Les Etats-Unis exploitent la crise en Géorgie pour conclure à la hâte un accord sur les missiles en Pologne

L’accord signé mercredi par la Secrétaire d’état américaine, Condoleeza Rice, et le Premier ministre polonais, Radoslaw Sikorski, afin d’établir un système de défense anti-missile en sol polonais marque un point tournant majeur dans les relations politiques internationales.

L’accord permet aux Etats-Unis d’établir un nouveau système de missile au cœur de l’Europe. De plus, la Pologne recevra 96 missiles Patriot, des troupes de garnison américaines de façon permanente et, encore plus significatif, l’engagement de Washington à venir à la défense du pays, indépendamment de l’alliance de l’OTAN.

Depuis le début, le gouvernement américain a insisté pour dire que sa proposition d’établir un système de défense en Europe de l’Est avait un caractère strictement défensif. Les circonstances dans lesquelles l’accord fut signé d’urgence la semaine dernière – après 18 mois d’intenses négociations entre Washington et Varsovie – servent seulement à confirmer l’opposé : le système de missile est de nature offensive et est conçu pour être utilisé contre la Russie.

Le pacte signé par Rice et Sikorski augmente dramatiquement la possibilité d’une confrontation ente les deux nations qui possèdent le plus important arsenal d’armes nucléaires – la Russie et les Etats-Unis – avec l’Europe centrale comme champ de bataille primaire.

Autant Varsovie que Washington ont cherché à nier que la conclusion d’un accord la semaine dernière était liée au conflit entre la Géorgie et la Russie. Après sa finalisation jeudi dernier, le négociateur en chef, John Rood, a dit à la presse : « Ce n’est pas lié à la situation en Géorgie. »

À Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, a assuré aux journalistes que le moment précis de la conclusion de l’accord n’avait pas été choisi pour entrer davantage en conflit avec la Russie. « D’aucune manière le plan du président pour un système de défense anti-missile n’est tourné vers la Russie », a-t-elle dit. « Le but de la défense anti-missile est de protéger nos alliés européens de toutes menaces d’Etats voyous. »

Juste avant de signer l’accord sur les missiles, Rice a réitéré que le système était conçu pour contrer les menaces de l’Iran et de la Corée du Nord et elle a dit aux journalistes : « Ce n’est dirigé d’aucune manière contre la Russie. » Après la signature de l’accord mercredi, le président polonais, Lech Kaczynski, a encore déclaré que le bouclier anti-missile était purement un système défensif et n’était pas une menace contre ses voisins.

Aucune de ces affirmations n’est crédible.

L’accord fut conclu entre les gouvernements polonais et américain jeudi dernier, seulement quelques jours après l’éclatement des hostilités en Géorgie et sur les talons d’une campagne anti-russe concertée menée par le président polonais Lech Kaczynski. Seulement deux jours avant la finalisation du pacte sur les missiles, Kaczynski est apparu au côté du président géorgien Mikheil Saakashvili lors de la manifestation anti-russe à Tbilisi afin de proclamer : « Nous sommes ici pour mener la lutte (contre la Russie). »

Pour sa part, le quotidien conservateur polonais Gazeta Wyborcza, qui a accueilli le système de missile, a montré candidement le lien direct entre l’accord et le conflit dans le Caucase : « Contrairement à la version officielle présenté par le Premier ministre Tusk et le Département d’état américain, la guerre en Géorgie a joué un rôle clé dans l’accélération des négociations polonaises-américaines sur le système de défense anti-missile. C’est la guerre qui a amené Tusk à donner le feu vert pour la signature de l’accord. »

En fait, le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a lui-même rendu clair que l’engagement des Etats-Unis à appuyer Varsovie dans le cas d’une agression russe avait été décisif dans l’acceptation de l’accord par la Pologne. Tusk a déclaré qu’il avait seulement accepté d’héberger le système de défense anti-missile américain à la condition que les Etats-Unis augmentent les défenses polonaises avec des missiles Patriot, qui sont destinés à combattre toute menace provenant de la Russie. Déjà présenté comme des alternatives possibles au président polonais Kaczynski, un nationaliste farouche, le Premier ministre Tusk et le Ministre des affaires étrangères Sikorski se sont avérés être des politiciens de la même couleur.

