Les bombardements en Libye des Etats-Unis et de l’OTAN font de plus en plus de morts

Le nombre de morts résultant des frappes aériennes américaines, françaises et anglaises continue d’augmenter et promet de s’accroître notablement tandis que les puissances impérialistes intensifient leurs attaques sur des cibles militaires comme civiles.

Le lendemain du jour où les Etats-Unis ont déployé des drones Predator armés de missiles Hellfire et où l’OTAN a averti les civils de « s’éloigner des troupes et des installations de l’armée de Kadhafi », la télévision d’état libyenne rapportait que neuf personnes avaient été tuées pendant la nuit lors d’une attaque aérienne de l’OTAN sur Sirte, la ville natale du dirigeant libyen Muammar Kadhafi. Le communiqué de al-Jamahiriya disait qu’une partie des personnes tuées travaillaient au service des eaux de l’Etat.

Ce communiqué succédait à un autre qui jeudi faisait état de sept civils tués et 18 blessés dans un raid aérien sur le faubourg de Khellat al-Ferjan au sud-ouest de Tripoli mercredi soir tard dans la nuit, et à un autre encore qui annonçait la mort de quatre civils dans le bombardement des avions de l’OTAN sur la ville de Bir al-Ghanam, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale libyenne.

Le déploiement des drones américains armés de missiles fait suite à l’annonce de la France, de l’Angleterre et de l’Italie que ces trois anciennes puissances coloniales d’Afrique du Nord allaient envoyer des « conseillers » militaires pour aider les soi-disant forces rebelles basées à Benghazi et dirigées par le Conseil national de transition. Il fait suite aussi à la lettre ouverte du président américain Obama, du premier ministre Cameron et du président français Sarkozy déclarant que la guerre en Libye continuerait jusqu’à ce que Kadhafi soit écarté du pouvoir.

Le Secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a annoncé qu’Obama avait autorisé l’utilisation des drones meurtriers jeudi, et affirmé que leur capacité à frapper des cibles avec « précision » permettrait aux forces des Etats-Unis et de l’OTAN de détruire l’armée et l’artillerie de Kadhafi situées dans des secteurs urbains très peuplés, comme la ville orientale de Misrata, terrain d’une lutte sans merci, sans que les civils ne souffrent trop.

Sans le moindre débat public ni même un débat formel au Congrès, l’escalade a été déclenchée le jour même. Les Predator ont été envoyés mais le mauvais temps a empêché les drones de tirer leurs missiles. Le Wall street Journal a annoncé vendredi qu’il y aurait en permanence deux drones équipés de missiles Hellfire dans le ciel libyen.

Washington ne fait même pas semblant de s’intéresser à ce que les citoyens pensent de tout cela. Le New York Times a publié vendredi les résultats d’un sondage réalisé par le New York Times et CBS News qui montre que 45% des gens désapprouvent la manière dont Obama gère l’intervention militaire et 39% l’approuvent. Un autre sondage de CBS réalisé en mars indiquait 50% de soutien et 29% d’opposition.

Le carnage dont sont responsables les drones américains en Afghanistan, Pakistan, Irak et Yémen a été souligné vendredi par une nouvelle attaque dans le Waziristan, région du nord du Pakistan en bordure de l’Afghanistan, qui a fait 25 morts dont au moins sept femmes et enfants. Le gouvernement pakistanais a recensé des centaines de morts – en majorité des civils- causées par les attaques de drones sur les régions limitrophes au cours des dernières années.

L’escalade de mort et de destruction que les Etats-Unis et ses alliés infligent à la Libye fait voler en éclat les mensonges utilisés pour justifier le lancement de la guerre il y a cinq semaines. Une intervention qui fut présentée -et autorisée- par le Conseil de Sécurité de l’ONU comme une action humanitaire de courte durée pour établir une zone d’exclusion aérienne et protéger les civils, se révèle être en fait une guerre coloniale cynique dont le but est de renverser le gouvernement en place pour le remplacer par des agents et des collaborateurs au service des Américains et des Européens.

En dépit des dénégations de Washington, Londres et Paris, les préparatifs pour l’envoi de troupes au sol sont bien avancés. Une des raisons qui explique que cela ne soit pas encore fait est l’existence de sérieuses dissensions entre les puissances en guerre qui résultent de la lutte intestine qui se mène sur le partage du butin dans la Libye d’après Kadhafi. Le pays est un exportateur majeur de pétrole et possède les plus larges réserves de pétrole de toute l’Afrique.

La France, qui a été le pouvoir le plus agressivement en faveur de la guerre et qui est le seul des principaux acteurs à avoir à ce jour reconnu le Conseil national de transition, a essayé depuis le début de prendre la tête de la campagne militaire. Mais les Etats-Unis et la Grande Bretagne y sont farouchement opposés et utilisent l’OTAN pour l’en empêcher.

