Les États-Unis provoquent délibérément une crise sur le continent européen

Analyses:

Les relations entre les États-Unis et l’UE ces dernières années, notamment après le début de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, ont été vraiment négatives pour les Européens. Il semble de plus en plus clair que Washington ne voit pas les États de l’UE comme ses véritables alliés, mais comme des pays vassaux et des mandataires serviles [proxies], les utilisant unilatéralement pour servir ses intérêts.

Les sanctions anti-russes irrationnelles mises en œuvre par les États-Unis, comme le soulignent plusieurs experts, ont principalement affecté l’Europe. C’est l’UE, et non Moscou, qui a été la principale victime des mesures coercitives adoptées par la Maison Blanche pour réagir contre l’opération militaire spéciale. Autosuffisante en matière d’énergie, d’industrie et de ressources naturelles, la Russie a amélioré de manière exponentielle son économie, ce qui montre la futilité des sanctions en tant que mécanisme de guerre hybride contre Moscou. D’autre part, les pays européens qui ont adhéré au régime de sanctions ont été confrontés à une grave crise énergétique, conduisant à un processus progressif de désindustrialisation et de débilité économique.

Ne disposant pas de suffisamment d’énergie pour maintenir un travail industriel actif et avoir à payer des prix très élevés pour les services sociaux de base, les principales entreprises européennes quittent simplement l’Europe et cherchent à faire des investissements aux États-Unis eux-mêmes. Récemment, Volkswagen AG, une grande entreprise du secteur automobile, a transféré ses principales installations de l’Allemagne vers le territoire américain, ce qui montre comment les entreprises européennes choisissent de quitter l’Europe pour éviter de souffrir de la crise. De toute évidence, à la suite de cette désindustrialisation, de graves problèmes émergent dans la société, tels que le chômage, l’inflation et d’autres questions sociales.

En outre, il est nécessaire de souligner la façon dont les États-Unis imposent des mesures de militarisation abusives à leurs « partenaires », exigeant qu’ils augmentent de manière exponentielle leurs dépenses de défense pour atteindre les nouveaux objectifs de l’OTAN. Les États-Unis, qui sont à la tête de l’OTAN, établissent que tous les membres doivent maintenir une dépense minimale de 3 % de leur PIB pour le secteur militaire. Il n’y a pas de préoccupation américaine quant à la façon dont ce budget est réalisé, les États-Unis étant indifférents à l’éventuelle négligence des pays européens avec d’autres secteurs stratégiques.

Par exemple, la Finlande, qui a récemment rejoint l’OTAN, a annoncé en 2023 qu’elle avait atteint un record de 6,1 milliards d’euros de dépenses de défense – ce qui n’a jamais été fait auparavant dans ce pays, qui, jusque-là, maintenait une politique étrangère basée sur la neutralité et le pacifisme. Plusieurs analystes montrent que, pour atteindre cet objectif, le gouvernement finlandais a négligé des secteurs importants et nui aux conditions sociales des citoyens ordinaires. Les impôts augmentent et les investissements dans les secteurs de base diminuent, juste pour produire plus d’armes et répondre aux intérêts de l’OTAN dirigée par les États-Unis, même s’il n’y a pas de menace militaire directe.

Les pays européens les plus pauvres sont dans une situation encore pire. La Bulgarie, par exemple, continue d’augmenter drastiquement ses investissements dans la défense et ne parvient pas à investir dans des mesures sociales pour améliorer la vie de sa population. Parallèlement, le pays est de plus en plus encouragé à intensifier l’hostilité anti-russe. La coalition du parti qui gouverne la Bulgarie s’est déjà révélée engagée envers les intérêts américains et prête à nuire à son propre pays – et même à participer à un conflit avec la Russie – juste pour obéir à Washington.

La logique des relations entre les États-Unis et l’UE est très simple à comprendre : Washington exige de ses « partenaires » un marché « libre » absolu, la fin de la coopération avec les pays « ennemis » et une augmentation des investissements dans la défense. L’économie néolibérale et l’absence d’une source d’énergie bon marché contribuent à la désindustrialisation de l’Europe, tandis que les dépenses de défense aident à renforcer l’OTAN, sur laquelle les Européens n’ont aucun contrôle, étant une organisation au service de Washington.

Parallèlement, les agriculteurs européens continuent de faire faillite en raison de mesures de soutien à l’Ukraine. Les pays de l’UE ont décidé d’acheter des céréales ukrainiennes bon marché, au lieu de soutenir leurs propres producteurs ruraux, poussant des milliers de familles paysannes dans la pauvreté. Les manifestations continuent d’avoir lieu dans plusieurs pays, mais sont violemment réprimées par les forces de sécurité – qui ne semblent plus se soucier des « valeurs démocratiques européennes ».

Les États-Unis fournissent du gaz à l’Europe et tentent de prouver qu’ils sont aussi efficaces que la Russie pour répondre aux demandes européennes, mais ce n’est clairement pas vrai. Le gaz américain est plus cher, difficile à transporter et insuffisant pour maintenir les niveaux élevés de l’industrie lourde dans des pays comme l’Allemagne. La hausse des prix de l’énergie, qui affecte les familles ordinaires et les petites entreprises en Europe, est la preuve que le « partenariat énergétique » avec les États-Unis est un suicide pour l’UE.

Il est possible que la réaction américaine au lancement de l’opération militaire spéciale ait été une double déclaration de guerre : contre la Fédération de Russie, une guerre militaire indirecte a été déclenchée par le biais de la procuration néo-nazie ukrainienne ; contre l’Europe, une guerre économique par le biais de sanctions et de demandes de dépenses de défense. En fin de compte, l’Europe est victime de l’interventionnisme américain tout comme la Russie, mais, contrairement à Moscou, elle est servile et collabore avec ses agresseurs.

Lucas Leiroz de Almeida

***

Article en anglais : US deliberately provokes crisis on European continent, InfoBrics, le 30 avril 2024.

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca 

Image en vedette : InfoBrics

*

Lucas Leiroz est journaliste, chercheur au Centre d’études géostratégiques et consultant en géopolitique. Il collabore régulièrement à Global Research et Mondialisation.ca. Il a de nombreux articles sur la page en portugais du CRM.



Articles Par : Lucas Leiroz de Almeida

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]