Danger croissant de confrontation nucléaire

Le Département d’état américain a toujours insisté que les 10 missiles intercepteurs qui seront installés dans une base en Pologne, à seulement 184 kilomètres de la frontière russe la plus à l’Ouest, ont comme objectif de contrer de potentielles attaques par missiles provenant de supposé « Etats voyous » comme l’Iran et la Corée du Nord. Washington a déjà conclu un accord avec Prague pour placer la deuxième composante du système de défense anti-missile, un système de détection par radar, en République tchèque au sud-ouest de la Pologne.

Les affirmations américaines selon lesquelles le système de missile est dirigé contre l’Iran ont été récemment démenties dans un article publié dans le Blätter für deutsche and internationale Politik, le journal allemand de politique et d’affaires étrangères le plus lu.

Dans une section de son essai intitulé « La logique stratégique du bouclier anti-missile », l’auteur Hauke Ritz montre que l’installation du système en Pologne et en République tchèque « n’est pas du tout conçu pour intercepter des missiles iraniens ».

Ritz a fait remarquer que l’armée iranienne n’a aucun missile doté d’une portée capable d’atteindre l’Europe et que ça prendrait une longue période de temps pour le développer et le construire. Il a aussi noté que le Département d’état américain avait refusé une proposition russe pour l’établissement d’un système de défense anti-missile commun Etats-Unis-Russie en Azerbaïdjan, qui pourrait intercepter et détruire un missile iranien au début de sa trajectoire aérienne.

L’auteur conclut : « Le fait que les Etats-Unis ait refusé cette proposition de compromis permet seulement une conclusion : que le bouclier anti-missile est dirigé d’abord et avant tout non contre l’Iran, mais contre la Russie. Cela est renforcé par le fait que d’autres bases pour le système de missile sont aussi situées dans des régions qui bordent la Russie, par exemple l’Alaska. »

En décrivant le rôle du système de missile, l’article établit qu’il n’est pas conçu pour être un effet dissuasif contre une attaque nucléaire – comme lors de la création, pendant la Guerre froide, d’un système de « destruction mutuelle assurée » (en anglais, MAD) – mais pour être un élément essentiel d’une stratégie américaine de première frappe.

« La signification stratégique du système consiste à intercepter ces quelques douzaines de missiles que Moscou est capable de lancer à la suite d’une première frappe américaine », a dit Ritz. « Le système de missile est donc un élément crucial dans la tentative de développer une capacité de première frappe nucléaire contre la Russie. Le plan original est conçu pour l’établissement de seulement 10 missiles intercepteurs en Pologne. Mais, une fois que le système est établit, leur nombre peut facilement augmenter. »

Finalement, l’auteur réfère à un article dans le magazine américain Foreign Affairs en 2006 intitulé « La montée de la primauté nucléaire américaine » qui défend l’idée que les Etats-Unis ont présentement des avantages uniques à conduire une guerre nucléaire. Ritz conclut : « Cet article rend très clair la véritable fonction du système de missile : C’est pour garantir aux Etats-Unis la capacité de réaliser une guerre nucléaire sans le risque d’une contre-attaque. Si cette capacité peut être accomplie, alors elle peut être employée comme un argument géopolitique, dans le but d’implanter des intérêts nationaux. »

L’analyse de Ritz du système de bouclier anti-missile comme étant un élément essentiel d’une stratégie de première frappe souligne le danger énorme et croissant que l’escalade du conflit entre les Etats-Unis et la Russie pourrait déclencher une conflagration nucléaire.

Des politiciens de la Russie et des responsables de premier plan de l’armée russe ont furieusement réagi à l’accord sur le bouclier anti-missile. Vendredi dernier, le Général Anatoly Nogovitsyn, le vice-chef d’états-majors de l’armée russe, a décrit le pacte comme un acte d’agression contre la Russie et a averti la Pologne qu’elle s’exposait à des représailles – et même possiblement à une attaque nucléaire. « La Pologne, en déployant [le système] s’expose à une frappe – 100 pourcent », a-t-il dit.

Dans ses pourparlers avec la chancelière allemande Angela Merkel, vendredi dernier, le président russe Dmitri Medvedev a répété l’accusation selon laquelle le déploiement de missile en Pologne « a la Fédération russe comme cible. »

Depuis l’effondrement de l’Union soviétique au début des années 1990, Washington a suivi une politique d’empiètement systématique sur l’ancienne Union soviétique afin d’établir une série de bases militaires et de gouvernements sympathiques aux Etats-Unis. Le but de cette politique était de diminuer l’influence de la Russie dans les régions riches en énergie de l’Asie centrale tout en cherchant à diviser et à affaiblir l’Europe.

