Les banques imposent des coupes brutales faisant partie du sauvetage UE/FMI de l’Irlande

Région :

Après des semaines de pression intense exercée par les marchés monétaires internationaux et les institutions européennes, le gouvernement irlandais a officiellement sollicité un plan de sauvetage s’élevant à 90 milliards d’euros de l’Union européenne et du Fonds monétaire international.

Au cours de ces trois derniers mois la Banque centrale européenne (BCE) est intervenue pour racheter jusqu’à 40 milliards d’obligations irlandaises afin d’empêcher l’effondrement des banques irlandaises qui aurait eu un effet de répercussion catastrophique en Europe. La semaine passée, durant des entretiens avec les ministres européens des Finances, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a clairement fait savoir que la banque centrale ne pourrait pas continuer à injecter de l’argent pour soutenir les banques irlandaises quasiment en faillite et qu’il serait nécessaire d’activer le Fonds européen de stabilité financière (EFSF), fonds d’urgence qui a été mis en place par l’Union européenne en mai dernier.

Le gouvernement irlandais, dirigé par Brian Cowen, a à présent cédé à la campagne concertée sur le plan international. Sur un total de 90 milliards d’euros, 15 milliards d’euros iront immédiatement au renflouement des banques irlandaises et le reste servira à couvrir le déficit budgétaire annuel des trois prochaines années. La plus grande partie de cet argent se retrouvera dans les coffres des banques pour aller finalement aux institutions financières internationales qui détiennent les dettes irlandaises.

Selon un article paru sur le site internet de la BBC, ce plan épargne toute perte aux principaux créanciers de l’Irlande. La revendication de faire contribuer les principaux détenteurs d’obligations au sauvetage d’Etats et de banques en faillite avait dernièrement été soulevée par le gouvernement allemand et appuyée par la France. Mais les banques mondiales ont réagi en attaquant l’Irlande qui est reconnue comme le maillon le plus faible de la zone euro. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont rapidement abandonné leur proposition et ont cédé devant les marchés financiers.

Dans son article sur le site internet de la BBC, Stephanie Flanders conclut que « la zone euro agit exactement de cette manière depuis que l’effondrement de Lehman nous a mis sur cette voie. A savoir, qu’en cas de doute, on émet un nouveau chèque en blanc aux créanciers privés sans se poser trop de questions sur l’argent ou le danger moral encouru. »

L’Irlande est à présent le deuxième pays européen à recevoir cette année de l’argent de l’UE/FMI. En mai, la Grèce avait accepté 110 milliards d’euros de l’UE et du FMI après une campagne concertée identique des marchés monétaires et des agences de notation pour déclasser les obligations du gouvernement grec et pousser le pays vers la faillite.

Suite au sauvetage grec, l’UE et le FMI ont levé un fonds d’urgence d’un montant de 750 milliards d’euros pour empêcher l’effondrement de l’euro. Quand le fonds de sauvetage (EFSF) a été mis en place, les chefs des gouvernements européens ont souligné que le fonds devait être un « parapluie de protection » pour l’euro. Ils ont dit qu’ils ne s’attendaient pas à ce que d’autres pays y recourent.

Six mois plus tard, l’Irlande fait précisément cela.

Le soutien apporté par les principales économies européennes au plan de l’UE pour l’Irlande n’a rien de philanthropique. L’Allemagne est l’un des plus importants bailleurs de fonds des banques irlandaises. Selon la banque centrale allemande, la Bundesbank, les banques allemandes figurent parmi les plus gros créanciers de l’Irlande avec un total de 166 milliards d’euros (226 milliards de dollars) dont la majeure partie concerne des prêts risqués à court terme.

Une somme équivalente est détenue par les institutions financières britanniques ce qui explique la volonté du gouvernement britannique d’octroyer un prêt supplémentaire de 7 à 20 milliards d’euros à l’Irlande.

Les sauvetages de la Grèce et de l’Irlande maintenant signifient effectivement que les deux pays ont cédé leur économie et leur politique budgétaire à des experts non élus de l’Union européenne et du FMI. Depuis mardi dernier, une équipe de responsables de l’UE et du FMI se trouvent à Dublin pour finaliser les termes du prêt et dicter les termes d’une nouvelle série de mesures d’austérité.

