Les dessous de la stratégie américaine

L’Administration américaine ne laisse passer aucune occasion pour rappeler son engagement à propager la démocratie dans le monde arabe et islamique. Ses adversaires, non plus, ne laissent passer l’occasion d’accuser cette même administration d’avoir manqué à ses engagements ou d’avoir échoué à réaliser son objectif.

Or, il faut s’interroger : est-ce que les Etats-Unis, et plus particulièrement l’Administration Bush, étaient un jour ou l’autre sérieusement engagés à faire régner la démocratie ou à l’imposer ou même à faire pression pour l’appliquer dans les pays arabes et islamiques ?

Dire que l’Administration américaine est revenue sur son engagement ou qu’elle a échoué dans sa mission signifie que cet objectif figure réellement sur l’agenda de la politique étrangère concernant les relations avec les Arabes. Ceci est-il vrai ?

Cette question de l’engagement américain à faire régner la démocratie suscite aussi une autre question importante : A quel point Washington a-t-il réussi à exploiter ce slogan de la démocratie au service d’objectifs politiques déterminés qui n’ont rien à voir avec la démocratie ?

Il est inutile de s’arrêter longtemps devant la première question. En effet, rien ne laisse croire que les Etats-Unis, en particulier sous l’Administration actuelle, ont un jour décidé d’exercer une pression réelle sur les régimes dictatoriaux alliés aux Etats-Unis dans le monde arabo-musulman pour les convaincre d’opter pour la démocratie. Washington sait parfaitement que le résultat du transfert vers la démocratie sera la chute de ces mêmes régimes. Et les Etats-Unis ne peuvent en assumer le prix.

Nous en arrivons à la seconde partie de la question concernant l’exploitation du terme de démocratie pour servir les objectifs politiques intérieurs et extérieurs des Etats-Unis. Cette réalité est devenue de plus en plus claire sous l’Administration actuelle qui s’est même élargie dans l’exploitation de la démocratie comme prétexte moral à ses aventures militaires.

La guerre contre l’Iraq constitue un exemple classique qui montre à quel point Bush a eu recours à l’acceptation internationale du principe de la démocratie comme objectif noble pour justifier son invasion de l’Iraq. L’Administration Bush continue à refuser de reconnaître que les forces américaines en Iraq sont des forces d’occupation, assurant qu’elles jouent un rôle de libération, une tendance qui s’est renforcée du fait que Washington n’a pas réussi à prouver l’existence d’armes de destruction massive en Iraq.

Il est important de signaler que l’expérience américaine a dévoilé une réalité arabe attristante : l’instauration d’un régime démocratique réel, même avec la chute du régime de dictature, est une chose très difficile qui implique des dangers de démantèlement et de conflits intérieurs, et peut-être même de guerre civile.

Or, l’Administration américaine ne peut renoncer totalement, même de manière théorique, à l’idée de la propagation de la démocratie dans le monde comme partie de son programme politique étranger. Et les causes sont claires. Premièrement, brandir le bâton de la démocratie au visage des gouvernements arabes, y compris les alliés, réalise des gains importants et rend ces gouvernements plus flexibles face aux réclamations américaines.

Et rien n’empêche, selon les règles du jeu que connaissent les deux parties, que les Etats-Unis exercent des pressions sur un certain régime sans que ceci ne cause de grande gêne pour le régime ou l’expose à de graves problèmes.

Nous savons que l’année dernière, les Etats-Unis ont consacré 1,2 milliard de dollars pour le renforcement des droits de l’homme et de la démocratie dans le monde. L’Administration américaine publie un rapport annuel sur les violations des droits de l’homme, lequel adresse de nombreuses critiques à ses alliés. Mais la rigueur de ces critiques ne peut être comparée à celle des critiques adressées aux ennemis, même si les violations des droits de l’homme sont les mêmes dans les deux cas. De plus, les sanctions imposées aux Etats ennemis sous prétexte de violation à la démocratie n’ont rien à voir avec les « pressions douces » exercées contre les Etats amis qui commettent les mêmes violations, voire peut-être plus.



Articles Par : Assem Abdel-Khaleq

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]