L’intervention de Washington dans l’ancien bloc soviétique a eu comme conséquence l’installation de nombreux régimes autoritaires qui n’ont pas de véritable soutien populaire, comme ceux de Mikheil Saakashvili en Géorgie et de Viktor Youchenko en Ukraine tout comme le régime en Pologne. Les caractéristiques les plus communes pour ces administrations sont un anti-communisme farouche, le chauvinisme national, le mépris pour les processus démocratiques authentiques ainsi qu’une adhérence inébranlable aux principes du libre marché.

De tels régimes sont, en eux-mêmes, instables, autant intérieurement que par rapport à leurs voisins. Maintenant, l’administration américaine a accepté d’installer un nouveau système d’armes en Pologne dirigé contre son plus grand voisin, tout en garantissant de venir en aide avec des moyens militaires au gouvernement polonais si nécessaire. Cela est une recette pour un nouveau conflit et une nouvelle guerre. Rien ne peut exprimer plus clairement la complète témérité de la politique étrangère américaine.

L’augmentation dramatique des tensions en Europe de l’Est rappelle sinistrement l’émergence de la Deuxième guerre mondiale. Pendant les années 1930, le dictateur allemand Adolf Hitler déclara ses intentions pacifiques tout en entreprenant des séries de provocations dans le cadre de son plan pour redessiner complètement la carte de l’Europe dans les intérêts de l’Allemagne. Ce fut précisément en Pologne qu’une guerre mondiale qui allait coûter la vie à plus de 70 millions de personnes éclata en septembre 1939.

Avant de quitter Bruxelles pour une réunion des Ministres des affaires étrangères de l’OTAN mardi, la Secrétaire d’état américaine, Condoleeza Rice, a agité le doigt et a averti que la Russie était en train de jouer un « jeu dangereux » en Géorgie. Les Etats-Unis et ses alliés de l’OTAN ne permettront pas à la Russie de tracer une « nouvelle ligne » à travers l’Europe, a-t-elle déclaré.

Ensuite, après le sommet de mardi, Rice est revenue sur le sujet et a déclaré, en faisant référence à la présence militaire russe en Géorgie, qu’il n’y aurait pas une nouvelle ligne entre « ceux qui sont dans et ceux qui sont à l’extérieur de la structure atlantique ».

De tels commentaires sont totalement hypocrites. L’intervention de la Russie lors des deux dernières décennies dans les États de l’ancienne Union soviétique – comme sa guerre brutale en Tchétchénie – a été d’un caractère réactionnaire et doit être condamnée, mais il ne peut y avoir le moindre doute que la puissance principale qui a tenté d’établir de nouveaux blocs de pouvoir et sphères d’influence dans la région est les Etats-Unis. Voilà la signification du réseau de bases militaires et d’installations établi en Europe centrale et en Europe de l’Est par de successives administrations américaines depuis 1991 avec comme objectif d’encercler la Russie.

De plus, c’était le collègue de Rice, l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, qui, en 2003, avait tenté de tracer une ligne de division entre la « vieille » et la « nouvelle » Europe, sur la base de quels pays européens étaient prêts à appuyer la guerres des Etats-Unis contre l’Irak. Maintenant, dans son accord sur les missiles avec la Pologne, ce sont les Etats-Unis qui ont accepté une clause qui renverse les structures traditionnelles de l’alliance de l’OTAN dans le but de servir la politique militaire unilatérale de Washington dans la région.

La pénétration de plus en plus agressive des Etats-Unis en Europe centrale et en Europe de l’Est tire la sonnette d’alarme à Paris, Berlin et Rome. Au même moment, Washington est capable d’aller de l’avant avec son offensive téméraire seulement en raison de la position lâche adoptée par la bourgeoisie européenne, qui regarde ce qui se passe alors que les tensions sur le continent grimpent jusqu’au point d’ébullition, mais n’est pas prête à défier l’administration Bush.

Article original, WSWS, paru le 21 août 2008.

Copyright WSWS.



Articles Par : Stefan Steinberg

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]