L’année passé l’Irlande avait déjà introduit le paquet de coupes sociales le plus sévère de toute l’Europe occidentale. En conséquence, le niveau des salaires a déjà chuté de 20 pour cent. Maintenant, l’UE et le FMI exigent une nouvelle série de mesures draconiennes qui auront des conséquences dévastatrices sur la population irlandaise.

L’une des principales concessions initialement exigées par le gouvernement irlandais en échange du prêt de l’UE est une hausse de son impôt, vraiment bas de 12,5 pour cent, sur les sociétés, une mesure clé introduite par le gouvernement au milieu des années 1990 pour attirer les entreprises internationales. Cet impôt sur les sociétés a compté pour beaucoup dans la croissance économique liée à l’émergence de l’Irlande comme le « Tigre celtique. »

La semaine passée, des entreprises dont Google, Microsoft et Intel ont signalé qu’elles reconsidéreraient leurs opérations en Irlande au cas où les taxes professionnelles seraient augmentées.

Il semblerait maintenant qu’un accord ait été trouvé par lequel l’Irlande pourrait conserver sa faible taxe sur les sociétés en échange de coupes sociales encore plus draconiennes.

Selon le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, l’un des critiques les plus éloquents de la taxe sur les sociétés, l’UE était prête à laisser tomber le sujet. S’exprimant avant une réunion ministérielle, Lenihan a déclaré, « Je suis très heureux que le président Sarkozy ait indiqué qu’il n’était pas question de faire du taux d’imposition irlandais sur les sociétés un élément de ces discussions ou de ces négociations. »

Lenihan a aussi dit que le Royaume Uni et le FMI n’avaient pas exigé des modifications du taux d’imposition au cours des récentes discussions. « Donc, cette question n’est plus à l’ordre du jour, ça doit être clair pour tout le monde, » a-t-il conclu.

Au lieu de cela, le gouvernement irlandais imposera une nouvelle série de mesures de rigueur devant être annoncées ce mercredi. Une série de propositions circulent déjà dans les médias, dont : la suppression de 28.000 emplois supplémentaires dans le secteur public, une augmentation substantielle de l’impôt foncier et du prix de l’eau, une réduction de 10 pour cent supplémentaires des prestations sociales et l’introduction d’impôts sur les bas salaires des travailleurs qui en sont actuellement exemptés.

En plus de la pénalisation des petits revenus, le gouvernement envisage de réduire le salaire minimum de 8,65 euros à 7,65 euros de l’heure pour faire accepter aux travailleurs des emplois qui sont encore moins payés.

Aux dires du ministre néerlandais des Finances, Jan Kees de Jager, « L’Irlande devra faire des coupes rapides et claires. » En se référant au budget à venir, un blog du Financial Times évoque « des douleurs terribles qui attendent les citoyens irlandais. »

L’acceptation du plan UE/FMI par Dublin a été accueillie par un flot d’appels à la démission du gouvernement irlandais dont celui du principal journal de l’Irlande, l’Irish Times. Dans les milieux politiques, toutefois, l’unanimité est de mise que tout remaniement politique du gouvernement ne doit se faire qu’après l’adoption réussie du programme d’austérité.

Le parti d’opposition Fine Gael a dit qu’il soutiendra tout budget proposé par le gouvernement Fianna Fail. Le Parti des Verts, qui compte trois ministres dans l’actuel gouvernement, a dit qu’il retirera ses ministres et a appelé à de nouvelles élections l’année prochaine tout en indiquant clairement qu’il soutiendra les coupes budgétaires qui seront annoncées mercredi.

Après avoir imposé en Grèce et en Irlande des mesures d’austérité qui annulent des réformes sociales vieilles de plusieurs décennies et dégradent les salaires et les conditions de travail, la ploutocratie financière porte maintenant son regard sur le Portugal et l’Espagne.

Le magazine britannique Economist s’est déjà déclaré en faveur de proposer au Portugal le même plan que celui qui a été négocié par l’UE et le FMI avec l’Irlande, en argumentant que les malheurs économiques du Portugal sont peut-être encore plus graves.

Article original, WSWS, paru le 23 novembre 2010



Articles Par : Stefan Steinberg

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]