Les criminels israéliens poursuivis en Espagne

La justice espagnole a ouvert une enquête, ce jeudi 28 janvier 2009,  contre les criminels israéliens, pour « crimes contre l’humanité » visant notamment l’ex-ministre israélien de la guerre, Benjamin Ben-Eliezer, et six hauts responsables militaires israéliens, dans l’affaire d’un bombardement meurtrier effectué à Gaza en 2002.


Cette enquête serait-elle la fin de l’impunité de l’Etat d’Israël ?

Apparemment rien n’est encore gagné puisque des rumeurs rapportent que  le ministre espagnol des Affaires étrangères a rassuré son homologue israélienne que la loi permettant l’arrestation des ressortissants étrangers pour crimes de guerre ou crimes contre l’humanité va être changée pour éviter aux criminels israéliens d’être arrêtés en Espagne !

Vendredi 30 janvier 2009, plusieurs journaux rapportent que le juge espagnol, Fernando Andreu, a enregistré une plainte déposée par le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme, au nom du principe de la juridiction universelle, reconnue par l’Espagne en matière de crime contre l’Humanité et de génocide. Suite à quoi il a adressé deux commissions rogatoires, l’une aux autorités israéliennes pour leur notifier l’ouverture de cette enquête et l’autre à l’autorité palestinienne dans le but d’entendre les témoins du bombardement visé par la plainte.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a protesté auprès du ministre espagnol des Affaires étrangères contre cette décision, la considérant comme une prise de position politique et non judiciaire. Le ministre des Affaires étrangères espagnol aurait déclaré : « La réaction d’Israël est la réaction d’Israël et la réaction du gouvernement espagnol est de respecter la justice ». Par la suite, la ministre israélienne des affaire étrangère aurait déclaré que le ministre espagnol en question l’aurait rassurée que l’Espagne allait restreindre la compétence de ses tribunaux pour éviter aux ressortissant israéliens d’être arrêtés par les tribunaux espagnoles. Qui croire ?

Nous connaissons déjà la désinformation, les fausses rumeurs et les « lapsus » dont se sont spécialisés les dirigeant israéliens et leurs collabos de médias en Occident. Bien que des médias espagnols aient mentionné l’existence d’un projet visant à réformer la « compétence universelle » dont est dotée la justice espagnole en matière de crimes contre l’humanité, de génocide et de terrorisme, il faut être prudent car jusqu’à présent le gouvernement espagnol n’a ni confirmé, ni infirmé l’information donnée par la ministre israélienne des Affaires étrangères. Cependant, connaissant fort bien « la démocratie occidentale » il n’est pas étonnant de voir se réaliser un tel coup d’Etat au sein de la justice espagnole, sachant qu’il y a eu déjà un précédent dans un pays de l’Union européenne, qui se veut un modèle des Droits de l’Homme. En effet, la Belgique avait procédé de la même manière lorsque l’un des plus grands criminels israéliens, Ariel Sharon, alors premier ministre, était menacé d’être arrêté par la justice belge lors de sa visite dans ce pays, suite à une plainte déposée contre lui pour le génocide qu’il avait supervisé à Sabra et à Chatila, au Liban, en 1982.

Après que les USA aient imposé au monde qu’ils ont le droit de juger n’importe quel citoyen des autres pays auquel ils reproche un délit, tout en refusant que leurs criminels de guerre ou contre l’humanité soient jugés en dehors de leur pays, voilà le tour d’Israël que le monde occidental protège pour tous les crimes que ses citoyens ont commis ou fait commettre. Si de telle complicité plus que honteuse  devait  encore arriver au sein de l’Union européenne, cela signifierait au monde entier que les valeurs universelles dont les membres de cette institution mettent pleines les oreilles de tous les peuples de la planète, ne sont en réalité que de l’hypocrisie.

A ce moment-là le monde connaîtra le vrai visage de cette UE et saura qu’elle n’est qu’un instrument entre les mains d’Israël et de ses serviteurs, les USA et le lobby sioniste mondial. Les peuples opprimés sauront alors qu’ils n’ont rien à attendre de ceux qui auront perdu toutes les vertus humaines, et que seule la loi de la jungle aura raison désormais dans ce monde.

Chérif Boudelal : vice président du Collectif « Paix Comme Palestine ».



Articles Par : Chérif Boudelal

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]