Les brèches de l’embargo

Région :

La dénonciation avait été lancée en juillet dernier par un groupe  d’organisations  non gouvernementales européennes et internationales, comme Rete Disarmo (Réseau Désarmement) et Amnesty International : dans les hélicoptères de combat Alh (Advanced light helicopter), fabriqués en Inde pour être vendus en Birmanie, il y a de la technologie occidentale. Des composants sophistiqués, produits en Europe et aux Etats-Unis et assemblés en Inde, finissent par devenir de puissants instruments de répression dans les mains des militaires (on ne s’en doutait pas du tout en les leur vendant, NdT). Le tout au détriment  de l’embargo sur la fourniture d’armes décrété par l’Union Européenne et les Etats-Unis. L’implication de l’Inde,  même condamnable, ne surprend pas plus qu’il ne faut. New Delhi est devenue depuis quelques années  un des principaux partenaires économiques de la junte birmane. Sur le banc des accusés il y a aussi l’Italie, les freins du puissant hélicoptère indien étant fabriqués par Elettronica Aster Spa. Selon Amnesty, cette société a admis la vente de composants, en spécifiant cependant que cela se passe dans le respect des lois en vigueur.

Le 18 juillet dernier déjà, deux syndicats, la Cisl  et la Fédération italienne des métallurgistes (Fim) (la Fim appartient à la Csil, issus de la Démocratie-chrétienne,  NdT), avaient écrit une lettre au gouvernement italien pour demander des explications. Mais jusqu’aujourd’hui, il n’y a pas de réponse. En parcourant le dossier, on découvre cependant que d’autres nations fournissent leur contribution indirecte à la fabrication des hélicoptères indiens. Les Alh indiens sont de puissants aéroplanes anti-guérilla, dotés de mitrailleurs et missiles ; ils peuvent atteindre une vitesse de 300 Kms/heure et, avec deux hommes seulement aux manettes, faire sauter un char d’assaut. La Suède fournit l’équipement de haute protection (Saab Ab) ; la Grande Bretagne les équipements  hydrauliques et le système de stockage du carburant (Apph Precision Hydraulics et Fpt Industries Ltd) ; en Allemagne on fabrique  le système de contrôle et les hélices (Eurocopter et Sitec Aerospace) ; la Belgique assure le système de lancement des missiles (Forges de Zeebruge Fz) ; la carrosserie et les missiles air-air, enfin, sont made in France (Turbomeca, Giat Industries et Mbda). Et les systèmes d’ordinateur de contrôle des hélicoptères sont une production israélo étasunienne (et pourquoi on n’a pas les noms des firmes, là ? NdT).

*Lettera22

Edition de samedi 29 septembre 2007 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/29-Settembre-2007/art37.html

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Gabrielle Carchella

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]