Les États-Unis à l’assaut de l’Amérique latine

Ce qui se passe en Colombie illustre à la fois le drame qu’est la domination des USA sur l’Amérique latine avec l’aide d’une oligarchie mafieuse, criminelle et la possibilité d’empêcher que Biden et Harris poursuivent la politique criminelle de Trump. Le prochain rendez-vous auquel nous appelons les Français est le vote à l’ONU de la condamnation du blocus de Cuba le 23 juin, le gouvernement français qui condamne mais applique ce blocus sous la pression des USA doit retrouver sa souveraineté et refuser d’être entraîné dans les projets de domination des USA. Nous vous rappelons les dates et initiatives en fin d’article. ((note et traduction de Danielle Bleitrach)

****

Harris semble être le visage visible de ce programme dans cette zone géographique et lors de la 51e Conférence annuelle de Washington sur les Amériques le 4 mai. (Photo: Prensa Latina)

La vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a défini une « nouvelle » politique pour son pays envers l’Amérique latine, politique qui cherche à maintenir le rôle hégémonique dans la région.

Dès sa campagne à la Maison Blanche, l’actuel président, Joe Biden, a exprimé qu’il souhaitait « une équipe préparée dès le premier jour pour m’aider à réclamer le siège des États-Unis en tête de table ». Ce serait le point crucial – a-t-il dit – de « promouvoir notre sécurité, notre prospérité et nos valeurs ».

Apparemment, Harris est le visage visible de cet ordre du jour vis-à-vis de cette zone géographique et lors de la 51ème Conférence annuelle de Washington sur les Amériques, le 4 mai, elle a avancé ce qu’ils avaient l’intention de réaliser pour maintenir leur domination.

Le numéro deux de la Maison Blanche a abordé les domaines prioritaires pour atteindre cet objectif : une nouvelle approche de la politique étrangère, de la migration et de la corruption, et a souligné que la feuille de route pour l’Amérique latine répond à la demande du président de renforcer l’influence américaine.

Dans ce sens, Harris a fait valoir qu’il est « impératif de promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance, la sécurité et la prospérité dans la région ».

Les raisons de cette approche, a-t-elle insisté, sont que « la force des États-Unis dépend de la force de l’hémisphère occidental ». Pour certains observateurs, les mots du vice-président décrivent la définition de « l’arrière-cour » qu’ils ont historiquement utilisée en référence à cette partie du monde.

En estimant que les relations avec ses voisins étaient « incroyablement complexes et parfois incroyablement compliquées », Harris a évité les allusions à la longue histoire d’ingérence, de pression et de mesures coercitives qui a caractérisé la politique de son pays à l’égard de l’Amérique latine.

Le secrétaire d’État, Antony Blinken, a déjà préconisé de redoubler d’efforts pour se conformer aux normes de la Charte démocratique interaméricaine, ce qui n’est rien de plus que de donner un air de légalité à l’ingérence dans les affaires intérieures de tiers pratiquée par l’Organisation des États américains.

Alors que Blinken a déclaré que le gouvernement Biden marque un tournant dans la politique étrangère, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a récemment affirmé qu’un changement de position vis-à-vis de Cuba « ne fait pas actuellement partie des principales priorités du président », mais pendant lors de la campagne de 2020, il avait fait valoir qu’il « reviendrait en grande partie » à l’approche de Barack Obama (2009-2017) entre les États-Unis et l’île.

Pour l’instant, les premiers mois de mandat de Biden ont été dominés par son programme interne, alors que le pays tente de sortir de la crise générée par la pandémie de Covid-19.

Luis Beatón

 

Article original en espagnol :  :¿Estados Unidos al asalto de América Latina?, Prensa Latina, le 8 mai 2021.

Traduction de Danielle Bleitrach

pour histoireetsociete.com

illustration : Harris semble être le visage visible de ce programme dans cette zone géographique et lors de la 51e Conférence annuelle de Washington sur les Amériques le 4 mai. Photo : Prensa Latina



Articles Par : Luis Beaton

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]