Print

Les dessous du coup d’État raciste en Bolivie
Par Romain Migus et Robin Philpot
Mondialisation.ca, 22 novembre 2019
Le Pied A Papineau CKVL 20 novembre 2019
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/les-dessous-du-coup-detat-raciste-en-bolivie/5639142

Ne nous trompons pas, il y a eu coup d’État en Bolivie, un coup d’État raciste. Et il fait partie de la longue — et sale — tradition des coups d’État militaires en Amérique latine.
Romain Migus note que dès que le chef d’État major de l’armée bolivienne demande au président de démissionner, il s’agit d’un coup d’État, pas une démission volontaire du président élu. Il décortique le rôle d’instrument américain de l’Organisation des États américains, souvent décrite comme le Ministère américain des colonies.

Il décrit aussi le rôle du Brésil dans ce coup d’État, ainsi que celui de l’extrême droite, représentée notamment par la nouvelle président auto-proclamée.

Coup d’État raciste? Oui, parce que pour la première fois le pouvoir politique se trouvait aux mains des peuples indigènes en la personne d’Evo Morales, et là il est chassé du pouvoir par l’oligarchie suprémaciste blanche. La population de la Bolivie est composée à 70% d’autochtones, qui font maintenant l’objet de répression brutale.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.