Vendredi, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que l’Union européenne avait toujours l’intention d’envoyer des forces au sol pour -officiellement- apporter de l’aide humanitaire à Misrata. Elle attend l’aval de l’ONU selon un porte parole français.

Cependant selon le Financial Times de vendredi « un officiel du ministère anglais de la Défense affirmait au contraire qu’il était impossible que l’Union européenne envoie des forces au sol en Libye pour mettre en place un corridor humanitaire vers Misrata. »

La logique des événements ainsi que les tensions internes poussent les pouvoirs en guerre à intensifier la violence militaire et à finalement envoyer des troupes au sol. Cinq semaines de bombardements intensifs ont affaibli les troupes de Kadhafi mais n’ont pas réussi à renverser le régime en grande partie à cause du manque de soutien populaire aux soi-disant rebelles et du fait de l’incompétence militaire de ces derniers.

Dans une allocution aux troupes stationnées à Bagdad, l’amiral Mike Mullen, président des états-majors conjoints, a dit que les frappes américaines et européennes avaient privé Kadhafi « de 30 à 40% de ses forces au sol » ce qui impliquerait l’élimination de milliers de soldats. Cependant il a reconnu que « la coalition » avait fait peu de progrès et a ajouté qu’ « elle se dirigeait sans doute vers une impasse. »

Des officiels américains des réseaux de politique intérieure et étrangère de plus en plus mécontents de la politique de l’administration d’Obama veulent une accélération plus décisive des opérations militaires. John McCain, Républicain le plus influent du Comité du service des armes du sénat, s’est rendu à Benghazi vendredi pour faire pression en faveur d’une action militaire plus agressive.

McCain a appelé l’assortiment d’anciens officiels de Kadhafi, qui furent longtemps les cartes maîtresses de la CIA et des services secrets européens et qui sont aujourd’hui à la tête du Conseil national de transition, ses « héros », il a appelé à l’intensification des bombardements des forces pro-Kadhafi et il a pressé Washington de reconnaître le Conseil national de transition comme le seul gouvernement légitime de Libye.

A une conférence de presse à Benghazi, McCain a dit que les nations devraient fournir au Conseil « toute l’assistance nécessaire » y compris « de l’aide pour le contrôle et le commandement, des renseignements sur le champ de bataille, de l’entraînement et des armes. » Il a aussi pressé l’administration Obama de remettre aux soi-disant rebelles une partie des milliards de dollars des avoirs libyens saisis.

Vendredi le Wall Street Journal, sous le titre « La coalition de l’ambivalence » se faisait l’écho de la position de McCain en dénonçant ce qu’il appelait « la tiédeur de la campagne de bombardements destinée à arrêter les forces de Muammar Kadhafi au nom de la protection des civils. » Le journal recommandait à Washington et à l’OTAN de renoncer à faire semblant de mener une guerre limitée et « humanitaire » et d’intensifier la violence pour éliminer rapidement le régime de Kadhafi.

Anthony Cordesman du groupe de réflexion très influent de Washington, le Centre d’études stratégiques et internationales, a révélé, avec la brutalité d’une personne assoiffée de sang, les motivations véritables qui se cachent derrière les belles paroles humanitaires. Voici ce qu’il écrit le 20 avril:

« Le vrai problème est que la farce est encore utilisée à la place de la force… Il n’y a aucun besoin de nouvelles résolutions de l’ONU, la France, l’Angleterre, les Etats-Unis et les autres membres de la coalition qui veulent vraiment aider le peuple libyen n’ont qu’à utiliser le caractère vague de la résolution actuelle pour atteindre des résultats décisifs.

« La France, l’Angleterre, les Etats-Unis et les autres membres de la coalition doivent modifier leur tactique pour que les bombardements atteignent et détruisent l’armée et les forces de sécurité de Kadhafi dans leurs bases et dans leurs mouvements sur le terrain – avant qu’elles n’atteignent les forces rebelles. Il faut prendre pour cibles Kadhafi, les nombreux membres de sa famille et ses principaux alliés qui se sont tous rendus coupables d’attaques contre des civils libyens même s’ils se trouvent au milieu des civils. Il faut les obliger à choisir entre l’exil et la mort et les bombardements doivent être assez violents pour qu’ils comprennent qu’ils doivent se décider rapidement.

« Ce genre d’opération ne peut pas être « chirurgicale » -si « chirurgical » signifie à présent qu’il faut éviter de faire couler le sang que le patient meure ou pas. Il faut faire des choix difficiles et parfois cruels…. »

De par la nature même de telles entreprises impérialistes, il faudra inévitablement faire encore plus de « choix cruels » pour noyer dans le sang la résistance populaire à la domination néocoloniale.



Articles Par : Barry Grey

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]