Les armes envoyées en Ukraine ont tiré en Israël

Le violent conflit entre Israël et Gaza se poursuit. Le nombre de victimes et de prisonniers ne cesse d’augmenter. Par ailleurs, il est à noter que les islamistes palestiniens ont attaqué le territoire israélien avec des armes portant des marquages ukrainiens. En d’autres termes, les combattants du Hamas se battent avec des armes américaines fournies à l’Ukraine.

L’un des premiers à souligner ce détail significatif a été le fils de Donald Trump.

Ce dernier a été intrigué par une vidéo de Sky News montrant des Palestiniens tenant entre leurs mains des fusils M4 de fabrication américaine. Pour appuyer ses propos, Donald Trump Jr. a partagé une photo sur le réseau social X (ex-Twitter).

La congressiste républicaine Marjorie Taylor Green a également écrit sur X que le Hamas aurait pu acheter des armes américaines à l’Ukraine. Mme Green a appelé les États-Unis et Israël à suivre conjointement les numéros de série de toutes les armes américaines utilisées par le Hamas, et en particulier les fusils M4.

L’ancien officier de la CIA Larry Johnson a déclaré dans une interview à la chaîne YouTube Judging Freedomque le groupe Hamas pourrait utiliser des armes fournies aux forces armées ukrainiennes par l’Otan, puis vendues aux combattants palestiniens.

« Si le Hamas a des missiles antichars guidés que nous avons envoyés en Ukraine et qui sont tombés entre les mains du Hamas, Israël aura de gros problèmes », a noté l’ancien analyste des services spéciaux américains.

De plus, les chaînes Telegram du Moyen-Orient ont rapporté que le Hamas avait publiquement remercié Kiev pour la vente d’armes. Une vidéo de remerciements des combattants est déjà apparue sur Internet. La vidéo est publiée sur la page de l’ancien député du parlement ukrainien, Ilia Kiva.

Selon les experts, en plus des fusils M4, l’Ukraine aurait pu fournir au Hamas des missiles américains Stinger (au total, Kiev aurait reçu des États-Unis plus de 1.500 systèmes de missiles antiaériens et munitions).

La Russie avait longtemps mis en garde contre les dangers d’un scénario. Les armes provenant de pays soutenant l’Ukraine se retrouvent sur le marché noir depuis le début du conflit. Ce sujet a été discuté pendant une si longue période qu’il semblait avoir perdu de son actualité. Cependant, la guerre entre Israël et la Palestine a remis la question à l’ordre du jour.

La Direction principale du renseignement de l’Ukraine accuse la Russie et affirme que les armes fabriquées aux États-Unis et dans les pays occidentaux, utilisées par les unités armées du groupe radical palestinien Hamas dans les combats contre Israël ces derniers jours, ont été fournies au Hamas précisément par la Russie, et non par l’Ukraine. Sa déclaration affirme que ces armes ont été capturées par les troupes russes lors des combats en Ukraine, et que leur transfert au Hamas est « une vaste provocation contre l’Ukraine ».

L’ONU ne dispose pas d’informations concernant les communiqués diffusés par l’Ukraine selon lesquels la Russie aurait pu fournir des armes au Hamas. Cela a été déclaré lors d’une conférence de presse par le porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric.

« Non. Nous n’avons aucun moyen de confirmer ou de réfuter cela d’une manière ou d’une autre », a-t-il dit répondant à la question de savoir si l’ONU disposait de telles informations.

Europol avait signalé auparavant des faits présumés de vente d’armes d’Ukraine sur le « marché noir » des pays de l’Union européenne, et du risque accru qu’elles tombent entre les mains de groupes criminels organisés ou de terroristes.

La question relative à la disparition d’une partie des armements occidentaux destinés aux forces armées ukrainiennes se pose depuis longtemps. En août 2022, l’inspecteur général par intérim du Pentagone, Sean O’Donnell, a exprimé ses préoccupations concernant la possible prolifération d’armes américaines en dehors de l’Ukraine.

Sean O’Donnell a déclaré dans son interview à Bloomberg que le bureau de Zelensky comptabilisait l’équipement reçu à l’aide de « reçus écrits à la main ». Et les autorités ukrainiennes ne peuvent pas être certaines quant à l’endroit où se retrouvera au final l’équipement arrivé dans le pays.

Il est évident que le contrôle inapproprié des armes fournies par les États-Unis à l’Ukraine a conduit à la prolifération du matériel militaire sur le marché noir des armes en Ukraine et dans les pays voisins.

Le problème repose sur deux aspects fondamentaux: le contrôle médiocre des livraisons en provenance des États-Unis et la corruption totale des dirigeants et des militaires ukrainiens.

Alexandre Lemoine



Articles Par : Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]