans des conflits qui remontent aux guerres anglo-françaises du XIIIe siècle et à l’invasion de Napoléon au cœur de la Russie. Le siège de La Rochelle en 1627 a marqué l’apogée des tensions religieuses en France. Il s’est conclu par la victoire des catholiques, malgré l’aide que les Anglais apportaient aux protestants. Les affrontements entre les Anglais soutenus par les États-Unis, et les Russes soutenus par les Chinois en France font également partie d’une guerre par procuration entre le capitalisme et le communisme dans la mer de Chine du sud.

Après que sa milice a perdu le contrôle du combat, le gouvernement catholique de France a promis d’envoyer des renforts pour réprimer tout le monde. Les organisations humanitaires lui ont demandé de faire preuve de retenue pour ne pas blesser les modérés impliqués dans les bagarres. Les experts régionaux ont étudié la possibilité de fournir des armes aux groupes de participants les moins sectaires. Les autorités catholiques de Pologne ont appelé l’OTAN à demander des comptes à Poutine pour les affrontements de Marseille. On ne peut tolérer une agression russe contre un membre de l’OTAN quel qu’il soit, ont-elles affirmé.

RT Hayder al-Khoei

 

Article original : Clashes In Marseille Foreshadow Wider Sectarian War, Moon of Alabama, 11 juin 2016

Traduction Dominique Muselet



Articles Par : Moon of Alabama

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]